Histoire de France: divisée par époques depuis les origines gauloises jusqu'aux temps présents, Volume 5

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 139 - Ah ! malheureux , tu es cause de la perte de la France et de la mienne....
Page 529 - Pour vous, je ne vous dis autre chose, sinon que vous êtes du sang de Bourbon, et vive Dieu! je vous ferai voir que je suis votre aîné.
Page 535 - ... qu'on pouvait ôter le gouvernement aux princes qu'on ne trouvait pas tels qu'il fallait, comme l'administration au tuteur qu'on avait pour suspect...
Page 477 - ... d'armes et d'hommes pour l'exécution d'icelle, selon la puissance et faculté de chacun. » IX. Que ceux qui ne voudront entrer en ladite association seront reputez pour ennemis d'icelle, et poursuivables par toutes sortes d'offences et molestes.
Page 416 - Vous vous cachez de moy , qui suis votre mere, pour prendre conseil de vos ennemis; vous vous ostez de mes bras qui vous ont conservé , pour vous appuyer des leurs qui vous ont voulu assassiner. Je...
Page 489 - ... car ils estoient infiniment desireux de pouvoir assister au saint sacrifice , de quoy ils estoient depuis plusieurs années privez ; et, poussez de ce saint...
Page 543 - C'est grand pitié, quand le valet chasse le maître ; au reste, mon âme est à Dieu, mon cœur est au roi, et mon corps entre les mains des méchants ; qu'on en fasse ce qu'on voudra.'
Page 550 - ... pour m'en faire rougir, comme le mériteroit quiconque auroit usé d'une si indigne façon que d'avoir voulu violer l'entière...
Page 476 - ... associez tenus et obligez d'employer tous leurs biens et moyens, mesmes leurs propres personnes, jusques à la mort, pour punir, chastier et courir sus à ceux qui les auront voulu contraindre et empescher, et tenir la main que toutes les choses susdites soient mises à exécution realement et de fait.
Page 191 - Desja tu m'as affligé par diminution de seigneurie et de la réputation de mes forces, tu m'as adjousté maintenant ceste perte de mon fils ; que reste plus à présent, sinon que tu me deffaces du tout ? Et quand ton plaisir seroit d'ainsi le faire...

Bibliographic information