Page images
PDF
EPUB

Cet ouvrage demandant une grande exactitude typographique, l'auteur ne répond que des éditions qui porteront sa griffe. Les autres tomberont en outre sous le coup de la loi.

RA

K Adelin

'!. – Typ. A. LACROIX, VERBOECKHOVEN et Ei, ruc Royale, 3, impasse du Parc.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Ce livre est né d'un accès d'indignation.

Tout Français qui voyage entend à l'étranger le français suivant : des travails, des cils, une avocate, les effets théâtrals de M. Gattel, des palais ducaux, des repas frugaux, des jours nataux; un viel homme, une vielle femme ; une chose fallue, parue, plue, prévalue; un homme allé, nui; un problème résous; Éclairez l'escalier à Monsieur! des habits encrassés, ce molade va pis etc. etc.

Le feu qui petille (sans accent), les meur (meurs), les pommes de Cotigna, le beu salé, le fromage d'Hollande, vermichelle, co d'Inde ", segrétaire, Suyi (Sully), le cardinul Chimène (Ximénės), Jésuss, Kintilien, Kinte Curce, un kesteur, le Kirinal, avan-hier etc. etc.

Et on vous répond : Mais c'est votre pays! ce sont les autorités de votre pays ! On vous apporte triomphalement la grammaire officielle, Noël et Chapsal; on vous montre l'approbation en tête, l'approbation du Conseil de l'Instruction publique, et on vous fait remarquer que le membre qui a signé est encore secrétaire perpétuel de l'Académie. De sorte que ce livre réunit toutes les herbes de la saint Jean.

1

[ocr errors]
[ocr errors]

1 Au sérieux.

[ocr errors]

Ni l'Université ni l'Académie n'ont lu. M. Willemain ne dit pas du beu salé. Voilà M. Cousin, le premier grammairien de l'époque, un de ceux qui ont approuvé. Il approuve donc ce qu'il fait enseigner. Il approuve donc Chapsal prétendant que Bossuet n'est pas à imiter, quand il dit : « Il fallait cacher la pénitence avec le même soin qu'on eût fait les crimes. » M. Cousin ne va donc pas imiter ! Il se gardera bien de la locution, lui! Point, il imite, il reproduit, en bonne compagnie, il est vrai. (Voir p. 445.)

Noël non plus n'a pas lu; en voici la preuve irrefutable. Noël était un homme instruit. Il a fait un Dictionnaire français latin, que beaucoup d'entre nous ont encore eu entre les mains. Or, dans ce dictionnaire, les mots sont tout autrement classés et définis que dans la Grammaire. Noël connaissait Tout et Rien substantifs. Chapsal-Noël ne les connait plus.

Enfin Chapsal a avoué, tout avoué. Vous avez son aveu en léte de son second ouvrage, à la place où Noël est absent. Ce second ouvrage, quelque chose comme syntaxe, n'est qu'une reproduction textuelle et partielle du premier. Le nom de Noël n'y est pas. De quel droit Chapsal biffe-l-il ainsi son collaborateur? Du droit du vainqueur. Il a réussi, il supprime l'associé, l'enseigne, l'appeau.

Et maintenant, Université qui avez enrichi et comblé ce vainqueur, continuez d'élever la jeunesse! Proposez lui ce modèle de science et de probité littéraire ! Et vous, Académie, vous avez loué ce talent par la bouche de votre secrétaire, mais pour cette vertu n'aviez vous plus rien ?

Tous les jours, à loute heure, grâce à Chapsal, la comédie de la maitresse de langue se joue dans le monde entier. Mais ce ne sont pas toujours des comédiens qui jouent la comédie. C'est quelquefois un français que le hasard d'une révolution a jeté hors de la patrie, et que la misère a forcé de se faire « gouverneur d'enfants 1. » Au moins il peut donner ce qu'il a reçu, l'éducation, et son malheur sert encore la patrie, il porte partout

[ocr errors]

1 Janot et Colin.

« PreviousContinue »