The French Manual, Including a Dictionary of Oven Ten Thousand Words: Entirely Revised and Corrected from the Last English Ed

Front Cover
D. Appleton and Company, 1876

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 183 - Hé ! de quoi est-ce qu'on parle là? de celui qui m'a dérobé? Quel bruit fait-on là-haut? est-ce mon voleur qui y est? De grâce, si l'on sait des nouvelles de mon voleur, je supplie que l'on m'en dise. N'est-il point caché là parmi vous? Ils me regardent tous , et se mettent à rire. Vous verrez qu'ils ont part , sans doute , au vol que l'on m'a fait. Allons vite , des commissaires, des archers, des prévôts, des juges, des gênes , des potences et des bourreaux. Je veux faire pendre tout...
Page 183 - Ah! c'est moi! Mon esprit est troublé, et j'ignore où je suis , qui je suis , et ce que je fais. Hélas ! mon pauvre argent ! mon pauvre argent ! mon cher ami ! on m'a privé de toi ; et , puisque tu m'es enlevé, j'ai perdu mon support, ma consolation, ma joie: tcut est fini pour moi , et je n'ai plus que faire au monde.
Page 176 - Quand vous voyez quelquefois un nombreux troupeau qui, répandu sur une colline vers le déclin d'un beau jour, paît tranquillement le thym et le serpolet, ou qui broute dans une prairie une herbe menue et tendre qui a échappé à la faux du moissonneur, le berger, soigneux et attentif, est debout auprès de ses brebis ; il ne les perd pas de vue, il les suit...
Page 144 - Du reste des Latins la conquête est facile. — Sans doute, on les peut vaincre : est-ce tout? — La Sicile De là nous tend les bras, et bientôt, sans effort Syracuse reçoit nos vaisseaux dans son port.
Page 169 - Après cette conversation , chacun prend son parti. Le jeune mange tant, qu'il se crève, et peut à peine aller mourir dans son terrier. Le vieux , qui se croit bien plus sage de modérer ses appétits et de vivre d'économie , veut le lendemain retourner à sa proie , et est assommé par le maître.
Page 176 - ... l'aurore le trouve déjà en pleine campagne, d'où il ne se retire qu'avec le soleil: quels soins ! quelle vigilance ! quelle servitude ! Quelle condition vous paraît la plus délicieuse et la plus libre, ou du berger ou des brebis? Le troupeau est-il fait pour le berger, ou le berger pour le troupeau? Image naïve des peuples et du prince qui les gouverne, s'il est bon prince.
Page 184 - Un mélange étonnant de la nature sauvage et de la nature cultivée montrait partout la main des hommes, où l'on eût cru qu'ils n'avaient jamais pénétré: à côté d'une caverne on trouvait des maisons; on voyait des pampres secs où l'on n'eût cherché que des ronces, des vignes dans des terres éboulées, d'excellents fruits sur des rochers, et des champs dans des précipices.
Page 169 - Deux renards entrèrent la nuit par surprise dans un poulailler; ils étranglèrent le coq , les poules et les poulets : après ce carnage, ils apaisèrent leur faim. L'un, qui était jeune et ardent , voulait tout dévorer ; l'autre, qui était vieux et avsre , voulait garder quelques provisions pour l'avenir.
Page 183 - Au voleur! au voleur! à l'assassin! au meurtrier! Justice , juste ciel! Je suis perdu, je suis assassiné; on m'a coupé la gorge, on m'a dérobé mon argent. Qui peut-ce être? Qu'est-il devenu? Où est-il? Où se cache-t-il? Que ferai-je pour le trouver? Où courir? Où ne pas courir? N'est-il point là? N'est-il point ici? Qui est-ce?
Page 184 - Tantôt d'immenses roches pendaient en ruines au-dessus de ma tête. Tantôt de hautes et bruyantes cascades m'inondaient de leur épais brouillard. Tantôt un torrent éternel ouvrait à mes côtés un abîme dont les yeux n'osaient sonder la profondeur. Quelquefois je me perdais dans l'obscurité d'un bois touffu. Quelquefois, en sortant d'un gouffre, une agréable prairie réjouissait tout à coup mes regards.

Bibliographic information