Recueil de fragments historiques sur les derniers Valois: Henri II, François II, Charles IX, Henri III (1547 à 1589)

Front Cover
Armand Eudel du Gord
F. Didot frères, fils et cie, 1869 - France - 436 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 411 - J'ai passé l'eau en me recommandant à Dieu; lequel, par sa bonté, ne m'a pas seulement préservé, mais fait paraître au visage du roi une joie extrême, au peuple un applaudissement non pareil, même criant : Vive les rois!
Page 232 - Et bien qu'ils eussent esté très-pernicieux à son Estât , les renards avoient sceu si bien feindre qu'ils avoient gagné le cœur de ce brave prince pour l'espérance de se rendre utiles à l'accroissement de son Estât, et en luy proposant de belles et glorieuses entreprises en Flandre , seul attrait en cette âme grande et royale.
Page 236 - Mon Dieu, ma sœur, n'y allez pas. » Ce qui m'effraya extrêmement. La reine ma mère s'en aperçut, el appelant ma sœur, se courrouça fort à elle, et lui défendit de me rien dire.
Page 185 - In barricade avait été mis par terre des deux canons, qui tiraient en flanc. Tout à coup je fus tout en sang : car je le jetais par la bouche, par le nez, et par les yeux. Monsieur de Goas me voulut prendre, cuidant que je tombasse.
Page 236 - Je voyois bien qu'ils se contestoient, et n'entendois pas leurs paroles. Elle me commanda encore rudement que je m'en allasse coucher. Ma sœur fondant en larmes me dit...
Page 416 - ... fût en danger, et qu'ils espéroient avec l'aide de Dieu que dans dix jours au plus tard il monterait à cheval. Ce qui donna à Sa Majesté une grande assurance.
Page 394 - Marillac, maître des requêtes, rapportoit une affaire des gabelles quand le sieur de Revol entra , qui trouva le duc de Guise mangeant des prunes de Brignolles; et lui ayant dit : « Monsieur, le Roy vous de« mande; il est en son vieux cabinet; » se retire, et rentre comme un éclair, et va trouver le Roy.
Page 166 - ... que j'avois eus jusques alors n'estoient que l'ombre de ce bien, regardant au passé d'un œil dédaigneux les exercices de mon enfance, la danse, la chasse, et les compagnies de mon âge, et les méprisant comme des choses trop folles et trop vaines. J'obéis à cet agréable commandement, ne manquant un seul jour d' estre des premières à son lever, et des dernières à son coucher.
Page 315 - J'allois dans une littiere faite à pilliers doublez de velours incarnadin d'Espagne en broderie d'or, et de soye nuée à devise. Cette littiere estoit toute vitrée, et les vitres toutes faites à devise , y ayant, ou à la doublure ou aux vitres, quarante devises toutes différentes, avec les mots en espagnol et italien, sur le soleil et ses effets...
Page 163 - Nous avons été jusques ici naturellement guidés à cela sans aucun dessein, et sans que telle union nous apportât aucune utilité que le seul plaisir que nous avions de converser ensemble. Cela a été bon pour notre enfance ; mais à cette heure il n'est plus temps de vivre en enfance.

Bibliographic information