Page images
PDF
EPUB

une conscience pour l'occasion; on s'étoit accoutumé à regarder comme nuls de leur nature des engagemens avec un mari qui ne remplissoit pas les siens, & comme raisonnables & même sacrés ceux qu'on avoit pris avec un amant fidèle , sans intention de jamais nuire aux justes intérets du premier, ni aux droits de ses héritiers légitimes. Mais comment concilier cette nouvelle passion avec la mémoire de celui qu'elle avoit tant aimé ? Vous connoissez le coeur humain, & vous me faites cette objection! C'est un fait, elle les a aimés l'un & l'autre avec une égale tendresse ; elle a sacrifié à l'un fa fortune & l'affection de son père, à l'autre le commerce de ses amis, fa fortune & fa réputation; Tout pour l'amour, ou le Monde perdu pour le mieux (c), c'étoit sa devise.

CE

(c) All for love, or the World vell lost ; c'ej le titre d'une tragédie de Dryden.

*

[ocr errors]

Ce qu'elle a eu de plaisirs & de peines avec ce cher S. ....y n'est presque pas vraisemblable: mais son courage étoit à l'épreuve de toutes les persécutions d'un mari, de tous les contretems & de toutes les fatigues : sa santé, naturellement délicate, ne lui a jamais manqué dans le danger; & ce n'étoit pas de l'amour qu'il falloit à son cour, c'étoit du délire, des ravissemens; sitôt qu'il n'étoit plus dans le transport, il tomboit dans le yuide & dans un besoin dévorant. Toute cette aventure est contée avec une vivacité & une bonne foi qu'inutilement vous chercheriez ailleurs; & quand ils se séparent au bout de quatre ans, ce n'est pas la faute de Mylédy, car elle adoroit encore un ingrat, & ses adieux sont d'une humilité si tendre, fi passionnée, si fort au dessus de la stupide fierté de ces prétendues

ames

ames fortes, qui sont si communes, que je ne puis concevoir comment ils ne produisirent pas dès le moment même le renouement qui se fit au bal quelques années après. Ce fut là qu'un heureux coup d'oeil de part & d'autre, le réveil des premières impresfions, & l'impétuosité de son penchant vers un objet dont elle avoit été fi violemment arrachée, lui rendirent cet enchantement qui manquoit à sa vie. Elle en jouit sans diversion pendant quatre mois. Mais s'il alloit encor me quitter! S'il alloit me quitter ! Cette idée, qui vint à la traverse, rompit tout à coup le charme. Comblée des faveurs de l'Amour, le coeur tout plein de la passion, mais l'imagination ravagée de fantômes, elle se retira brusquement, préférant le mal au danger, & le déchirement de ca

cruel

cruel effort aux fraïeurs d'une attente encor plus cruelle.

Ne m'en demandez pas davantage, Monsieur; la suite des Mémoires est aussi bien qu'elle puisse être ; mais il n'étoit pas possible qu'elle fût aussi vive que le commencement. Je voudrois que Mylédy se fût épargné quelques aveus peu nécessaires, & qui font trop de plaisir à ses anciennes amies. J'en vois une actuellement le livre à la main, point vieille encor, mais laide, bien maussade, aigre, maigre, lisant d'un ceil louche, empoisonnant chaque page de son malin regard, féconde en sinistres commentaires, impitoïable, & fe nourrissant délicieusement des débris d'une réputation qui vaut mille fois mieux que fa vertu ; car elle ne laisse pas d'y aller quelquefois, comme dit Mr. de la Poplinière, en partie se

crette

crette à la vérité, mais vilainement libertine, fans goût, sans délicatesse & sans assaisonnement: je le fais de bonne part; & j'en fais même une autre de ce bon naturel & de cette difcrétion. Puissent-elles être tantalisées in fæcula fæculorum.

LET

« PreviousContinue »