Page images
PDF
EPUB

La trompe ne sonnait plus... La chèvre entendit derrière elle un bruit de feuilles. Elle se retourna et vit dans l'ombre deux oreilles courtes toutes droites, avec deux yeux qui reluisaient... C'était le loup!

Enorme, immobile, assis sur son train de derrière, il 5 était là, regardant la petite chèvre blanche et la dégustant par avance. Comme il savait bien qu'il la mangerait, le loup de se pressait pas; seulement, quand elle se retourna il se mit à rire méchamment. “Ha! ha! la petite chèvre de monsieur Seguin !" et il passa sa grosse langue rouge 10 sur ses babines d'amadou.

Blanquette se sentit perdue... Un moment, en se rappelant l'histoire de la vieille Renaude, qui s'était battue toute la nuit pour être mangée le matin, elle se dit qu'il vaudrait peut-être mieux se laisser manger tout de suite ; 15 puis, s'étant ravisée, elle tomba en garde, la tête basse et la corne en avant, comme une brave chèvre de monsieur Seguin qu'elle était... non pas qu'elle eût l'espoir de tuer le loup, — les chèvres ne tuent pas les loups, – mais seulement pour voir si elle pourrait tenir aussi longtemps que 20 la Renaude...

Alors le monstre s'avança, et les petites cornes entrèrent en danse. Ah! la brave chevrette! comme elle y allait de bon cøur! Plus de dix fois, je ne mens pas, elle força le loup à reculer pour reprendre haleine. Pendant ces trêves 25 d'une minute, la gourmande cueillait en bâte encore un brin de sa chère herbe, puis elle retournait au combat, la bouche pleine... Cela dura toute la nuit. De temps en temps la chèvre de monsieur Seguin regardait les étoiles danser dans le ciel clair, et elle disait : “Oh! pourvu que 30 je tienne jusqu'à l'aube ..."

L'une après l'autre, les étoiles s'éteignirent. Blanquette redoubla de coups de corne, le loup de coups de dents... Une lueur pâle parut dans l'horizon... Le chant d'un coq

enroué monta d'une métairie. “ Enfin !” dit la pauvre bête, qui n'attendait plus que le jour pour mourir; et elle s'allongea par terre dans sa belle fourrure blanche toute tachée de sang...

Alors le loup se jeta sur la petite chèvre et la mangea.

5

NOTES.

Page Ligne 391.-23. "Un clos" a fenced field. 32. "Comme on doit être bienhow comfortable one must be, I am

sure,

34. “Une longe" tether.
392.- 1. "C'est bon” it is well enough.

2. “Il leur faut du large” they must have free space.
3. “A partir de" from.
23. “Ce n'est pas la peine" it is not worth while.

31. “Une maîtresse chèvre" a grand goat. 393.- 1. “Pécarré” exclamation familière dans le midi de la France,

dear me! — “Ça ne fait rien" no matter.
9. “A double tour" littéralement with a double turn of the key,

securely.
20. "Plus de corde" no more rope.

22. “C'est là qu'il y en avait de l'herbe." What a place for grass ! 394.-20. “De la maisonnette on ne voyait plus que le toit;" inversion

pittoresque: on ne voyait plus que le toit de la maisonnette. 23. “Qui rentrait” who was going home.

33. “Se faire à”=s'accoutumer à. 395.- 5. "Son train de derrière" his haunch.

16. "S'étant ravisée” having made up his mind otherwise, having

changed his mind. 396.– 2. Qui n'attendait plus que" who was only waiting.

QUESTIONS. 1. Quelle popularité Daudet a-t-il? et à quel titre?—2. Racontez les incidents de sa vie?—3. Quels ouvrages sont cités d'abord ? et qu'est-ce qui les caractérise? -4. Que doit on dire de certains de ses romans? 5. Qu'est-ce qui arrive à monsieur Séguin avec ses chèvres? 7. Quelle dernière expérience tente-t-il? - 8. Décrivez la petite chèvre? — 9. Comment monsieur Séguin la traite-t-il? et que s'ensuit-il?–10. Résumez le dialogue entre elle et son maître?11. Que fait la petite chèvre une fois échappée ?–12. Racontez les péripéties de la lutte et la catastrophe finale?

AUTEURS DIVERS.

D'autres écrivains de grand renom ont encore illustré ce siècle; mais la nature de leurs écrits ne permettant pas trop d'en citer de longs extraits, il suffira ici de leur consacrer une brève notice.

