Page images
PDF
EPUB

à 13 ans: Étude raisonnée des principes de la langue; extension du sens des mots et formation des dérivés; idiotismes et figures de construction; synonymes.

Les deux premières parties, en regard de la théorie exposée aussi simplement que possible et dégagée de toute subtilité, contiennent des exercices d'application empruntés généralement à nos meilleurs écrivains, et des exercices d'invention ayant pour objet d'amener les jeunes élèves à tirer quelque chose d'eux-mêmes, à réfléchir, à comparer et à juger.

Il a semblé plus commode de placer la théorie sur la page de droite, où l'æil se porte tout d'abord, et les exercices sur la page de gauche.

L'enseignement de la langue maternelle ne doit pas avoir pour but unique l'orthographe et l'analyse : il faut que les mots éveillent les idées, que les élèves remontent de l'expression à la pensée. C'est pour cela qu'il importe de faire étudier la langue sur des textes suivis plutôt que sur des phrases isolées qui n'auraient d'autre mérite que de présenter l'exemple d'une règle.

Chaque partie du cours réclamera généralement deux années d'étude. Les maîtres auront donc à faire le choix des matières pour chaque année ; tout ce qui, dans la théorie, est en petits caractères, appartient à la seconde année, mais il est aussi certains paragraphes en gros caractères qui pourront y être renvoyés. Les maîtres se règleront à cet égard sur le degré d'intelligence des élèves et sur le temps dont ils disposeront pour parcourir les trois degrés.

On n'a pas cru devoir indiquer les moyens mécaniques employés quelquefois pour faire reconnaître la nature ou la fonction des mots. Ces moyens sont incomplets, inexacts, et faussent souvent les idées des élèves; il vaut mieux que ceux-ci contractent de bonne heure l'habitude de chercher la signification des mots pour en déterminer sûrement l'orthographe et l'emploi.

Bien que les trois parties du cours se rattachent et se fassent suite les unes aux autres, chacune prise isolément contient, dans une mesure différente, un enseignement complet. Le plan en a été conçu d'après les programmes de l'Organisation pédagogique des écoles publiques du département de la Seine, dont le mérite n'est plus à établir.

Paris, mai 1873.

DEGRÉ ÉLÉMENTAIRE

NOTIONS PRÉLIMINAIRES

Exercices

1 Il importe d'exercer les élèves à bien distinguer les mots dans la lecture, afin qu'ils les séparent convenablement en copiant un exercice ou en écrivant à la dictée. Le maitre lira lentement une phrase courte, prise dans un livre de lecture à leur portée, et les élèves la liront ensuite plusieurs fois. Il s'attachera à ce qu'ils distinguent dans chaque phrase, ou membre de phrase, le nombre des mots, et dans les mots le nombre des lettres. Parmi ces lettres, il fera remarquer celles qui ne se prononcent pas, les diverses combinaisons qui expriment le même son. Enfin le passage lu sera copié par les élèves.

Prenons un exemple dans Petit-Jean, livre de lecture courante par Jeannel (page 5):

« Il faisait beau, le ciel était tout bleu, l'air était frais; on ne voyait encore les rayons du soleil | que tout en haut des grands arbres, et sur la petite pointe du clocher. Louise marchait joyeusement sur le gazon, portant à la main un pot d'étain | brillant comme de l'argent. Tout à coup, en passant devant l'église, elle se rappela qu'elle n'avait point fait sa prière. »

(Ce signe | indique les repos qu'il sera bon de faire quelquefois dans le texte, en dehors des signes ordinaires de ponctuation).

Le maître fera des questions analogues aux suivantes :
Combien de mots venons-nous de lire ? Combien de lettres dans chacun?

Quelle lettre ne se prononce pas dans faisait ? dans était? dans tout? dans frais ? etc. Par quelles lettres s'exprime le même son dans beau et dans haut? Dans Louise marchait joyeusement sur le gazon, quel mot est le plus long? - Par quel son finit-il ? - Quels mo's finissent par le même son ?

