Page images
PDF
EPUB

ehoir jetté au hazard sur mon cou, un tablier tenant à une épingle, la moitié de mes cheveux fous mon bonnet, l'autre moitié qui me pendoit sur l'oreille à droite & à gauche, Eg sur mon front un mélange d'espérance, de crainte, de joie , & de honte.

DANS ce defordre elle va, elle revient, elle s'égare ; la palpitation redouble. Le page d'un Suiffe, qu'elle rencontre heureusement, la tire de ce mauvais pas : un Savoïard boiteux, après l'avoir long-teins fait attendre dans un cabaret borgne, lui déterre enfin des porteurs de chaife', qui la mènent à reculons à l'endroit desiré.

A cinq heures après midi, le mariage aïant été beni en face d'Eglise , & consommé dans une chambre obscure, nous nous levâmes, dit Mylé

dy,

E 4

dy, une heure plus tard que nous n'avions pensé, & nous pasfâmes dans un autre appartement pour nous mettre à table. J'étois honteuse de voir le jour, & de rencontrer les yeux de mon cher Mylord (6). Je mangeai peu, parlai encore moins ; j'étois heureuse, quoique couverte de confusion , & livrée à mille agitations, dont quelquesunes étoient douloureuses, mais la plúpart ravissantes & délicieuses. Le Ciel étoit descendu sur la Terre; tout ce que l'amour peut donner, tout ce que la sensibilité peut gouter de plaisirs, nous. en jouifions dans nos mutuels transports.

[ocr errors]

TANT de félicité ne dura qu'une année: mais ce ne fut ni la légèreté, ni l'inconstance, de part, ni d'autre ,

qui

(6) Mylord William H.....n, frère du feu Duc de ce nom,

qui en abrégea les momens; la mort seule eut le pouvoir de séparer deux amans si passionnés & deux époux si fidèles.

Rien n'est si touchant que les emportemens & l'extase de douleur de la tendre Mylédy prête à voir expirer son cher William. Si fa douleur n'avoit pas été aussi pure que profonde, il eût semblé qu'elle prefsentît dès ce moment la différence du mari qu'elle alloit perdre à celui qui lui devoit succéder. Je ne les envisage l’un & l'autre que par rapport à l'impression qu'elle en reçoit, sans entrer dans la question du mérite abfolu: mais quel contraste pour son cœur, & la plaisante chose que le tableau de fes secondes noces ! Savez-vous ce que c'est qu'une femme tantalisée ? C'est le mot dont elle se sert pour exprimer le supplice qu'elle éprouva toute cette nuit, mais avec un appareil & des circonstances dignes de l'Enfer que Mahomet n'eut jamais le courage de proposer au beau Sexe Arabe, & dont le Roi des peintres en ce genre, l'Auteur de Tanzaï E Néadarné, eût été trop heureux de pouvoir enrichir fes galeries.

AUROIS-JE mal compris mon Efprit des Loix ? Faudroit - il s'étonner, Monsieur, fi cette révolution dans le Gouvernement en avoit produit une dans le caractère de la belle Mylédy? Elle fut pourtant toujours la même ; toujours ferme dans fon goût pour le vrai , & dans son aversion pour le mensonge. A quoi bon changer de caractère quant il suffit de changer d'objet? Mr. S....y se présenta; il étoit grand, bien fait, agréable, affidu, ref

pectueux;

pectueux; il commença par les dialogues de Platon, & finit par la morale d'Epicure; c'est le Cours ordinaire de la Philosophie galante. Mylédy l'écoutoit avec complaisance, le faisoit jurer qu'il n'en abuferoit jamais : mais il la tourmentoit tant, & il lui plaisoit tant! Elle le voïoit dans une affliction mortelle, dont il lui étoit fi aisé de le guérir ! D'ailleurs elle lui avoit fait des aveus, elle étoit jalouse de l'opinion qu'il pouvoit avoir de sa sincérité, & plûtôt que de la détruire par trop de résistance, elle n'en fit plus assés. Je sens, dit-elle, trelaillir mon coeur au souvenir de ce cher & fatal moment; mais c'est sans remors que j'y réfléchis , & c'est avec plaisir que je me le rappelle.

Voilà qui vous paroit un peu fort, n'est-ce pas ? Attendez; on s'étoit fait

une

« PreviousContinue »