Mémoires de Madame la duchesse de Tourzel: gouvernante des enfants de France pendant les années 1789, 1790, 1791, 1792, 1793, 1795, Volume 1

Front Cover
E. Plon et cie, 1883 - France - 355 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 57 - ... Je jure de veiller avec soin sur les fidèles de la paroisse qui m'est confiée, d'être fidèle à la nation, à la loi et au roi, et de maintenir de tout mon pouvoir la constitution décrétée par l'Assemblée Nationale et acceptée par le roi.
Page 56 - Puisse cette journée, où votre monarque vient s'unir à vous de la manière la plus franche et la plus intime, être une époque mémorable dans l'histoire de cet empire ! Elle le sera, je l'espère, si mes vœux ardents, si mes instantes exhortations peuvent être un signal de paix et de rapprochement entre vous.
Page 111 - Mon père me prit sur ses genoux, m'embrassa à plusieurs reprises et toujours les larmes aux yeux, paraissant avoir une peine extrême à me quitter. Cela parut singulier à tous ceux qui étaient présents, et moi-même ne m'en serais peut-être plus souvenue, si ma position actuelle, en me rappelant cette circonstance, ne me faisait voir, pour le reste de ma vie, une suite de malheurs qui n'est que trop facile à prévoir. » L'impression que nous firent éprouver ces dernières paroles fut si...
Page 56 - Vous qui pouvez influer par tant de moyens sur la confiance publique, éclairez sur ses véritables intérêts le peuple qu'on égare, ce bon peuple qui m'est si cher, et dont on m'assure que je suis aimé quand on veut me consoler de mes peines.
Page 259 - ... hommes justement suspects ceux qui, portant des armes cachées, ne se sont fait remarquer que par des propos anti-patriotiques et incendiaires, et qui, loin de se faire reconnaître par les postes de la garde nationale auxquels ils se proposaient, dit-on, de se joindre, les ont évités en s'introduisant par une entrée nouvellement pratiquée. Certes, il est permis en pareil cas au commandant de la garde nationale, chargé des...
Page 341 - ... et qu'il montât dans l'autre voiture avec madame de Tourzel. » Les choses furent donc ainsi arrangées. Barnave, qui était assez mince , se mit dans le fond de la voiture, entre le roi et la reine ; Pétion , sur le devant , entre madame Elisabeth et la jeune princesse ; le Dauphin , sur les genoux de sa mère , de sa tante ou de sa sœur. L'arrivée de ces nouveaux compagnons de voyage mit d'abord du sérieux et de l'embarras dans la carrossée. La reine, dans le premier moment, ne se souciait...
Page 78 - Il ne peut être introduit dans le Royaume, ni admis au service de l'État , aucun corps de Troupes étrangères , qu'en vertu d'un acte du Corps législatif, sanctionné par le Roi.
Page 259 - Constitution et chérissent l'ordre public, ce qu'eux-mêmes ont pensé en voyant se rassemblement nombreux d'hommes armés se placer entre le Roi et ceux qui répondent à la Nation de sa sûreté. Il me suffit, pour éviter toute interprétation insidieuse, de déclarer que j'entends par soldats de la liberté ceux...
Page 213 - Celébrons notre Reine, fut vivement applaudi par les royalistes, qui crièrent bis. Il y eut quelques sifflets et des murmures du parti opposé; mais n'étant pas en force, il ne put empêcher qu'on recommençât. Le mécontentement des opposants redoubla lorsque Lainez se permit de dire : « Je crois, messieurs, que tout bon Français doit aimer le Roi et la Reine « , et qu'à la suite de ce propos on lui jeta une couronne de laurier. La colère des démagogues n'eut alors plus de bornes, et il...

Bibliographic information