Œuvres de P. Corneille: avec le commentaire de Voltaire et les jugments de La Harpe, Volume 4

Front Cover
Janet et Cotelle, 1821

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 136 - Je n'adore qu'un Dieu , maître de l'univers , Sous qui tremblent le ciel, la terre, et les enfers; Un Dieu qui , nous aimant d'une amour infinie , Voulut mourir pour nous avec ignominie, Et qui, par un effort de cet excès d'amour, Veut pour nous en victime être offert chaque jour.
Page 108 - Tout beau, Pauline : il entend vos paroles ; Et ce n'est pas un Dieu comme vos dieux frivoles, Insensibles et sourds, impuissants, mutilés, De bois, de marbre, ou d'or, comme vous les voulez...
Page 64 - PAULINE. Et moi, dont votre vue augmente le supplice, Je l'éviterai même en votre sacrifice; Et seule dans ma chambre enfermant mes regrets, Je vais pour vous aux Dieux faire des vœux secrets.
Page 111 - PAULINE Au nom de cet amour ne m'abandonnez pas. POLYEUCTE Au nom de cet amour, daignez suivre mes pas.
Page 104 - Saintes douceurs du ciel, adorables idées, Vous remplissez un cœur qui vous peut recevoir : De vos sacrés attraits les âmes possédées Ne conçoivent plus rien qui les puisse émouvoir. Vous promettez beaucoup, et donnez davantage : Vos biens ne sont point inconstants; Et l'heureux trépas que j'attends Ne vous sert que d'un doux, passage Pour nous introduire au partage Qui nous rend à jamais contents.
Page 140 - Mon époux en mourant m'a laissé ses lumières, Son sang dont tes bourreaux viennent de me couvrir M'a dessillé les yeux, et me les vient d'ouvrir. Je vois, je sais, je crois, je suis désabusée, De ce bienheureux sang tu me vois baptisée, Je suis chrétienne enfin, n'est-ce point assez dit?
Page 348 - L'effet n'y répond pas toujours à l'apparence; On s'y laisse duper autant qu'en lieu de France; Et parmi tant d'esprits plus polis et meilleurs , II y croît des badauds autant et plus qu'ailleurs. Dans la confusion que ce grand monde apporte , II y vient de tous lieux des gens de toute sorte ; Et dans toute la France il est fort peu d'endroits Dont il n'ait le rebut aussi bien que le choix.
Page 109 - Sa faveur me couronne entrant dans la carrière ; Du premier coup de vent il me conduit au port, Et sortant du baptême, il m'envoie à la mort. Si vous pouviez comprendre et le peu qu'est la vie. Et de quelles douceurs cette mort est suivie ! Mais que sert de parler de ces trésors cachés A des esprits que Dieu n'a pas encor touchés?
Page 259 - Qui m'ôtent tout le fruit de nos guerres civiles, Où l'honneur seul m'engage, et que, pour terminer, Je ne veux que celui de vaincre et pardonner : Où mes plus dangereux et plus grands adversaires...
Page 265 - C'est Cornélie, veuve de Pompée, qui parle à César : César ; car le destin, que dans tes fers je brave, Me fait ta prisonnière, et non pas ton esclave, Et tu ne prétends pas qu'il m'abatte le cœur Jusqu'à te rendre hommage et te nommer seigneur, De quelque rude trait qu'il m'ose avoir frappée, Veuve du jeune Crasse, et veuve de Pompée, Fille de Scipion, et pour dire encor plus, Romaine, mon courage est encore au-dessus. 15 [Mais écoutons Corneille même]

Bibliographic information