Oeuvres de Fontenelle: des Académies Française, des Sciences, des Belles-lettres, de Londres, de Nancy, de Berlin et de Rome, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 168 - Et je ne puis vouloir, dans mon destin fatal, Aux poetes assez de mal, De leur impertinence extrême , D'avoir, par une injuste loi, Dont on veut maintenir. l'usage , A chaque Dieu, dans son emploi, Donné quelque allure en partage , Et de me laisser à pied . moi, Comme un messager de village.
Page 314 - consolation, et quel rapport de cette dent aux chrétiens ni aux Turcs. En la même année, afin que cette dent d'or ne manquât pas d'historiens , Rullandus en écrit encore l'histoire. Deux ans après, Ingolsteterus, autre savant, écrit contre le sentiment que Rullandus avoit de la dent d'or, et
Page 13 - sont attachées. Ce spectacle me fit rêver, et peut-être, sans la Marquise, eussé-je rêvé assez long-temps ; mais la présence d'une si aimable dame ne me permit pas de m'abandonner à la lune et aux étoiles. Ne trouvez-vous pas, lui dis-je, que le jour même n'est pas si beau qu'une belle nuit ? Oui, me
Page 313 - le bruit courut que les dents étant tombées à un enfant de Silésie , âgé de 7 ans , il lui en étoit venu une d'or à la place d'une de ses grosses dents. Horstius , professeur en médecine dans l'université de Helmstad , écrivit , en
Page 159 - des chapeaux, et puis des turbans, et puis des •, têtes chevelues, et puis des têtes rases ; tantôt •' des villes à clochers, tantôt des villes à longues » aiguilles, qui ont des croissans, tantôt des villes •, à tours de porcelaine, tantôt de grands pays qui » n'ont que des cabanes; ici, de vastes mers; là,
Page 65 - il faut ne donner que la moitié de son esprit aux choses de cette espèce que l'on croit, et en réserver une autre moitié libre, où le contraire puisse être admis s'il en est besoin. Je ne me paie point de sentences, répliqua-t-elle ; allons au fait. Ne
Page 18 - ces Platon, ces Aristote, et tous ces gens dont le nom fait aujourd'hui tant de bruit à nos oreilles : supposons qu'ils voyoient le vol de Phaëton que les vents enlèvent, qu'ils ne pouvoient découvrir les cordes, et qu'ils ne savoient point comment le derrière du théâtre étoit disposé. L'un d'eux disoit :
Page 115 - voûte, en la partageant en mille et mille tourbillons, il me semble que je respire avec plus de liberté, et que je suis dans un plus grand air, et assurément l'univers a toute une autre magnificence. La nature n'a rien épargné en le produisant ; elle a fait une profusion de richesses
Page 20 - inégaux, elles se regardent diversement, et figurent diversement ensemble ; au lieu que les étoiles fixes sont toujours dans la même situation les unes à l'égard des autres. Le chariot, par exemple, que vous voyez, qui est formé de ces sept étoiles, a toujours été fait comme il est, et le sera encore long-temps ; mais la lune
Page 15 - fût vrai ; mais je le tiens pour vrai, parce qu'il me fait plaisir à croire. C'est une idée qui me plaît, et qui s'est placée dans mon esprit d'une manière riante. Selon moi, il n'ya pas jusqu'aux vérités à qui l'agrément ne soit nécessaire. Et bien, reprit-elle, puisque votre folie est si agréable, donnez-la moi} je croirai, sur les étoiles,

Bibliographic information