Page images
PDF
EPUB

graces , & elle double leur prix. Enfin on doit avoir pour but en les engageant à apprendre des Vers sonores & bien frappés, de leur faire contracter une maniere de s'exprimer correcie, décente, pleine de dignité, qui respire , pour ainsi dire, la belle éducation, & de joindre ainsi les graces du langage & de l'esprit à celles dont la nature les a pourvûes; car il est certain que l'esprit s'embellit par les charmes de la Poësie.

On s'est donc contenté de donner un ordre clair & succint a tous les matériaux qui sont entrés dans ce recueil. Ce sont comme de beaux tableaux épars cà & là dans les ouvrages des Poëtes, & qu'on a exposé dans un même lieu ; mais comme il a fallu distinguer entre eux les divers desseins, on a , pour ainsi dire, décomposé les piéces de Poësie , fur-toui celles qui sont

de longue haleine. Ainsi on a commencé par plusieurs morceaux tirés des sujets sacrés. Cette partie est comme hors du plan du recueil, quoiqu'elle ait un rapport immédiat avec certaines qui y ont leur place.

Les Pensées & leurs divers genres commencent l’arrangement de l'ouvrage en lui-même; après viennent les grands Sentimens, ce qui comprend, comme on peut s'imaginer, toutes les sources dont ils dérivent, comme la valeur, la générosité, la grandeur d'ame, l'amour de la vertu & de la Patrie l'équité, la compassion, la tendresse bien placée, &c. Il est certain qu'ils forment de si beaux caracteres & présentent de si grands exenples qu'ils ne peuvent que produire un bon effet sur tous les esprits raisonnables. De là on a passé à tous les morceaux brillans qui se

peuvent facilement détacher d'un ouvrage, comme les Narrations, les Descriptions, les Peintures vives, les grandes Images, les Portraits, &c. ce qui forme autant de tableaux variés & amusans.

Ensuite on a fait voir par des préceptes &

par des exemples les trois divers genres qui entrent dans les sujets de Poësie, de même que dans ceux qui sont en prose , sçavoir, le Genre Sublime, le Genre Tempéré & le Genre Familier; car tous les ouvrages sont dans quelqu'un de ces ftiles.

Et comme les jeunes gens dans le tems de leurs études ne peuvent pas & ne doivent pas même lire indifféremment les Poëtes en général, on a extrait quelques Scénes brillantes de nos Tragiques les plus connus pour leur donner une idée du Genre Dramatique & du caractere de ces illustres Auteurs

[ocr errors]

qui ont fait parler leur Héros avec tant de dignité. On est en cela du sentiment d'une Dame célébre (a) par fon esprit, qui dit que souvent les meilleures Fiéces de Théâtre en nous donnant des leçons de vertu nous laissent l'impression du vice. Il est bon de remarquer qu'elle parloit à sa fille , que ses leçons d'ailleurs n'ont rien de trop severe; cependant elle pensoit ainsi.

A l'égard de l'utilité de ce Recueil en lui-même, on a pour garant le sentiment de plusieurs personnes refpe&ables & dont l'autorité doit être d'un grand poids en fait d'instruction de la jeunesse.

Mr. Rollin, dans son Traité des études (b), après avoir dit qu'il doit y avoir un tems pour la lecture des Poëtes François, s'exprime de cet

(a) La Marquise de Lambert, Avis d'une were, &c.

(b) Tom. I. pag. 365.

te forte : »
» Il ne seroit

pas

raifon»nable que les jeunes gens uni» quement occupés de l'étude des » Auteurs Grecs & Latins, demeu» rassent toujours étrangers dans » leur propre pays. Certe lecture

pour être utile demande un choix »judicieux & de fages précautions, » sur-tout pour ce qui regarde la * pureté des moeurs.

Cet homme si connu par ses observations périodiques, li redoutable aux médiocres Aureurs dont il relevoit cruellement les fautes mais qui avoit le goût fi exquis, de l'aveu même de ses plus grands adversaires, renchérit encore sur le sentiment de Mr. Rollin. Après avoir dit

que les jeunes gens doivent apprendre par cæur les plus beaux endroits de nos Poëtes, il en donne de solides raisons (a): » Les morceaux de Poëlie , dit-il,

(a) Observat. Tom. 32. pag. 354

« PreviousContinue »