Page images
PDF
EPUB

Voici le Roi de l'Univers
Qui vient faire éclater son triomphe & la gloires

La justice & la vérité
Servent de fondement à son Trône terrible;

Une profonde obscurité
Aux regards des humains le rend inaccessible.

Les éclairs, les feux dévorans
Font luire devant lui la flamme étincellante,

Et ses ennemis expirans
Tombent de toutes parts sous la foudre brûlante.

.

Pleine d'horreur & de respect,
La Terre a treffailli sur ses voûtes brisées ;

Les Monts fondus à son aspect,
S'écoulent dans le sein des Ondes embrasées,

De ses Jugemens redoutés
La trompette Céleste a porté le meffage,

Et dans les airs épouvantés
En ces terribles mots fa' voix s'ouvre un paffage;

Soyez à jamais confondus, Adorateurs impurs des profanes Idoles,

des væux deffendus Inyoquez de vos mains les ouvrages frivoles.

Vous qui par

Ministres

Ministres de mes volontés,
Anges servez contr'eux ma fureur vengereffe ;

Vous Mortels que j'ai rachetés
Redoublez à ma voix vos concerts d'allégresses

C'est moi qui du plus haut des Cieux
Du Monde que j'ai fait régle les destinées;

C'est moi qui brise ces faux Dieux,
Misérables jouets des vents & des années,

Par ma présence raffermis,
Méprisez du méchant la haine & l'artifice;

L'ennemi de vos ennemis
A détourné fur eux les traits de leur malice,

Venez donc, venez en ce jour
Signaler de vos cæurs l'humble reconnoissance,

Et par un respect plein d'amour
Sanctifiez en moi votre réjouissance.

Rouleau.

[ocr errors]

Gémissemens des Filles de Jérusalem pene

dant la captivité de Babylone.

Déplorable Sion! Qu'as-tu fait de ta gloire ?
Tout l'Univers admiroit ta splendeur,
Tu n'es plus que pouffiere, & de cette gran
deur

D

Il ne nous rést plus que la triste mémoire:
Sion jusques au Ciel élevée autrefois,
Jusqu'aux Enfers maintenant abaissée,

Puifai je demeurer sans voix,
Si dans mes chants ta douleur retracée
Jusqu'au dernier soupir n'occupe ma pensée.
Orives du Jourdain ! O champs aimés des

Cieux !
Sacrés Monts , fertiles Vallées !
Par cent Miracles signalées,
Du doux Pays de nos Ayeux
Serons-nous toujours exilées ?

Racine, Esther.

Le même Poëte , dans les Vers suivans, a rendu le sens de la Prophétie d'Isaïe sur la grandeur future de l'Église & la propagation du Christianisme.

Quelle Jérufalem nouvelle
Sort du fonds du désert brillante de clartés (a)
Et porte sur le front une marque immortelle?

Peuples de la Terre chantez.

[ocr errors]

(a) Surge, illuminare Jerusalem quia venit lumen tuum gloria bomini supir te orta est. ... Leva in sircuitu ocu!os tilos e vide. . . . Filii tri de longè venient. ... Ambulabunt Gentes in ismine 1110 , Re ges in splendore ortâs tui. 11. Chap. 60... Et inimia si ejus terram lingent. P1.71.... Rorate Carli delwa per e nubes pluant juftum. ll. 45.

1

Jérusalem renaît plus charmante & plus belle,

D'où lui viennent de tous côtés Ces Enfans qu'en son sein elle n'a point portés;

Leve, Jérusalem, leve ta tête altiere, Regarde tous ces Rois de ta gloire étonnés, Les Rois des Nations devant toi profternés,

De tes pieds baisent la pouffiere,
Les Peuples à l'envi marchent à ta lumiere.
Heureux qui pour Sion, d'une fainte ferveur ;

Sentira son ame embrasée.
Cieux, répandez votre rosée,
Et
que

la Terre enfante son Sauveur.

SUR LA FOI CATHOLIQUE, A l'occasion de

l'abjuration que fit Henri IV, Řoi de France , lorsqu'il embrassa la Foi de l'Eglise Catholique. Mr. de Voltaire parle en ces termes dans un Poeme il raconte cet événement.

HENRI dont le grand cæur étoit formé pour

elle, (a) Voit, connoît, aime enfin sa lumiere immor

telle,

Il abjure avec Foi ces Dogmes féducteurs, Ingénieux enfans de cent nouveaux Dodeurs,

(a) L'Eglise.

Il reconnoît l'Eglise ici bas combattue ; L'Eglise toujours une & par-tout étendue, Libre, mais sous un Chef adorant en tout lieu Dans le bonheur des Saints la grandeur de son

Dieu. Le Christ de nos péchés victime renaissante , De ses Elus chéris nourriture vivante, Descend sur les Autels à fes yeux éperdus Et lui découvre un Dieu sous un pain qui n'est

plus. Son.cæur obéissant se soumet, s'abandonne... Les remparts ébranlés s'entr'ouvrent à la voix, Il entre au nom du Dieu qui fait régner les Rois.

Hinriade de Voltaire.

REMARQUES.

On
peut
dire

que cette définition de l'Église est exacte , & que ce qui en fait le prix,c'est de renfermer beaucoup de. choses dans l'espace de huit Vers. On voit que l'Église ici bas essuye des combats; on y apprend fon unité & la réunion de fes membres sous un feul Chef. Peut-on mieux exprimer l'adorable Sacrifice de nos Autels ? Le Christ. de nos péchés victime renaissante ; & le Sacrement de l'Eucharistie, De ses Elus chés

« PreviousContinue »