Page images
PDF
EPUB

SCÈNE II. HARPAGON, LE COMMISSAIRE, MAÎTRE JACQUES.

' MAÎTRE JACQUES, dans le fond du théâtre, en se relournant du côté par lequel il est entré. Je m'en vais revenir ; qu'on me l'égorge tout à l'heure; qu'on me lui fasse griller les pieds;6 qu'on me le mette dans l'eau bouillante ; et qu'on me le pende au plancher.

HAR., à maître Jacques. Qui? celui qui m'a dérobé ?

JACQUES. Je parle d'un cochon de lait que votre intendant me vient d'envoyer, et je veux vous l'accommoder à 10 ma fantaisie.

HAR. Il n'est pas question de cela, et voilà monsieur à qui il faut parler d'autre chose.

LE Com., à maître Jacques. Ne vous épouvantez point ; je suis homme à ne vous point scandaliser, et les choses 15 iront dans la douceur.

JACQUES. Monsieur est de votre souper ?

LE Com. Il faut ici, mon cher ami, ne rien cacher à votre maître.

JACQUES. Ma foi, monsieur, je vous traiterai du mieux 0 qu'il me sera possible.

HAR. Traître ! il s'agit d'autre chose que de souper ; et je veux que tu me dises des nouvelles de l'argent qu'on m'a pris.

JACQUES. On vous a pris de l'argent ?

HAR. Oui, coquin! et je m'en vais te faire pendre si tu ne le rends.

LE Com., à Harpagon. Mon Dieu ! ne le maltraitez point. Je vois à sa mine qu'il est honnête homme, et que, sans se faire mettre en prison, il vous découvrira ce que 30 vous voulez savoir. (-4 maître Jacques.) On lui a pris au

25

15

jourd'hui son argent, et il n'est pas que vous ne sachicz quelque nouvelle de cette affaire.

JACQUES, bas, à part. Voici justement ce qu'il me faut pour me venger de notre intendant : j'ai sur le cour les 5 coups de bâton de tantôt.

HAR. Qu’as-tu à ruminer ?

JACQUES. Monsieur, si vous voulez que je vous dise les choses, je crois que c'est monsieur votre cher intendant

qui a fait le coup. 10 HAR. Lui qui me paraît si fidèle ?

JACQUES. Lui-même. Je crois que c'est lui qui vous a dérobé.

HAR. Et sur quoi le crois-tu ?
JACQUES. Sur quoi ?
HAR. Oui.
JACQUES. Je le crois... sur ce que je le crois.

LE Com. Mais il est nécessaire de dire les indices que vous avez.

HAR. L'as-tu vu rôder autour du lieu où j'avais mis 20 mon argent ?

JACQUES. Oui, vraiment. Où était-il votre argent ?
HAR. Dans le jardin.

JACQUES. Justement. Je l'ai vu rôder dans le jardin. Et dans quoi est-ce que cet argent était ? 25 Har. Dans une cassette.

JACQUES. Voilà l'affaire. Je l'ai vu avec une cassette.

HAR. Et cette cassette, comment est-elle faite? Je verrai bien si c'est la mienne.

JACQUES. Comment elle est faite ? 30 HAR. Oui.

JACQUES. Elle est faite... elle est faite comme une cassette. LE Com. Cela s'entend. Mais dépeignez-la un peu, pour voir.

JACQUES. C'est une grande cassette.
HAR. Celle qu'on m'a volée est petite.

JACQUES. Eh ! oui, elle est petite si on veut le prendre 5 par là ; mais je l'appelle grande pour ce qu'elle contient.

LE Com. Et de quelle couleur est-elle ?
JACQUES. De quelle couleur ?
LE Com. Oui.

JACQUES. Elle est de couleur... là, d'une certaine cou- 10 leur... Ne sauriez vous m'aider à dire ?

HAR. Euh!
JACQUES. N'est-elle pas rouge ?
HAR. Non, grise.

JACQUES. Eh ! oui, gris-rouge. C'est ce que je voulais 15 dire.

