Apologie de Spinosa et du spinosisme, contre les athées, les incrédules et contre les théologiens scolastiques platoniciens

Front Cover
Fournier frères, 1810 - 136 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 30 - Parlons maintenant selon les lumières naturelles. S'il ya un Dieu, il est infiniment incompréhensible, puisque, n'ayant ni parties ni bornes, il n'a nul rapport avec nous. Nous sommes donc incapables de connaître ni ce qu'il est, ni s'il est.
Page 66 - Si l'âme est immatérielle, elle peut survivre au corps ; et si elle lui survit , la Providence est justifiée. Quand je n'aurais d'autre preuve de l'immatérialité de l'âme que le triomphe du méchant et l'oppression du juste en ce monde , cela seul m'empêcherait d'en douter.
Page 49 - Il a tout l'être du corps, sans être borné au corps; tout l'être de l'esprit, sans être borné à l'esprit ; et de même des autres essences possibles. Il est tellement tout être, qu'il a tout l'être de chacune de ses. créatures , mais en retranchant la borne qui la restreint.
Page 100 - Cet auteur s'est réfuté lui-même dans plus d'un endroit, et a reconnu l'illusion de ses sophismes, pour se ranger au sentiment général. « Eloignez, dit-il ', l'idée de Dieu et de sa providence, et après cela pressez un peu celle de la vertu, vous ne savez plus ce que c'est, elle s'évanouit Si l'on ne joignait pas à l'exercice des vertus ces biens à venir, que l'Ecriture promet aux fidèles, on pourrait mettre la vertu et l'innocence au nombre des choses sur lesquelles Salomon a prononcé...
Page 13 - Pardonne-moi d'avoir aussi partagé l'erreur générale sur tes écrits avant de les avoir lus et reçois aujourd'hui le tribut de reconnaissance que je te dois. Si dans un siècle de corruption et de délire, dans la métropole des talents et des voluptés, sous la chaire même des corrupteurs et des sophistes, je suis resté ferme dans la foi de mes pères, c'est à toi, à ta réunion à cette sainte foi que j'en ai l'obligation (4).
Page 21 - Si cette religion se vantait d'avoir une vue claire de Dieu, et de le posséder à découvert et sans voile, ce serait la combattre que de dire qu'on ne voit rien dans le monde qui le montre avec cette évidence.
Page 49 - Dieu est intelligent comme les esprits, et qu'il a en lui tout le positif, c'est-à-dire toute la perfection de la pensée, quoiqu'il n'en .ait point la borne, Mais enfin quand il envoie Moïse avec tant d'autorité pour prononcer son nom et pour déclarer ce qu'il est, Moïse ne dit point : Celui qui est esprit m'a envoyé vers vous ; il dit : Celui qui est. Celui qui est dit infiniment davantage que celui qui est esprit ; celui qui est esprit n'est qu'esprit ; celui qui est est tout être et est...
Page 49 - ... la pensée, quoiqu'il n'en ait point la borne. Mais enfin, quand il envoie Moïse avec tant d'autorité pour prononcer son nom, et pour déclarer ce qu'il est, Moïse ne dit point : Celui qui est esprit m'a envoyé vers vous; il dit : Celui qui est. Celui qui est, dit infiniment davantage que Celui qui est esprit. Celui qui est esprit n'est qu'esprit. Celui qui est, est tout être, et est souverainement, sans être rien de particulier.
Page 80 - Le camarade cria et fit signe de sa queue qu'on le suivît : il alla dénicher l'autre dans le grenier et le houspilla. Sont-ce là des horloges ?
Page 83 - Mais on n'a qu'une connaissance très-imparfaite de l'âme. On ne connaît aucune de ses propriétés que par le sentiment intérieur et confus de ce qui se passe en soi-même. Si on sait qu'on est capable de sentir la douleur et le plaisir, le goût d'un melon , celui des pois verts,. si on sait même, qu'on est capable d'aimer, ou d'être agité de diverses passions , c'est qu'on a sentiment intérieur de ce qui se passe en soi-même, sentiment confus qui se fait sentir, sans se faire connaître...

Bibliographic information