Cours de littérature française par m. Villemain ...: Tableau de la littérature au XVIIIe siècle ...

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 347 - D'un œil aussi content, d'un cœur aussi soumis Que j'acceptais l'époux que vous m'aviez promis, Je saurai, s'il le faut, victime obéissante, • Tendre au fer de Calchas une tête innocente ; Et respectant le coup par vous-même ordonné, Vous rendre tout le sang que vous m'avez donné.
Page 242 - ... fortune, il s'en est élevé quelqu'un dans leur sein, c'est celui-là surtout qu'ils ont frappé, avides qu'ils étaient d'inspirer la terreur par le choix de la victime. Ainsi périt le dernier des Gracques de la main des patriciens; mais, atteint du coup mortel, il lança de...
Page 215 - Si l'homme d'après sa nature est forcé d'aimer son bienêtre, il est forcé d'en aimer les moyens. Il serait inutile et peutêtre injuste de demander à un homme d'être vertueux, s'il ne peut l'être sans se rendre malheureux. Dès que le vice le rend heureux, il doit aimer le vice.
Page 430 - A cette première règle, dictée par le génie, si l'on joint de la délicatesse et du goût, du scrupule sur le choix des expressions, de l'attention à ne nommer les choses que par les termes les plus généraux, le style aura de la noblesse.
Page 370 - N'avez-vous pas , seigneur, permis , malgré nos lois , Qu'il jouît de sa vue une seconde fois ? Qu'il revînt en ces lieux ? OROSMANE. Qu'il revînt , lui , ce traître ? Qu'aux yeux de ma maîtresse il osât reparaître ? Oui, je le lui rendrais, mais mourant, mais puni, Mais versant à ses yeux le sang qui m'a trahi , Déchiré devant elle ; et ma main dégouttante Confondrait dans son sang le sang de Son amante... Excuse les transports de ce cœur offensé; Il est né violent , il aime , il...
Page 449 - Ils vous trouveraient, ô douce lumière, ô éternelle beauté , toujours ancienne et toujours nouvelle , ô fontaine des chastes délices, ô vie pure et bienheureuse de tous ceux qui vivent véritablement, s'ils vous cherchaient au dedans d'eux-mêmes ! Mais les impies ne vous perdent qu'en se perdant.
Page 213 - Si la nature, au lieu de mains et de doigts flexibles, eût terminé nos poignets par un pied de cheval, qui doute que les hommes sans arts, sans habitations, sans défense contre les animaux, tout occupés du soin de pourvoir à leur nourriture et d'éviter les bêtes féroces, ne fussent encore errants dans les forêts comme des troupeaux fugitifs (i)?
Page 309 - Je l'attendais à la 1in du dernier verset : il se tut en effet ; mais pour m'assurer l'honneur de la victoire, j'ajoutai encore une ou deux phrases, et je dis à ces messieurs que cet homme méritait, par ses connaissances et par ses malheurs, d'intéresser leur charité.
Page 215 - ... la douleur et le plaisir sont les seuls moteurs de l'univers moral; et que le sentiment de l'amour de soi est la seule base sur laquelle on puisse jeter les fondements d'une morale utile.
Page 271 - ... c'est la fantaisie plutôt que le goût qui produit tant de modes nouvelles. Le goût peut se gâter chez une nation ; ce malheur arrive d'ordinaire après les siècles de perfection. Les artistes, craignant d'être imitateurs, cherchent des routes écartées...

Bibliographic information