Page images
PDF
EPUB

A défendre du joug & nous & nos Etats",
Qu'à contraindre des cours qui ne se donnent pas.

PHARNACE.
Il fait vos sentimens. Me trompois-je , Madame!
Voilà cet intérêt fi puissant sur votre ame.
Ce père, ces Romains que vous me reprochez,

XIPHAR È S.
J'ignore de son cæur les sentimens cachés;
Mais je m'y soumettrois sans vouloir rien prétendre,
Sí, comme vous, Seigneur, je croyois les entendre.

PHARNA CE.
Vous feriez bien; & moi, je fais ce que je doi.
Votre exemple n'est pas une règle pour moi.

X IP H AR È S.
Toutefois, en ces lieux je ne connois personne,
Qui ne doive imiter l'exemple que je donne.

PHA RN A cЕ.
Vous pourriez à Colchos vous expliquer ainfi.

XIP HAR S.
Je le puis à Colchos, & je le puis ici.

PHARNACÉ.
Ici, vous y pourriez rencontrer, votre perte...

S CE N E IV. MONIME, PHARNACE, XIPHARÈS,

PHEDIME.

PHED I M E.

Princes,

RINCES, toute la mer est de vaisseaux courerte; Et bientôt démentant le faux bruit de la mort, Mithridate lui-même arrive dans le port.

MONIME.
Mithridate!

XIPHAR È S.
Mon père !
PH ARN A C E.

Ah, que viens-je d'entendre?

PHED I M E. Quelques vaisseaux légers font venus nous l'apprendre, C'est lui-même; & déja, pressé de son deyoir , Arbate, loin du bord, l'est allé recevoir.

XIP H ARÈS « Manime. Qu'avons-nous fait ?

MONIM Ed Xipharės.

Adieu, Prince. Quelle nouvelle !

SCE NE V. PHARMACE, XIPHAR È S.

PHAR NA CE à parto MITHRIDATE

ITHRIDATE revient! Ah, fortune cruelle! Ma vie & mon amour tous deux courent hasard. Les Romains, que j'attends, arriveront trop tard.

( A Xiphares.) Comment faire ? J'entends que votre cour foupire, Et j'ai conçu l'adieu qu'elle vient de vous dire, Prince. Mais ce discours demande un autre tems. Nous avons aujourd'hui des foins plus importans. Mithridate revient peut-être inexorable. Plus il eft malheureux, plus il est redoutable. Le péril eft pressant plus que vous ne pensez. Nous sommes criminels, & vous le connoiffet, Rarement l'amitié désarme fà colère. Ses propres fils n'ont point de Juge plus févère; Et nous l'avons vu même, à fes cruels foupçons, Sacrifier deux fils pour de moindres raisons, Craignons pour vous pour moi, pour la Reine elle-même; Je la plains d'autant plus , que Mithridate l'aime. Amant avec transport , mais jaloux fans retour, Sa haine va toujours plus loin que fon amour. Ne vous assurez point sur l'amour qu'il vous porte. Sa jalouse fureur n'en fera que plus forte.

Songez-y. Vous avez la faveur des soldats,
Et j'aurai des secours que je n'explique pas.
M'en croirez-vous ? Courons assurer notre grace.
Rendons-nous, vous & moi, maîtres de cette Place;
Et faisons qu'à ses fils il ne puisse dicter
Que les conditions qu'ils voudront accepter.

XI P H A R È S.
Je fais quel est mon crime, & je connois mon père;
Et j'ai par-dessus vous le crime de ma mère.
Mais quelque amour encor qui me pût éblouir,
Quand mon père paroît, je ne fais qu'obéir.

PHARNA C E.
Soyons-nous donc, au moins, fidèles l'un à l'autre.
Vous savez mon fecret, j'ai pénétré le vôtre.
Le Roi, toujours fertile en dangereux détours,
S'armera contre nous de nos moindres discours.
Vous savez fa coutune, & sous quelles tendresses
Sa haine fait cacher ses trompeuses adresses.
Allons. Puisqu'il le faut , je marche sur vos pas:
Mais, en obéissant, ne nous trahissons

pas.

[ocr errors]

Fin du premier Adte.

A C Τ Ε Ι Ι. SCENE PREMIERE.

MONIME; PHED I M E.

P HEDIM E.

Quoi,

Il ne

UOI, vous êtes ici quand Mithridate arrive!
Quand , pour le recevoir, chacun court sur la rive!
Que faites-vous, Madame? & quel ressouvenir
Tout-à-coup vous arrête, & vous fait revenir ?
N'offenserez-vous point un Roi qui vous adore,
Qui, presque votre époux?...

MON I M E.

l'eft

pas encore, Phædime; & , jusques-là, je crois que mon devoir Ef de l'attendre ici, sans l'aller recevoir.

PHE DI ME.
Mais ce n'est point, Madame , un amant ordinaire.
Songez qu'à ce grand Roi promise par un père,
Vous avez de ses feux un gage folemnel,
Qu'il peut, quand il voudra, confirmer à l'Autel.
Croyez-moi, montrez-vous, venez à fa rencontre.

Μ Ο Ν Ι Μ Ε.
Regarde en quel état tu veux que je me montre.
Vois ce visage en pleurs; &, loin de le chercher,
Dis-moi plutôt, dis-moi que je m'aille cacher.

« PreviousContinue »