Toutes ces questions se rattacheront à la distinction des mots, des lettres et des sons. Dans la copie, on demandera aux élèves d'indiquer sur chaque mot, par un chiffre, le nombre des lettres, et, sur la virgule ou le point, le nombre des mots depuis le signe précédent de ponctuation ; d'indiquer, par un trait placé au-dessous, les lettres qui, dans différents mots, expriment le même son ; de croiser d'un trait celles qui ne se prononcent pas; etc,

2 Le maître fera faire aux élèves, toujours sur un morceau facile qui sera lu plusieurs fois puis copié, la distinction des syllabes, des voyelles simples, 'omposées et nasales, des consonnes, etc.

DEGRÉ ÉLÉMENTAIRE

NOTIONS PRELIMINAIRES

Théorie

1. Nous exprimons nos pensées au moyen des mots.

Une langue se compose des mots employés par les habitants d'un même pays pour communiquer entre eux, soit par la parole, soit par l'écriture.

La langue française que nous avons apprise de nos mères, ou des personnes qui ont pris soin de notre enfance, est notre langue maternelle.

Nous acquérons l'usage régulier de la langue maternelle par la Grammaire.

La Grammaire est l'ensemble des règles qu'il faut suivre pour parler et pour écrire une langue conformément au bon usage.

2. Les mots parlés sont composés de sons ; les sons s'écrivent au moyen de signes appelés lettres.

La réunion des lettres nécessaires pour écrire une langue en forme l'alphabet.

L'alphabet français comprend vingt-cinq lettres, qui ont deux formes :

Les majuscules : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, X, Y, Z.

Les minuscules : a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, x, y, z.

3. Parmi ces lettres, six sont appelées voyelles; ce sont : a, e, i, o, u, y. Ce nom leur vient de ce que, isolées et par elles-mêmes, elles expriment une voix, c'està-dire un son.

[ocr errors][merged small][ocr errors]

Exemple : (Petit-Jean, page 7.) « Le petit Jean fut élevé dans la chaumière de Marguerite. » Combien de mots viennent d'être lus ? - Combien de syllabes dans les deux mots les plus longs ? Pourquoi u après g dans Marguerite ? Quels mots sont terminés par une consonne qui ne se prononce pas ? etc.

« Louise avait pour lui tous les soins d'une bonne et tendre soeur. »

Combien de mots de deux syllabes? Combien de mots d'une syllabe? Quels mots renferment des voyelles nasales ?

« Quand il avait sommeil, elle chantait auprès de son berceau pour l'endormir; »

« Qui est désigné par le mot il? – par le mot elle ? S'il n'y avait pas e après c dans berceau, comment prononceriez-vous ? Combien de mots de trois syllabes ?

Ces indications suffisent pour montrer de quelle manière les élèves doivent étre habiluis à reconnaître dans un texte à leur portée les divers sons, les syllabes et aussi le sens des mots. A chaque exercice, deux ou trois points nouveaux leur doivent étre signalés comme l'objet de leurs recherches.

3
Le maître écrira au tableau noir les strophes suivantes qu'il lira d'abord
puis fera lire, copier et apprendre par coeur aux élèves.

Hymne de l'enfant à son réveil.
O Père qu'adore mon père,
Toi qu'on ne nomme qu'à genoux,
Toi dont le nom terrible et doux
Fait courber le front de ma mère;
On dit que c'est toi qui fais naître
Les petits oiseaux dans les champs,
Et qui donne (1) aux petits enfants
Une âme aussi pour te connaître.
On dit que c'est toi qui produis
Les fleurs dont le jardin se pare ;
Et que, sans toi, toujours avare,
Le verger n'aurait point de fruits.
Aux dons que la bonté mesure
Tout l'univers est convié ;
Nul insecte n'est oublié
A ce festin de la nature.

LAMARTINE.
Les élèves écriront en colonnes après chaque strophe :
1° Les mots qui finissent par une syllabe muette ; 2° ceux qui renferment un
(1) Licence poétique pour donnes.

2

« PreviousContinue »