Le lutrin, with notes by A.C. Clapin

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 20 - Et bientôt le lutrin se fait voir à leurs yeux. A ce terrible objet aucun d'eux ne consulte : Sur l'ennemi commun ils fondent en tumulte; Ils sapent le pivot , qui se défend en vain ; Chacun sur lui d'un coup veut honorer sa main.
Page 9 - L'été n'a point de feux , l'hiver n'a point de glace. J'entends à son seul nom tous mes sujets frémir. En vain deux fois la paix a voulu l'endormir : Loin de moi son courage , entraîné par la gloire , Ne se plaît qu'à courir de victoire en victoire. Je me fatiguerais à te tracer le cours Des outrages cruels qu'il me fait tous les jours.
Page 9 - Faisait taire des vents les bruyantes haleines, Quatre bœufs attelés, d'un pas tranquille et lent, Promenaient dans Paris le monarque indolent.
Page 1 - Je chaule les combats , et ce prélat terrible ' Qui , par ses longs travaux et sa force invincible , Dans une illustre église exerçant son grand cœur, Fit placer à la fin un lutrin dans le chœur. C'est en vain que le chantre...
Page 26 - Sur ses genoux tremblants il tombe à cet aspect, Et donne à la frayeur ce qu'il doit au respect. Dans le temple aussitôt le prélat plein de gloire Va goûter les doux fruits- de sa sainte victoire ; Et de leur vain projet les chanoines punis S'en retournent chez eux , éperdus et bénis.
Page 2 - Et son corps, ramassé dans sa courte grosseur, Fait gémir les coussins sous sa molle épaisseur. La déesse en entrant qui voit la nappe mise, Admire un si bel ordre, et reconnaît l'Église; Et marchant à grands pas vers le lieu du repos, Au prélat sommeillant elle adresse ces mots :
Page 6 - On dit que ton front jaune, et ton teint sans couleur, Perdit en ce moment son antique pâleur; Et que ton corps goutteux, plein d'une ardeur guerrière, Pour sauter au plancher fit deux pas en arrière.
Page 9 - Nuit! que m'as-tu dit'' quel démon sur la terre Souffle dans tous les cœurs la fatigue et la guerre? Hélas! qu'est devenu ce temps, cet heureux temps...
Page 21 - Incessamment il va de détour en détour; Comme un hibou , souvent il se dérobe au jour : Tantôt , les yeux en feu , c'est un lion superbe ; Tantôt , humble serpent , il se glisse sous l'herbe.
Page 25 - Inutile ramas de gothique écriture, Dont quatre ais mal unis formaient la couverture, Entourée à demi d'un vieux parchemin noir, Où pendait à trois clous un reste de fermoir. Sur...

Bibliographic information