Page images
PDF
EPUB

ce n'est

plusieurs se moqueraient comme d'un sermon de Janseniste , s'il n'était appuyé, soutenu de la pratique et de la vie tout entière de celui qui parle. En bonne foi, je commence à croire qu'il y a du vrai dans ce qu'on m'a dit. Ce sont des gens instruits de vos façons d'agir , Messieurs les procureurs du roi, qui m'ont averti de cela. Dans les écrits, Yous attaquez rarement ce qui vous déplaît. Quand vous criez à la morale , pas

la morale qui vous blesse. Ici , après beaucoup d'hésitation, de doute, pour fonder une accusation , vous prenez quelques passages, les plus abominables , les plus épouvantables que vous ayez pu découvrir; et ces passages,

les voici : écoutez, de grâce, Messieurs ; Juges et Jurés, écoutez, si vous

le

pouvez sans frémir , ces horreurs

que l'on vous dénonce: les prêtres donnent tout à Dieu; les leçons de la cour ne sont pas les meilleures ; les préfets quelquefois font des législateurs ; nos princes avec nous seraient mieux qu'avec leurs ancêtres. C'est là ce qui vous émeut, avocats-généraux et procureurs du roi ! pour cela vous faites tant de bruit ? Votre zèle s'enflamme, et la fidélité.... Non , vous avez beau dire , il y a quelque autre chose ; si tout était de ce ton dans le pamphlet que l'on poursuit au nom de la décence et des

mours , si tout eût ressemblé à ces phrases coupables , on n'y eût pas pris garde, et la morale publique ne serait pas offensée. Prenez, Messieurs, ouvrez ce scandaleux

pamphlet aux passages inculpes , calomnieux, horribles , pleins de noirceur , atroces. Vous êtes étonnés, vous ne comprenez pas ;

mais tournez le feuillet, vous comprendrez alors, vous entendrez l'affaire ; vous devinerez bientôt et pourquoi l'on se fâche, et d'où vient qu'on ne veut pas pourtant dire ce qui fâche. Feuilletez, Messieurs, lisez : Un prince..... Vous y voilà; Un jeune prince , au college... C'est cela même. Que dis-je? il s'agit de moa rale, de la morale publique ou de la mienne , je crois, ou de celle du pamphlet , n'im porte; la morale est l'unique souci de ceux qui me font cette affaire ; ils n'ont point d'autre objet, ne voient autre chose ; ils chérissent la morale et la cour tout ensem, ble , l'un et l'autre en même temps. Pourquoi non ? Des gens ont aimé la liberté et Bonaparte à la fois indivis.

Mais que vous fait cela, vous, Messieurs les jures? vous n'êtes pas de la cour, j'imagine. Étrangers à ses momeries , vous devez vouloir dans vos familles la véritable honnêteté, non pas un jargon, des manières. Conterez-vous , sortant d'ici, à vos femmes,

à vos filles : un homme a osé dire

que

les dames d'autrefois , ces grandes dames qui vivaient avec tout le monde , excepté avec leurs maris, étaient d'indignes créatures ; il les appelle des prostituées. J'ai puni cet homme-là ; je l'ai déclaré coupable; on va le mettre en prison pour la morale. Jurés, si vous leur eontez cela, ne manquez pas après de leur faire chanter : Charmante Ĝabrielle ; et d'ajouter encore : oui , mes filles, ma femme, cette Gabrielle était une charmante personne. Elle quitta son mari pour vivre avec le roi , et, sans quitter le roi , elle vivait avec d'autres. Aimable friponnerie, fine galanterie , coquetterie du beau monde ! Il y a des gens , mes filles , qui appellent cela débauche; ils offensent la morale, et ce sont des

quins qu'il faut mettre en prison. Évitez, sur toutes choses , les mots, mes filles, les mots de débauche, d'adultère; et tant que vous vivrez, gardez - vous des paroles qui blessent la décence, le bon ton; ainsi faisait la charmante Gabrielle.

Voilà ce qu'il vous faudra dire dans vos familles , si vous me condamnez ici ; et non seulement à vos familles , mais à toutes , vous recommanderez de tels exemples , de telles mours. Autant qu'il est en vous , de la France industrieuse, savante et sage qu'elle est, vous

fercz la France galante d'autrefois; chez vous, dans vos maisons, vous prêcherez le vice, en me punissant, moi, de l'avoir blâmé ailleurs. Femmes, quittez ces habitudes d'ordre, de sagesse, d'économie; tout cela sent le siècle présent. Vivez à la mode des vieilles cours , non comme ces Ninon de l'Enclos , qui restaient filles, ne se mariaient point pour pouvoir disposer d'elles-mêmes , redoutaient le noud conjugal; mais comme celles qui le bravaient, moins timides, s'engageaient exprès, afin de n'avoir aucun frein, se faisaient

épouses pour être libres; qui..... prenons garde d'offenser encore la morale ! comme ces belles dames enfin, dont la conduite est naïvement représentée dans l'écrit coupable. Il y aura cela de curieux dans votre arrêt, s'il m'est contraire, que ne pouvant nier la vérité de cette peinture des anciennes moeurs (car qu'opposer au témoignage des contemporains ? ), tout en avouant qu'elles étaient telles vous me condamneriez seulement pour les avoir appelées mauvaises. Ainsi vous les trouveriez bonnes, et engageriez un chacnn à les imiter ; chose peu croyable de vous , jurés, à moins que vous n'ayez des grâces à demander , des faveurs et vos profits particuliers sur la dépravation com

mune.

· Il serait aussi bien étrange qu'ayant loué le présent aux dépens du passé, je n'en pusse être absous par vous, gens d'à présent, par vous, magistrats, qui vivez de notre temps, ce me semble ; que vous me fissiez repentir de vous avoir jugés meilleurs que

vos devanciers, et d'avoir osé le publier; car cela même est exprimé ou sous-entendu dans l'imprimé qu'on vous dénonce, et où je soutiens, bien ou mal, que le monde actuel vaut au moins. celui d'autrefois, ce qui suppose que je vous. préfère aux conseillers de chambre ardente, aux juges d'Urbain Grandier, de Fargue, aux Laubardemont, aux d'Oppède , vous croyant plus instruits, plus justes, et même... oui , Messieurs, moins esclaves du pouvoir. Est-ce donc à vous de m'en dédire , prouver que je m'abusais? et serais-je, par vous , puni de vous avoir estimé trop ? J'aurais meilleur marché, je crois, des morts. dont j'ai médit, si les morts me jugeaient , que des vivants loués

par

moi. Tous les écoliers de Ramus, revenant au monde aujourd'hui, conviendraient sans peine que les. nôtres en savent plus qu'eux, et sont plus sages; car au moins ils ne tuent pas leurs professeurs. Les dames galantes de Brantôme, en avouant la vérité, de ce que j'ai dit d'elles, s'étonnerajent du soin qu'on

de me

« PreviousContinue »