Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

i ment que les plus grandes arches de „ fer ne pouvoient les contenir.

ALORS il prit dans un monceau mille ficles d'or, & les enferma dans une cassette de bois de Sittim; il y renferma aussi un grand nombre de pierres précieuses. » Puis il appela un sien vieux serviteur nommé Bazori, dans lequel il avoit mis fa confiance, & il lui dit, Bazori;

PREN cette cassette de bois de Sittim, & porte la chés cette jeune „ Fille dont le nom est Dulec,

Dis lui que mes yeux l'ont vue danser dans le Palais des Enchante» mens, que mon coeur a pris plaisir » en elle, & que toutes ces richesses

lui appartiennent, si elle veut seuleiz ment me permettre de délier les

bandelettes de foie qui ferrent le haut de la chaussure.

ET

[ocr errors]

Et incontinent Bazori prit la caf„ fette , & la porta chés la jeune Fille,

& lui récita fidèlement les paroles » que son maître lui avoit dites.

„ ET Dulec fut merveilleusement , surprise en les oïant, & son esprit fut incertain.

TOUTEFOIS elle prit la casset» te, & renvoïa Bazori en lui disant';

Va, & dis à celui qui ta envoïé, », qu'avant que le soleil ait ramené

deux fois les Jeux dans le Palais des Enchantemens je lui donnerai à connoitre ma volonté, & lui ren

drai compte de toutes les choses » que tu m'as apportées de fa part.

„ Mais qu'il n'approche pas de ma » maison jusqu'à ce tems-là, d'autant

qu'elle est soigneusement gardée, &

qu'il y a des hommes forts & clair» voïans lesquels veillent jour & nuit u tout autour d'elle.

ALORS

[ocr errors][ocr errors]

ALORS Bazori voulut reprendre la parole & l'adresser encore une fois à la jeune Fille ; mais elle lui fit signe de la main que c'étoit affés, & il se retira un peu confus.

Et asiant pris courage il s'en re» tourna promptement auprès de son

maître, lequel l'attendoit tantôt aux

fenêtres, tantôt à la porte de son ► appartement; & il lui rapporta la

réponse que Dulec lui avoit faite , „ comme elle avoit gardé la cassette,

& la manière dont elle lui avoit imposé silence.

Et fon Maître l'écoutoit avec avi„ dité, & il lui faisoit répéter plu

sieurs fois les paroles que Dulec cabinet avec Thamar sa chambrière, ouvrit la caflette.

avoit dites; & voïant que la casset» te étoit restée entre les mains de la

jeune Fille , il ne favoit s'il devoit » s'en réjouir. MAIS Dulec étant entrée dans son

cabinet

Et voïant les mille ficles d'or & toutes les pierres précieuses, ses » yeux furent éblouis, son esprit fut „ frappé d'admiration, & elle regarda „ attentivement chacune des pierres

précieuses, lesquelles étoient arti

stement taillées, & disposées en plu. „ fieurs figures agréables à la vue.

Mais elle ne s'appropria point „ en son cæur toutes ces richesses;

toutefois aïant refermé la caffette, , elle disoit à Thamar sa chambrière, » Voilà, ce qu'il m'offre est si considé» rable , & ce qu'il me demande l'est

in si peu.

Or Dulec avoit depuis plusieurs „ mois un ami nommé Séva, dans le» quel elle avoit mis toute son affec„ tion, & dont elle étoit aimée avec , tendresse de coeur.

ET

[ocr errors]
[ocr errors]

Er Séva n'étoit point si riche

que , Rabner, mais il portoit une (6) épée „ en son côté, & il étoit accrédité

dans la ville de Suze , & considéré à la Cour du Roi des Perses.

» Et il se trouva que dans le tems » que Rabner avoit envoïé fon fervi,,teur chés Dulec , Séva étoit à la Cour » du Roi des Perses, laquelle se te

noit alors dans une petite ville éloi.

gnée de Suze (c) environ le chemin » d'une journée.

Er Dulec dépêcha promptement » un' messager à fon Bien-aimé avec i une lettre écrite de sa propre main, » par laquelle elle l'informoit de ce , qui venoit de se passer, comme Rab, ner l'avoit voulu tenter par ses pré

sens, (6) Cette épée au côté ne me paroit guère dans les usages des anciens Perses. Seroit-ce bévue du Traducteur, ou interpolation dans le Texte?

(c) Comme qui diroit de Paris à Compiègne.

« PreviousContinue »