Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]
[blocks in formation]

LAUSANNE
Bureaux de la Bibliothèque universelle,

1, PLACE DE LA LOUVE, 1.

PARIS
CHEZ FIRMIN-DIDOT & Cio, 56, rue Jacob.

LONDRES
EDW. STANFORD

HACHETTE & Cie
%6-27, Cockspur St., Charing Cross, S. W. 18, King William Street, Strand.
LEIPZIG : A. TWIETMEYER, LIBRAIRE.

1889

Tous droits réservés.

1889, Moay 6-hule 15.

Sever fundo

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Le Français feuillette les livres ou les dévore; l'Allemand les lit et les médite; aussi les éditions des ouvrages, même les plus célèbres et les plus goûtés des lecteurs d'outre-Rhin, ne se multiplient-elles pas en Allemagne avec autant de rapidité qu'en France. Les traductions surtout, ces pauvres traductions qui sont en tous pays les Cendrillons de la littérature, arrivent bien rarement, et toujours à pas de tortue, à leur seconde et à leur troisième édition ; du reste, rien de plus naturel : chaque nation a déjà bien assez à faire de lire tous les ouvrages qu'on lui sert dans sa langue, et elle ne s'intéresse que médiocrement à une littérature exotique, où elle ne reconnaît ni sa tournure d'esprit, ni ses meurs, ni ses habitudes, ni ses manières, ni ses manies. La littérature d'un peuple est le miroir où il se regarde ; or, chacun peut trouver un certain plaisir à se mirer dans sa glace, mais il se soucie assez peu d'y voir s'étaler le visage d'autrui.

Voici pourtant, sous le titre de : Pensées du nouveau philosophe genevois', une nouvelle et charmante édition allemande du célèbre ouvrage de Petit-Senn. Qui aurait pensé que cet esprit si malin, si goguenard, si gaulois, pour tout dire, pourrait faire les délices de la grave et savante Allemagne, et que le style preste, aigu et rapide comme une flèche des Bluettes et Boutades se serait transvasé si facilement dans le ténébreux idiome de Kant et de Hegel et y aurait gardé toute sa grâce, toute sa saveur ?

C'est que Petit-Senn n'est pas seulement un écrivain spirituel et mordant, il fait aussi beaucoup penser ; tel de ses mots, qui d'abord provoque le rire, vous fait ensuite sombrer à pic dans la rêverie la plus sérieuse. C'est, avec Rodolphe Topffer, le plus aimable et le plus fin des écrivains de la Suisse française, un écrivain qui a, il est vrai, bien plus d'affinité avec Voltaire qu'avec J.-J. Rousseau, mais qui n'en est pas moins un véritable enfant de Genève par son genre d'esprit, par son tempérament littéraire, par sa manière d'écrire et de penser. Petit-Senn semble en effet avoir réuni en lui tous les bons côtés de l'esprit genevois, mais il en a laissé les mauvais. Observateur sagace et impitoyable, il est gouailleur, sarcastique et rieur tant qu'on voudra, mais il n'est absolument pas envieux et ricaneur. Il connaissait et redoutait ce défaut du caractère genevois pour en avoir un peu souffert lui-même, et, comme il se sentait riche de toutes les qualités qui confinent à ce travers, il évitait soigneusement d'y tomber; aussi, sa malice, ne dégénéra jamais en méchanceté, sa raillerie en dénigrement, sa réserve en dédain. S'il s'admirait beaucoup lui-même, il admirait encore davantage les autres écri

1 Sprüche des neuen Genfer Philosophen, von Stocker. Stuttgart.

« PreviousContinue »