Histoire des Helvetiens, aujourd'hui connus sous le nom de Suisses: ou traité sur leur origine, leurs guerres, leurs alliances, & [et] leur gouvernement, Volume 7

Front Cover
chez Henri Ignace Nicomede Hautt, 1751
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 284 - Luther lui a fait écrire, ne seraient pas moins étonnés des excès de Calvin. » « La plume se refuse à transcrire celles dont il a souillé chaque page de ses écrits polémiques. « Catholiques et luthériens, rien n'est...
Page 94 - Trente , étoit appellée à reprendre ce fief, fi fon père mourdit fans enfans mâles ; & apparemment dès la mort de fon père , elle en fit ^ donation à fon mari. Cette qualité qu'il prit , fit juger . d'abord qu'il...
Page 244 - , « qu'ils se mortifient; » et il ne cessoit d'admirer ces nouveaux apôtres, qui ne manquoient point de quitter la profession solennelle du célibat, pour prendre...
Page 234 - Camille, les Calons, les Scipions. Vous y verrez vos prédécesseurs et tous vos ancêtres, qui sont sortis de ce monde dans la foi. Enfin il n'y aura aucun homme de bien, aucun esprit saint, aucune âme fidèle, que vous ne voyiez là avec Dieu. Que peut-on penser de plus beau, de plus agréable, de plus glorieux que ce spectacle?
Page 233 - Là, expliquant l'article de la vie éternelle, il dit à ce prince , « qu'il doit espérer de voir l'assemblée de tout ce » qu'il ya eu d'hommes saints , courageux , fidèles et vertueux » dès le commencement du monde *. Là vous verrez , poursuit-il, les » deux Adam , le racheté et le rédempteur.
Page 234 - Jupiter môme : et s'il en a été détourné par les infamies que les poètes leur attribuent , celles d'Hercule étoient-elles moindres...
Page 284 - Ses adversaires ne sont jamais que des fripons, des fous, des méchants, des ivrognes, des furieux, des enragés, des bêtes, des taureaux, des ânes, des chiens, des pourceaux; et le beau style de Calvin est souillé de toutes ces ordures à chaque page. Catholiques et luthériens, rien n'est épargné.
Page 530 - Nobleffe , ne doutant point , que félon les principes , qu'il avoit établis dans fon livre de la Liberté Chrétienne , il ne prononçât en leur faveur. Mais fa réponfe ne contenta perfonne. D'un côté il écrivit aux païfans, que Dieu défendoit la fédition.
Page 281 - ... qui eût encore paru.... Calvin fit de grands progrès en France ; et ce grand royaume se vit à la veille de périr par les entreprises de ses sectateurs, de sorte qu'il fut en France à peu près ce que Luther fut en Allemagne. Genève, qu'il gouverna, ne fut guère moins considérée que Wittemberg, où le nouvel Evangile avait commencé; et il se rendit chef du second parti de la nouvelle réforme.
Page 258 - Ils se crioient l'un à l'autre : Tout est clair, et il n'ya qu'à ouvrir les yeux. Sur cette évidence de l'Ecriture, Luther ne trouvoit rien de plus hardi ni de plus impie que de nier le sens littéral, et Zuingle ne trouvoit rien de plus absurde ni de plus grossier que de le suivre.

Bibliographic information