Mémoires historiques, littéraires et critiques de Bachaumont, depuis l'année 1762 jusques 1788, Volume 2

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 146 - Le magnétisme est aux abois! La Faculté, l'Académie, L'ont condamné tout d'une voix Et l'ont couvert d'ignominie. Après ce jugement bien sage et bien légal, Si quelque esprit original Persiste encor dans son délire, II sera permis de lui dire : Crois au magnétisme... animal.
Page 320 - Noblesse, qui aime la gloire et qui sait que je m'y connais, m'honore et se tait. Les Magistrats me haïssent à cause du tort qu'ils m'ont fait. Les Philosophes, que j'ai démasqués, veulent à tout prix me perdre, et réussiront. Les Ëvêques, fiers de leur naissance et de leur état, m'estiment sans me craindre, et s'honorent en me marquant des égards. Les Prêtres vendus aux philosophes aboient après moi pour faire leur cour. Les Beaux Esprits se vengent, en m'insultant, de ma supériorité,...
Page 31 - Et tous ces grands objets ont ennobli ses chants. Ira-t-il, descendu de ces hauteurs sublimes, De vingt noms roturiers déshonorer ses rimes, Et, pour nous renonçant au musc du parfumeur, Des choux qui l'ont nourri lui préférer l'odeur? Papillon en rabat, coiffé d'une auréole, Dont le manteau plissé voltige au gré d'Éole, C'est assez qu'il effleure en ses légers propos Les bosquets et la rose, et Vénus et Paphos.
Page 205 - Klle me donne une épître Que j'emporte lestement ; Et je m'en vais dans la rue, Fort satisfait d'ajouter A l'honneur de l'avoir vue Le plaisir de la quitter.
Page 35 - Je suis savant , je m'en pique , Et tout le monde le sait : Je vis de métaphysique, De légumes et de lait : J'ai reçu de la nature Une figure à bonbon; Ajoutez-y ma frisure.
Page 199 - Oui , ce docteur admirable , Qui faisait hier l'important , Devient aujourd'hui traitable , II a l'air d'un pénitent. C'est une amende honorable Qu'il devait à l'univers « Pour sa prose et pour ses vers.
Page 132 - Beaumarchais dans la lettre qui courait le monde), pour des femmes qui se permettent de voir un spectacle qu'elles jugent malhonnête, pourvu qu'elles le voient en secret; je ne me prête point à de pareilles fantaisies. J'ai donné ma pièce au public pour l'amuser et non pour l'instruire, non pour offrir à des...
Page 270 - ... mère de ma fille; il n'ya rien de changé à votre état antérieur; mais je désire que dès ce moment, qui est le premier de mon absence, vous me représentiez honorablement dans ma maison et que vous preniez mon nom qui est devenu le vôtre. « Embrassez notre fille tendrement, et faites-lui comprendre, si vous le pouvez, la cause de votre joie. J'ai rempli tous mes devoirs envers elle, envers vous. Mon absence est sans l'amertume qui m'a suivi dans mes autres voyages; il me semblait toujours...
Page 382 - ... qui cesse alors d'être sublime; jamais de dissertation étrangère au sujet ; toutes les convenances parfaitement observées : enfin ce rôle me paraît d'autant plus admirable qu'il se trouve dans la seule tragédie où l'on pouvait l'introduire, et qu'il aurait été déplacé partout ailleurs.
Page 30 - Et n'y parle jamais de navets et de choux. Son style citadin peint en beau les campagnes; Sur un papier chinois il a vu les montagnes, La mer à l'opéra, les forêts à Longchamps, Et tous ces grands objets ont ennobli ses chants. Ira-t-il, descendu de ces hauteurs sublimes, De vingt...

Bibliographic information