Dictionnaire raisonné des onomatopées françoises

Front Cover
Delangle frères, 1828 - French language - 403 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 107 - Sitôt que d'Apollon un génie inspiré Trouve loin du vulgaire un chemin ignoré, En cent lieux contre lui les cabales s'amassent ; Ses rivaux obscurcis autour de lui croassent ; Et son trop de lumière, importunant les yeux, De ses propres amis lui fait des envieux ; La mort seule ici-bas, en terminant sa vie, Peut calmer sur son nom...
Page 108 - Eh bien, manger moutons, canaille, sotte espèce, Est-ce un péché ? Non non. Vous leur fîtes Seigneur, En les croquant beaucoup d'honneur. Et quant au Berger, l'on peut dire Qu'il était digne de tous maux, Étant de ces gens-là qui sur les animaux Se font un chimérique empire.
Page 190 - QUI frappe l'air, bon Dieu ! de ces lugubres cris ? Est-ce donc pour veiller qu'on se couche à Paris ? Et quel fâcheux démon, durant les nuits entières, Rassemble ici les chats de toutes les gouttières ? J'ai beau sauter du lit, plein de trouble et d'effroi, Je pense qu'avec eux tout l'enfer est chez moi : L'un miaule en grondant comme un tigre en furie ; L'autre roule sa voix comme un enfant qui crie. Ce n'est pas tout encor : les souris et les rats Semblent, pour m'éveiller, s'entendre avec...
Page 64 - Ceux à qui la chaleur ne bout plus dans les veines En vain dans les combats ont des soins diligents; Mars est comme l'Amour : ses travaux et ses peines Veulent de jeunes gens.
Page 275 - Tire l'ire à l'ire, et tire-lirant tire Vers la voûte du ciel, puis son vol vers ce lieu Vire, et désire dire : Adieu, Dieu ! Adieu, Dieu ! Du ВЛИТА».
Page 227 - Le rugissement du lion est si fort que, quand il se fait entendre par échos la nuit dans les déserts, il ressemble au bruit du tonnerre.
Page 71 - Si tout est silence et repos dans les savanes de l'autre côté du fleuve, tout ici, au contraire, est mouvement et murmure: des coups de bec contre le tronc des chênes, des froissements d'animaux qui marchent, broutent ou broient entre leurs dents les noyaux des fruits; des bruissements d'ondes, de faibles gémissements, de sourds meuglements, de doux roucoulements remplissent ces déserts d'une tendre et sauvage harmonie.
Page 71 - LE CHAT, LA BELETTE ET LE PETIT LAPIN. Du palais d'un jeune lapin Dame belette, un beau matin, S'empara : c'est une rusée. Le maître étant absent, ce lui fut chose aisée. Elle porta chez lui ses pénates, un jour Qu'il étoit allé faire à l'aurore sa cour Parmi le thym et la rosée.
Page 277 - Tu tombes comme une fusée Qu'une jeune pucelle au soir De sa quenouille laisse choir, Quand au fouyer elle sommeille, Frappant son sein de son oreille...
Page 316 - Baerius sur le même sujet ; mais rien n'égale , dans la langue factice de l'imitation , le tour de force extraordinaire -du savant ornithologiste allemand Bechstein , qui est parvenu à exprimer assez Heureusement , avec les signes usuels de notre langue parlée, toutes les modulations de la • voix du rossignol.

Bibliographic information