Page images
PDF
EPUB

"}

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Ce n'est
pas sans raison

que

i l'histoire a toujours été De l'utilité regardée comme la lumière des temps, la dépositaire des

de l'histoire. événemens, le témoin fidèle de la vérité, la source des bons conseils et de la prudence, la règle de la conduite et des moeurs. Sans elle, renfermés dans les bornes du siècle et du pays où nous vivons, resserrés dans le cercle étroit de nos connoissances particulières et de nos propres réflexions, ' nous demeurons toujours dans une espèce, d'enfance qui nous laisse étrangers à l'égard du reste de l'univers,' et dans une profonde ignorance de tout ce qui nous a précédés et de tout ce qui nous environne. ' Qu'est

Historia testis temporum , lux sis acciderit, id est semper esse pueveritatis, vita memoriæ, magistra rum. Cic. in Orat. n. 130. nilæ, nuncia vetustatis. Cic. lib. 2, 3 Terram hanc cum populis urbide Orat. num.36.

busque... puncti loco ponimus , ad Nescire quid anteà quàm natus universa referentes : minorem portioTRAITÉ DES ÉTUD. TOM.II.

1

ce que ce petit nombre d'années qui composent la vie la plus longue, qu'est-ce que l'étendue du pays que nous pouvons occuper ou parcourir sur la terre, sinon un point imperceptible à l'égard de ces vastes régions de l'univers, et de cette longue suite de siècles qui se sont succédés les uns aux autres depuis l'origine du monde ? Cependant c'est à ce point imperceptible que se bornent nos connoissances, si nous n'appelons à notre secours l'étude de l'histoire, qui nous ouvre tous les siècles et tous les pays; qui nous fait entrer en commerce avec tout ce qu'il y a eu de grands hommes dans l'antiquité; qui nous met sous les yeux toutes leurs actions, toutes leurs entreprises, toutes leurs vertus, tous leurs défauts; et qui, par les sages réflexions qu'elle nous fournit, ou qu'elle nous donne lieu de faire, nous procure en peu de temps une prudence anticipée, fort supérieure aux leçons des plus habiles maîtres.

On peut dire que: l'histoire .est l'école commune du genre humain; également ocrverse.et utile aux grands et aux petits, aux princes et aux sujets, et encore plus nécessaire aux grands et stix princes qu'à tous les autres. Car comment , à travers eetfe: foule de flatteurs qui les assiégent de toutes parts, qui ne cessent de les louer et de les admirer, c'est-à-dire de les corrompre et de leur empoisonner l'esprit et le coeur; comment, dis-je, la timide vérité pourra-t-elle approcher d'eux, et faire entendre sa foible voix au milieu de ce tumulte et de ce bruit confus? Comment osera-t-elle leur montrer les devoirs et les servitudes de la royauté; leur faire entendre en quoi consiste leur véritable gloire; leur représenter que, s'ils veulent bien remonter jusqu'à l'origine de leur institution, ils verront clairement qu'ils sont pour les peuples, et

nem ætas nostra quàm puncti habet, manre imbecillitatis angustias libet , si tempori comparetur omni. Sencc. multùm per quod spatiemur temporis de copsol. ad Marc. c. 20.

est... Licet in consortium omnis ævi Nullum seculum magnis ingeniis pariter incedere. Idem de brev. vitæ, clusum est, nullum non cogitationi cap. 14. pervium. Idem.

Assiduis bonitatis argumentis Si magnitudine animi egredi ku- probavit, non rempublicam suam

non les peuples pour eux; les avertir de leurs défauts, leur faire craindre le juste jugement de la postérité, et dissiper les nuages épais que forme autour d'eux le vain fantôme de leur grandeur et l'enivrement de leur fortune.

