Oeuvres de Fontenelle: des Académies Française, des Sciences, des Belles-lettres, de Londres, de Nancy, de Berlin et de Rome, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 98 - Lampérière) .Le cardinal voulut que ce père si difficile vînt lui parler à Paris. Il y arriva tout tremblant d'un ordre si imprévu, et s'en retourna bien content d'en être quitte pour avoir donné sa fille à un homme qui avait tant de crédit.
Page 76 - L'Illusion comique, dont je parle ici, est une pièce irrégulière et bizarre et qui n'excuse point , par ses agréments , sa bizarrerie et son irrégularité. Il y domine un personnage de capitan, qui abat d'un souffle le grand Sophi de Perse et le grand Mogol , et qui une fois en sa vie...
Page 98 - Il répondit qu'il était bien éloigné de la tranquillité nécessaire pour la composition, et qu'il avait la tête renversée par l'amour. Il en fallut venir à un plus grand éclaircissement ; et il dit au cardinal qu'il aimait passionnément une fille...
Page 95 - Le peuple, je l'avoue, et la cour, les dégradent; Je faiblis, ou du moins ils se le persuadent; Pour bien écrire encor j'ai trop longtemps écrit: Et les rides du front passent jusqu'à l'esprit...
Page 90 - Corneille ya peint la corruption de la cour des empereurs du même pinceau dont il avoit peint les vertus de la république. En ce...
Page 97 - C'est là ce qui se trouve en ne comparant que les ouvrages de part et d'autre. Mais si on compare ces deux hommes ; l'inégalité est plus grande. Il peut être incertain que Racine eût été, si Corneille n'eût pas été avant lui : il est certain que Corneille a été par lui-même.
Page 79 - J'ai ouï dire que les applaudissements que l'on donnait à cette pièce, ou plutôt à celui que l'on savait qui y prenait beaucoup d'intérêt, transportaient le cardinal hors de lui-même; que tantôt il se levait et se tirait à moitié du corps hors de sa loge pour se montrer à l'assemblée; tantôt il imposait silence pour faire entendre des endroits encore plus beaux.
Page 100 - Il avait le visage assez agréable , un grand nez, la bouche belle, les yeux pleins de feu, la physionomie vive, des traits fort marqués, et propres a être transmis à la postérité dans une médaille ou dans un buste.
Page 150 - Le vrai est tout ce qui est ; le vraisemblable est ce que nous jugeons qui peut être, et nous n'en jugeons que par de certaines idées qui résultent de nos expériences ordinaires. Ainsi, le vrai a infiniment plus d'étendue que le vraisemblable , puisque le vraisemblable n'est qu'une petite portion du vrai , conforme à la plupart de nos expériences.
Page 134 - Rome, qui va être sujette d'Albe , et de la honte qui rejaillit sur lui par la fuite de son fils , jure qu'il le punira de sa lâcheté , et lui ôtera la vie de ses propres mains ; ce qui redonne une nouvelle inquiétude à Sabine. Mais on apporte enfin au vieil Horace , une nouvelle toute contraire ; la fuite de son fils...

Bibliographic information