Page images
PDF
EPUB

La tendre hypocrisie aux yeux pleins de dou

ceur , Le Ciel est dans ses yeux, l'Enfer est dans son

caur ; Le faux zéle étalant ses barbares maximes, Et l'intérêt enfin pere de tous les crimes.

Volt. Henriade.

CHAPITRE V.

Du Genre sublime , ou du Sublime en

général. L deux fortes de Sublime, le SuI

blime des Images ou des idées grandes & magnifiques, & le Sublime des Pensées ou des Sentimens. Nous allons d'abord parler de ce premier Genre de Sublime, l'autre fuiyra immédiatement.

Du Sublime des Images.

Le Sublime des Images est ordinairement soutenu par des expresfions nobles & pompeuses, il se rencontre dans des discours étendus & dans des endroits amplifiés où la brieveté ne sauroit régner; il peut

même dominer dans toute une Piéce de Poësie, dans une Narration dans une Description, dans une Scene brillante & majestueuse. On en peut voir des exemples dans plusieurs morceaux que nous avons déja mis sous les yeux; mais il ne faut pas croire que le Sublime

[ocr errors]

consiste dans de grands mots assemblés au hazard, ce ne seroit alors qu'une vaine enflûre de paroles , & ce qu'on appelle un discours empoullé. Un homme de goût eft en garde contre ce défaut ; il évite de même celui qui lui est opposé , selon le précepte d'Horace: Projicit ampullas con Sesquipedalia verba (a). Le vrai Sublime consiste dans une maniere de penser noble , grande & magnifique ; il suppose dans celui qui écrit ou qui parle un efprit rempli de hautes idées, de sentimens généreux, & de je ne fai quelle noble fierté qui se fait sentir en tout & qui est l'image d'une véritable grandeur d'ame. Il donne au discours une vigueur noble , une force invincible qui enléve l'ame de quiconque nous écoute, il la tire de son assiette , il l'agite, il l'éléve au-dessus d'elle-même, il fait sur les Lecteurs ou sur les Auditeurs une impression à laquelle il est impossible de résister; le souvenir en reste & ne s'efface qu'avec peine. Telle est, par exemple, en matiere de Poësie rode. On peut dire qu'elle est le triomphe du Sublime des Images ; elles ne sont nulle part étalées avec tant de magnificence

(a) Art Poëtique,

& on en comprendra la raison fi on fait attention aux réflexions suivantes sur la nature de ce genre de Poësie. Sur l'Ode dans l'Enthousiasme Poëtique.

L'Ode (a) a pour objet les louanges des Dieux & celles des Héros; elle chante le renversement des États, le gain ou la perte des Batailles ; tout ce qu'il y a enfin de plus grand & de plus respectable dans la nature fait la matiere de l'Ode. Or c'est un principe incontestable que quiconque veut traiter dignement un sujet doit nécessairement prendre le ton qui lui convient; ainsi un Poëte qui fait un Ode ne fauroit être trop brillant dans ses Métaphores, trop magnifique dans ses expressions, trop audacieux dans ses figures: Pourquoi ? Parce que par-là il peint son sujet & l'impresfion qu'il en a reçue, qu'il nous communique le mouvement dont il a dû être frappé, mouvement qui, avides comme nous sommes d'être remués, a des charmes qu'on ne sauroit exprimer. Élevé & soutenu par la dignité de la matiere

(a) Une partie de ces réflexions sont tirées d'un Livre intitulé Lettres sur la naisance, le progrès er la décadence du goût , sur la Poësie.

[ocr errors][ocr errors]

il ne doit plus parler comme le reste des hommes, il prend son vol plus haut : fait pour aller au grand , il doit franchir tout ce qui l'en fépare ; tout doit sentir le défordre qui l'agite, tout doit peindre les mouvemens de son ame. De-là il doit arriver qu'il rejettera toutes ces liaisons timides, toutes ces transitions scrupuleuses qui régnent dans les Ouvrages d'un autre genre; en un mot il s'abandonnera à l'enthousiasme dont il doit être rempli. Toute l'antiquité a demandé de l'enthoufiasme à l'Ode , témoin les Cantiques facrés du Roi Prophéte & des Prophétes, eux - mêmes que l'Esprit saint animoit. Voyez le ton qu'ils prennent lorsqu'ils parlent des merveilles

que

Dieu avoit općrées en faveur de son Peuple, ou lorfqu'ils menacent ce même Peuple de la cotere du Tout-Puissant. Passez aux Poëtes, voyez les Odes de Pindare, d'Horace, les Hymnes du Cigne de Saint Victor & celles des autres Poëtes de nos jours qui l'ont quelque fois atteint. Vous y trouverez ce beau désordre qui est l'effet de l'enthousiasme ; & il ne faut pas que le mot de désordre effraye. La raison tranquille ne sauroit produire les choses admi

rables

« PreviousContinue »