La Métaphysique, Volume 1

Front Cover
J. Vrin., 1840
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 117 - Mais quand même l'homme n'aurait pas la science , quand il n'aurait que des opinions, il faudrait qu'il s'appliquât beaucoup plus encore à l'étude de la vérité; comme le malade s'occupe plus de la santé que l'homme qui se porte bien. Car celui qui n'a que des opinions, si on le compare à celui qui sait, est., par rapport à la vérité, dans un état de maladie.
Page 14 - ... ils pensèrent que les éléments des nombres sont les éléments de tous les êtres, et que le ciel, dans son ensemble, est une harmonie et un nombre. Toutes les concordances qu'ils pouvaient découvrir dans les nombres et dans la musique avec les phénomènes du ciel et ses parties, et avec l'ordonnance de l'univers, ils les réunissaient, ils en composaient un système. Et si quelque chose manquait, ils employaient tous les moyens pour que le système présentât un ensemble complet. • Dans...
Page 20 - Platon dès sa jeunesse s'était familiarisé, dans le commerce de Cratyle son premier maître, avec cette opinion d'Héraclite, que tous les objets sensibles sont dans un écoulement perpétuel, et qu'il n'ya pas de science possible de ces objets. Plus tard il conserva cette même opinion. D'un 'autre côté, disciple de Socrate...
Page 22 - Les idées étant les causes des autres êtres, il regarda leurs éléments comme les éléments de tous les êtres : sous le point de vue de la matière, les principes sont le grand et le petit; sous le point de vue de l'essence, c'est l'unité. Car, c'est en tant qu'elles ont le grande!
Page 22 - Car, c'est en tant qu'elles ont le grande! le petit pour substance, et que d'un autre côté elles participent de l'unité , que les idées sont les nombres. Sur ce point que l'unité est l'essence par excellence , et que rien autre chose ne peut prétendre à ce titre, Platon est d'accord avec les Pythagoriciens ; que les nombres soient les causes de l'essence des autres êtres, c'est ce qu'il reconnaît encore avec eux. Mais remplacer par une dyaile1 l'infini considéré comme un, constituer l'infini...
Page 2 - III. Il est évident qu'il faut acquérir la science des causes premières , puisque nous disons qu'on sait , quand nous pensons qu'on connaît la première cause. Or, on distingue quatre causes. La première est l'essence...
Page 172 - On dit qu'ils ont une quantité, qu'ils sont continus, à cause de la divisibilité des êtres dont ils sont des modifications ; divisibilité, non point de l'être en mouvement, mais de l'être auquel s'est appliqué le mouvement. C'est parce que cet être a quantité, qu'il ya quantité aussi pour le mouvement; et le temps n'est une quantité que parce que le mouvement en est une.

Bibliographic information