Page images
PDF
EPUB

COLLECTION

DES

CLASSIQUES FRANÇOIS

SE TROUVE AUSSI

A PARIS,
CHEZ AIMÉ-ANDRÉ, LIBRAIRE,

QUAI MALAQUAIS, NO 13.

DE L'IMPRIMERIE DE A, FIRMIN DIDOT,

RUE LACO, x° 24.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][graphic]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

LETTRE A

M. D***,

AU SUJET

DU PRIX DE POÉSIE DONNÉ PAR L'ACADÉMIE FRANÇAISE

EN L'ANNÉE 1714.

MONSIEUR,

Vous connaissez le pauvre Du Jarri; c'est un de ces poëtes de profession qu'on rencontre partout, et qu'on ne voudrait voir nulle part; nous l'appelons communément le gazetier du Parnasse. Il est parasite, afin qu'il ne lui manque rien de ce qui constitue un bel esprit du temps; et il paie, dans un bon repas, son écot par de mauvais vers , soit de sa façon, soit de celle de ses confrères les poëtes médiocres. Il nous montra , ces jours passés, un poëme imprimé, où on voyait à la première page ces mots écrits: A l’immortalité. C'est la devise de l'académie française, nous dit-il; la pièce n'est pas pourtant de l'académie, mais elle l'a adop

*C'est depuis 1821 seulement que cette pièce a été admise dans les OEuvres de Voltaire ; encore n'en a-t-on jusqu'à ce jour imprimé qu'une très petite partie. Je n'ai pu voir l'édition de cette Lettre, qui a dû être faite dans le temps. Mais on l'a réimprimée , ro dans le volume intitulé: Réflexions sur la rhétorique et sur la poésie , par M. de Fénclon , avec quelques autres pièces concernant l'académie française, 1917, in-12 ; 2° dans le Recueil de divers traités sur l'éloquence et la poésie (par Bruzen la Martinière), 1730, deux volumes in-12. En rendant compte de ce dernier recueil, le Nouvelliste du Parnasse (deuxième édition, II, 19), dit à propos de la Lettre : « On soupa çonne que M. de V....... a autrefois composé cette lettre. » B.

Mélanges. I.

« PreviousContinue »