Elle ne peut leur rendre ces services si importans et si nécessaires que par le secours de l'histoire, qui seule est en possession de leur parler avec liberté, et qui porte ce droit jusqu'à juger souverainement des actions des rois mêmes, aussi-bien que la renommée, que Sénèque ap- Senec. de pelle liberrimam principum judicem. On a beau faire consol. ad

Marc. c.4. valoir leurs talens, admirer leur esprit ou leur courage, vanter leurs exploits et leurs conquêtes, si tout cela n'est point fondé sur la vérité et sur la justice, l'histoire leur fait secrètement leur procès sous des noms empruntés. Elle ne leur fait regarder la plupart des plus fameux conquérans que comme des fléaux publics, des ennemis du genre humain ,' des brigands des nations, qui, poussés par une ambition inquiète et aveugle, portent la désolation de contrées en contrées, et qui , semblables à une inondation ou à un incendie, ravagent tout ce qu'ils rencontrent. Elle leur met sous les yeux un Caligula , un Néron, un Domitien , comblés de louanges pendant leur vie , devenus après leur mort l'horreur et l'exécration du genre humain : au lieu que Tite, Trajan, Antonin , MarcAurèle, en sont encore regardés comme les délices , parce qu'ils n'ont usé de leur pouvoir que pour faire du bien aux hommes. Ainsi l'on peut dire que l'histoire, dès leur vivant même, leur tient lien de ce tribunal établi autrefois chez les Egyptiens, où les princes, comme les particuliers, étoient cités et jugés après leur mort, et que par avance elle leur montre la sentence qui décidera pour

esse , sed se reipublicæ. Senec. de clari, non minores fuêre pestes morclem. lib. 1, cap. 19.

talium, quàm inundatio quá planum Prædo gentium levavit se. Jerem. omne perfusum est,quàm conflagratio 4. 7.

quá magna pars animantium exaruit. Philippi aut Alexandri latrocinia Sencc. lib. 3 , nat. quæst. in præfat. cæteroruinque , qui exitio gentium

toujours de leur réputation... Enfin c'est elle qui imprime aux actions véritablement belles le sceau de l'immortalité, et qui flétrit les vices d'une note d'infamie que tous les siècles ne peuvent effacer. C'est par elle que le mérite méconnu pour un temps, et la vertu opprimée, appellent au tribunal incorruptible de la postérité, qui leur rend avec dédommagement la justice que leur siècle leur a quelquefois refusée, et qui, sans respect pour les personnes, et sans crainte d'un pouvoir qui n'est plus, condamne avec une sévérité inexorable l'abas injuste de l'autorité.

Il n'est point d'âge, point de condition qui ne puisse tirer de l'histoire les mênies avantages; et ce que j'ai dit des princes et des conquérans comprend aussi , en gardant de justes proportions, toutes les personnes constituées en dignité; ministres d'état, généraux d'armée, officiers, magistrats , intendans, prélats, supérieurs ecclésiastiques, tant séculiers que réguliers, les pères et mères dans leur famille, les maîtres et maîtresses dans leur domestique, en un mot, tous ceux qui ont quelque autorité sur les autres. Car il arrive quelquefois à ces personnes d'avoir dans une élévation très-bornée plus de hauteur, de faste et de caprices que les rois, et de pousser plus loin l'esprit despotique et le pouvoir arbitraire. Il est donc très-avantageux que l'histoire leur fasse à tous d'utiles leçons; que d'une main non suspecte elle leur présente un miroir fidèle de leurs devoirs et de leurs obligations; et qu'elle leur fasse entendre qu'ils sont tous pour leurs inférieurs, et non leurs inférieurs pour eux.

Ainsi l'histoire, quand elle est bien enseignée, devient une école de morale pour tous les hommes. Elle décrie les vices, elle démasque les fausses vertus, elle détrompe des erreurs et des préjugés populaires, elle dissipe le prestige enchanteur des richesses et de tout ce vain éclat qui éblonit les hommes, et démontre, par mille exemples plus per

'Præcipuum munus annalium reor, famiá metus sit. Tacit. Annal. lib.3, ne virtutes sileantur, utque pravis cap. 65. dictis factisque ex posteritate et in

« PreviousContinue »