HAR. Il n'y a point de doute. C'est elle assurément. Ecrivez, monsieur, écrivez sa déposition. Ciel ! à qui désormais se fier ? Il ne faut plus jurer de rien ; et je crois après cela, que je suis homme à me voler moi-même.

JACQUES, à Harpagnon. Monsieur, voici votre intendant qui revient. Ne lui allez pas dire, au moins, que c'est moi qui ai découvert cela.

SCÈNE III.
HARPAGON, LE COMMISSAIRE, VALÈRE, 25

MAÎTRE JACQUES. HAR. Approche ; viens confesser l'action la plus noire, l'attentat le plus horrible qui jamais ait été commis.

VAL., croyant qu'Harpagon parle de son engagement avec Elise,

10

essaye de se justifier. Quand vous m'aurez oui, vous verrez que le mal n'est pas si grand que vous le faites.

HAR. Le mal n'est pas si grand que je le fais ! Quoi ! mon sang, mes entrailles, pendard !

Val. Votre sang, monsieur, n'est pas tombé dans de mauvaises mains; et il n'y a rien en tout ceci que je ne puisse bien réparer.

HAR. C'est bien mon intention, et que tu me restitues ce que tu m'as ravi.

VAL. Votre honneur, monsieur, sera pleinement satisfait.

HAR. Il n'est pas question d'honneur là-dedans. Mais dis-moi, qui t'a porté à cette action ?

VAL. Hélas! me le demandez-vous ?
Haz. Oui, vraiment je te le demande.

Val. Un dieu qui porte les excuses de tout ce qu'il fait faire : l'Amour.

HAR. L'Amour ?
Val. Oui.

Har. Bel amour ! bel amour, ma foi ! l'amour de mes louis d'or!

Val. Non, monsieur, ce ne sont pas vos richesses qui m'ont tenté, et je proteste de ne prétendre rien à tous vos biens, pourvu que vous me laissiez celui que j'ai.

HAR. Non ferai, de par tous les diables ! je ne te le laisserai pas. Mais voyez quelle insolence, de vouloir retenir le vol qu'il m'a fait !

Val. Appelez-vous cela un vol ?
HAR. Si je l'appelle un vol! un trésor comme celui-là !

VAL. C'est un trésor, il est vrai, et le plus précieux que vous ayez sans doute ; mais ce ne sera pas le perdre que

20

25

30

de me le laisser. Je vous le demande à genoux, ce trésor plein de charmes.

HAR. Je n'en ferai rien. Qu'est-ce à dire, cela !

Val. Nous nous sommes promis une foi mutuelle, et avons fait serment de ne nous point abandonner.

Har. Le serment est admirable et la promesse plaisante!

VAL. Oui, nous nous sommes engagés d'être l'un à l'autre à jamais.

HAR. Je vous en empêcherai bien, je vous assure.
Val. Rien que la mort ne nous peut séparer.

16 HAR. C'est être bien endiablé après mon argent.

VAL. Je vous ai déjà dit, monsieur, que ce n'était point l'intérêt qui m'avait poussé à faire ce que j'ai fait. Un motif plus noble m'a inspiré cette résolution.

HAR. Vous verrez que c'est par charité chrétienne qu'il 15 veut avoir mon bien. Mais j'y donnerai bon ordre ; et la justice, pendard effronté, me va faire raison.

VAL. Vous en userez comme vous voudrez, et me voilà prêt à souffrir toutes les violences qu'il vous plaira ; mais je vous prie de croire au moins que, s'il y a du mal, ce n'est 20 que moi qu'il en faut accuser, et que votre fille, en tout ceci, n'est aucunement coupable.

HAR. Je le crois bien, vraiment ; il serait fort étrange que ma fille eût trempé dans ce crime. Mais je veux ravoir mon affaire, et que tu me confesses en quel endroit tu me 25 l'as enlevée.

Val. Moi ? je ne l'ai point enlevée, et elle est encore chez vous.

Har., à part. O ma chère cassette! (Haut.) Elle n'est point sortie de ma maison ?

30 Vai Non, monsieur,

« PreviousContinue »