Page images
PDF
EPUB

Se débattre & tomber dans les bras de la

mort. (e) lisés avec la moindre attention les deux dernières Scènes de cet Acte, si vous ne m'en croïés pas sur ma parole. Voïés dans l'avant-dernière comme le Génie de Catilina baisse, comme il devient petit vis-à-vis de Cicéron ; & dans les précédentes cette froide & verbeuse Aurélie, bien moins fade cependant que la (f) Tullie de Mr. de Crébillon. Quelle différence de ces bégueules-là à l'Emilie du Cinna de Corneille , ou à la (g) Belvidère d'Otway! Voilà des femmes qui figurent dans une Conjuration. Mais quelle figure y fera desormais notre Catilina,

s'il

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

(e) Vers que Mr. de Voltaire met dans la bouche de Catilina au sujet de Cicéron, Ace 2, Scène 2.

(f) Dans fa Tragédie de Catilina.

(g) Abstraction faite des indécences qui avilissent son rôle, & qu'il étoit si aisé de n'y point mettre.

s'il vient de mourir? Bon ! il n'étoit qu'à l'agonie; il faut voir à présent de quel air il mourra ; c'est à quoi se réduit la curiosité au quatrième Aete. Pour 'Rome elle est sauvée, j'en répons, foïés tranquile sur ce point: ou si nous l'imaginions encore en danger pour le plaisir ? Venés-vous en au Sénat dans cette bonne idée; Aurélie s'y tue , que vous importe ? Vous ne le verrés point harangué à mort, croquignolé, bafoué, honni, comme chés Mr. de Crébillon, mais un peu digne de l'être, il en faut convenir , & n'en faites pas de reproche à Mr. de Voltaire, c'est la vérité du fait qu'il a peinte. En revanche il a embelli Cicéron ; il a anobli sa vanité, épuré son éloquence, il lui a donné une générosité, une fermeté d'ame, qu'il n'eut jamais à ce point. Combien de beaux vers il lui fait dire , & quel prodigieux morceau de caractère & d'éloquence

que

que ces scènes deux & trois du cin-
quième Acte ! La chaleur de ces dé-
tạils est si grande, que j'oublie entière-
ment à quoi ils tiennent, & que je ne
sais si le véritable intéret de la Pièce
habilement continué m'eût fait autant
de plaisir, Après tout, quel si grand
intérêt m'auroit-on pu faire prendre
au Salut de Rome ? Une République!
cela est bien vague; le cour ne con-
noit guère que les individus. Oh
mais c'est la Patrie qu'il faut envisa-
ger. Ļa Patrie est un beau nom, qui
n'est point tout-à-fait sans force;

Ce fanatismę usé des siècles héroïques
Şe conserve , il est vrai, dans les ames store

ques; (5)
mais malheureusement l'ame des trois
quarts & demi des Spectateurs est E-
picurienne. De toutes les Pièces de

Con

[ocr errors][ocr errors]

(b) Vers de Céthégus dans Rome Sauvée , Ac te 4, Scène première.

Conjuration, que vous avés pu voir au Théatre, foïés de bonne foi, il n'y en a peut-être pas une qui vous ait vivement affecté par l'intéret de l'Etat, mais bien par quelques personnages particuliers qu'on avoit eu l'art de vous rendre chers, ou odieux.

S'il y eut jamais intérer d'Etat considérable, ce fut sans doute celui des Cocus d'Astracan, qui se révoltèrent contre l'Usurpateur du Roïaume, non comme tel, mais comme auteur de la disgrace de leur front. Cependant, vous l'avouerai-je à mon tour? ce n'est pas la vengeance de tant d'infortunés qui m'intéresse le plus dans la pathétique Tragédie de Gafparibout, c'est le sort de ce fils du feu Roi , de ce Dilazal, amant d'Abubef, princesse du sang, & chéri d'elle au point d'en avoir obtenu deux enfans préco

Il n'avoit pas échappé à l'injure commune: le fâcheux qui pro quo de deux biscuits, ( l'un à l'opium, avalé i par la Princesse bientôt endormie ,

ces.

l'autre aux cantharides, devoré par le : Tyran déja trop éveillé) l'avoit cou

ché avant l'himen sur la liste plainti-
ve. Laissés faire, il se consolera; la
vertu l'emporte, les Cocus triom-
phent, & déja les plus grands du Roïau-
me, en foule aux portes du palais de
la Princesse, demandent à voir l'héri-
tier de leur Roi légitime: Abubef le
tire bien vîte d'une cassette qui étoit
sous son lit, & avec cette majesté &
cette grace, que je vous laisse à ima-
giner,
Le Tyran n'est plus Roi (leur dit-elle) Peu.

ples, voici le vôtre;
Et voilà tôt ou tard comme un clou chasse

l'autre. Dilazal est reconnu Roi, on légitime les enfans qu'il a eus de la Princesse ; & Gafparibout? Vous frémirés de fon

sup

« PreviousContinue »