Des colonies et de la révolution actuelle de l'Amérique, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 362 - ... on considéra comme suspects d'idées révolutionnaires de paisibles citoyens qui, retirés à la campagne, lisaient en secret les ouvrages de Montesquieu, de Robertson ou de Rousseau. Lorsque la guerre éclata entre l'Espagne et la France, on traîna dans les cachots de malheureux Français qui étaient établis au Mexique depuis vingt ou trente ans.
Page 360 - Cusco l'aucien empire des Incas. Cette guerre civile, pendant laquelle les Indiens exercèrent des cruautés atroces, dura près de deux ans; et, si les Espagnols avaient perdu la bataille dans la- province de Tinta, l'entreprise hardie de Tupac Amaru aurait eu des suites funestes, non seulement pour les intérêts de la métropole , mais vraisemblablement aussi pour l'existence de tous les Blancs établis sur les plateaux des Cordillères et dans les vallées voisines. Quelque extraordinaire qu'ait...
Page 362 - On crut voir le germe de la révolte dans toutes les associations qui avaient pour but de répandre les lumières. On prohiba l'établissement des imprimeries dans des villes de quarante à cinquante mille habitans; on considéra comme suspects d'idées révolutionnaires , de paisibles citoyens,, qui , retirés à la campagne , lisaient en secret les ouvrages de Montesquieu , de Robertson ou de Rousseau.
Page 362 - ... révolutionnaires , de paisibles citoyens , qui , retirés à la campagne , lisaient en secret les ouvrages de Montesquieu , de Robertson ou de Rousseau. Lorsque la guerre éclata entre l'Espagne et la France , on traîna dans les ca,«chots de malheureux Français qui étaient établis au Mexique depuis vingt à trente ans.
Page 363 - A la même époque, le gouvernement local crut découvrir une conspiration à Santa-Fé, capitale du royaume de la Nouvelle-Grenade; on y mit aux fers des individus qui, par la voie du commerce avec l'île de Saint-Domingue, s'étaient procuré des journaux français ; on condamna à la torture des jeunes gens de seize ans, pour leur arracher des secrets dont ils n'avaient aucune connaissance.
Page 344 - On voudrait en vain se dissimuler l'opposition qui existe entre les intérêts des divers Etats , et il ne sera pas toujours facile de la faire cesser. Ceux du nord sont peuplés par une race entreprenante , robuste , familiarisée avec la navigation et les dangers de la mer ; ils s'enrichissent par le commerce , et le regardent comme la base la plus solide de leur prospérité. Les peuples du Midi , moins économes, plus habitués aux jouissances du luxe , plus généralement...
Page 67 - Hollande au €ap, la France dans l'île de son nom , ou bien encore à la Martinique, l'Espagne à la Trinité, ne gênaient rien ni personne. Le hasard , qui seul avait présidé à cette distribution de propriétés, semblait avoir veillé aux libertés de l'Europe , et les avait servies mieux que ne l'a fait la politique. Si l'Europe sentait déjà le poids d'un Gibraltar, ne sera-t-elle pas écrasée par une chaîne de Gibraltar tendue autour du monde, qui en rend tous les habitans captifs dans...
Page 365 - ... agitations politiques auraient été plus fréquentes depuis la paix de Versailles, et surtout depuis 1789, si la haine mutuelle des castes, et la crainte qu'inspiré aux Blancs et à tous les hommes libres le grand nombre de Noirs et d'Indiens , n'avaient arrêté les effets du mécontentement populaire. Ces motifs , comme nous l'avons indiqué au commencement de cet Ouvrage, sont devenus plus puissans encore depuis les événemens qui ont eu lieu à SaintDomingue , et l'on ne saurait révoquer...
Page 344 - Midi , moins économes , plus habitués aux jouissances du luxe , plus généralement adonné» à l'agriculture , font peu de cas du commerce , et les maximes qu'ils suivent dans le gouvernement des affaires sont plus élevées. Ces discordances peuvent avoir des conséquences fâcheuses pour l'intérêt public. Les uns voudront la guerre, quand les autres demanderont la paix; et réciproquement, enfin, on ne les verra jamais tendre uniformément au même but : et cette divergence pourra souvent...
Page 60 - Depuî* vingt-cinq ans on s'est beaucoup élevé contre la suprématie de la France, contre le joug imposé par Napoléon : c'était la mode du temps. Il était dur ce joug, il faut le reconnaître , et plus mortifiant encore que dur ; mais celui de l'Angleterre, revêtu d'apparences moins repoussantes, il est vrai, est-il moins réel, est-il moins dur, est-il plus facile à secouer , touche-t-il à moins d'intérêts? Assurément non. On pouvait se réunir contre Napoléon...

Bibliographic information