En première ligne vient THÉOPHILE GAUTIER (1811-1873), poète, romancier et critique de grande autorité. Il est surtout fameux pour son style artistique au plus haut point. De ses ouvrages que l'on peut encore lire, il y a ses voyages en Espagne, en Turquie, et le Capitaine Fracasse.

DE SAINTE-BEUVE (1804-1869) le prince des critiques littéraires, poète à ses heures. Sainte-Beuve a introduit une nouvelle école de critique, étudiant avec un soin minutieux non-seulement les ouvra. ges d'un auteur, mais encore les circonstances historiques et le milieu dans lequel il a vécu. C'est cette étude approfondie et lumineuse mise en relief par un goût parfait et un excellent style, qui donne tant de prix à ses Portraits littéraires, Portraits contemporains et à ses Causeries du Lundi. Ce recueil est volumineux, mais utile à consulter en tous cas. On en a fait des extraits choisis contenus dans dans un seul volume.

GUIZOT (1787–1874), longtemps premier ministre sous Louis-Phi. lippe, a, de son côté, fondé en quelque sorte une école d'études historiques ou de philosophie de l'histoire. Son Histoire de Charles ser (d'Angleterre) est, on peut le dire, classique. Il a aussi écrit une Histoire de France estimée, bien qu'inférieure à celle de Duruy. (*)

RENAN (1823-1892), non moins remarquable par l'excellence de sa diction que par ses études sur les différents livres de la Bible. Son Quvre la plus connue ust l'Histoire des Origines du Christianisme en 8 volumes. Renan est un érudit doubló d'un grand écrivain. Ses souvenirs autobiographiques, Souvenirs d'Enfance et de Jeunesse, sont pleins de charme.

(*) Cette Histoire de France par Duruy mérite d'être recommandée.

BALZAC (Honoré de) (1799-1859) au dire de beaucoup d'admirateurs a élevé un monument durable à la littérature française dans sa série intituléo la Comédie Humaine. Il y a voulu dépeindre l'homme dans ses aspects divers. Il y montre effectivement un pouvoir merveilleux d'observation et un vrai génie de description exacte et minutieuse. Il est fâcheux qu'il se soit attaché à décrire surtout les mauvais côtés de ia nature humaine; ses ouvrages laissent une impression attristante.

On peut lire cependant Eugénie Grandet, Le Lis dans lu Vallée, et surtout l'édition récemment publiée de ses courtes histoires ou contes. (*)

DUMAS (Alexandre, père) (1802-1870), le Walter Scott de la France, dont les prodigieux récits, fondés pour la plupart sur quelque fait historique, ont fait les délices de plusieurs générations. Maintenant encore on lit avec plaisir les Trois Mousquetaires avec la suite, Vingt Ans après. Le Comte de Monte Cristo n'est pas non plus oublié.

(*) Contes de Balzac édités par MM. G. M. Harper et L. E. Livinggood, W. R. Jenkins, New York.

TABLE DES MATIERES.

Avant-Propos....
Introduction : les huit premiers siècles...

PREMIÈRE PARTIE.

1
3

17
26
34
82
115
131

XVIIE SIÈCLE.
CHAPITRE 1. MALHERBES. DESCARTES.

II. PASCAL, les Pensées....
III. MOLIÈRE, l'Avare
IV. CORNEILLE, Polyeucte .

V. MME DE SÉVIGNÉ, Lettres..
VI. LA FONTAINE, Fables..
VII. L'ACADÉMIE FRANÇAISE.

FOUCAULD
VIII. RACINE, Athalie.
IX. BOSSUET, Euvres...

X. FÉNELON, Télémaque
XI. BOILEAU. – LA BRUYÈRE.

DEUXIÈME PARTIE.

LA ROCHE-

[ocr errors]

149
157
190
205
219

XVIIIE SIÈCLE.
CHAPITRE I. VOLTAIRE, Euvres.....

II. MONTESQUIEU. LESAGE.
III. JEAN-JACQUES ROUSSEAU
IV. BEAUMARCHAIS. BERNARDIN DE SAINT-

PIERRE..
V. ANDRÉ CHÉNIER.

235
250
269

280
290

XIX SIÈCLE.
CHAPITRE VI. CHATEAUBRIAND. MME DE STAËL.....

VII. BÉRANGER. — NAPOLÉON..
VIII. LAMARTINE. DE MUSSET.
IX. VICTOR HUGO, Euvres...

X. MÉRIMÉE. GEORGE SAND.
XI. ABOUT. · ΤΑΙΝΕ
XII. DAUDET. AUTEURS DIVERS.

296
306
320
334
357
374
390

« PreviousContinue »