Mémoires du général Dumouriez pour servir à l'histoire de la Convention nationale, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 439 - Le roi lui donna des marques de satisfaction de la netteté de ce travail, et lui dit : « Vous allez donc joindre l'armée de Luckner? —Oui, sire ; je quitte avec délices cette affreuse ville. Je n'ai qu'un regret ; vous y êtes en danger. — Oui, certainement, dit Louis en soupirant. — Eh bien , sire, vous ne pouvez plus imaginer que je vous parle par quelque intérêt personnel ; une fois éloigné de votre conseil , je ne vous approcherai...
Page 402 - Vous me voyez désolée ; je n'ose pas me mettre à la fenêtre du côté du jardin. Hier au soir, pour prendre l'air, je me suis montrée à la fenêtre de la cour. Un canonnier de garde m'a apostrophée d'une injure grossière, en ajoutant : Que j'aurais de plaisir à voir ta tête au bout de ma baïonnette...
Page 34 - Ghoiseul , et fut agréablement surpris de le voir, non-seulement sans colère, mais parlant bien de lui. Il lui dit avec bonté : « Votre fils est diablement vif, mais j'avoue que j'ai eu le premier tort; il voit en grand , et s'il ne s'est pas trompé, il aura bien du mérite à mes yeux. Laissons-le user son feu contre le flegme espagnol, cela lui fera du bien. » Au bout de quelques jours, Dumouriez reçut un gros paquet qui contenait : 1° une lettre du duc, très-honnête, T un certificat...
Page 393 - Je vous parleiai toujours le langage de la liberté et de la constitution. Renfermé dans mes fonctions, je ne vous ferai point ma cour, et à cet égard je romprai toutes les étiquettes, pour mieux vous servir. Je ne travaillerai qu'aVec vous , ou. au conseil. Presque tout votre corps diplomatique est contre-révolutionnaire ouvertement.
Page 129 - ... prisonniers comme avec Dumouriez , ils devaient bénir la Providence de ce qu'elle l'avait destiné à ce triste gouvernement. C'était un ancien militaire, et un homme de plaisir; il était bon, sensible et poli. Il ne se mêlait point du détail de la maison; son major était son intendant. Il lui apprit que le roi payait quinze livres par jour pour lui , et trois livres pour chacun de ses domestiques ; qu'ainsi, dans le cas où il ne serait pas bien traité , il n'avait qu'à se plaindre à...
Page 403 - Ils réveillaient des étiquettes de la vieille cour, pour leur chercher querelle sur l'ordre du service et les mortifier. Enfin les choses furent poussées au point que les soupçons éclatèrent de toutes parts. « Les clubs et la municipalité s'en mêlèrent : l'Assemblée nationale s'alarma. On dit que dans les casernes des gardes du corps, à l'ancienne école militaire, il y avait un drapeau blanc; on ajouta qu'il avait été donné par le roi. Le peuple des faubourgs voisins de cette caserne...
Page 107 - Suwarow fait un mouvement qui devait le faire battre. Il avait environ trois mille chevaux et deux mille cinq cents hommes d'infanterie. Il laisse son...
Page 89 - ... les plus élevés. On voyait en lui un mélange remarquable des vertus admirées dans les anciennes républiques , et de cette galanterie que la société des femmes a fait naître chez les peuples modernes. Il disait un jour à de jeunes Français : « Je n'ai que » deux intérêts au monde : défendre la liberté » de mon pays, et perdre la mienne.
Page 275 - La nuit du 3 au 4 , il reçut un billet du général Valence , avec copie de l'ordre qu'il venait de recevoir de son général Kellermann de le rejoindre. Valence mandait qu'il voyait bien qu'il y avait du malentendu , mais qu'il était forcé d'obéir, et qu'il marchait sur-le-champ. Cet ordre de Kellermann était daté de Suippe , et portait de venir l'y trouver sans délai , se dirigeant sur...
Page 152 - Telle fut la fin de la grande affaire de la Bastille ,' qui n'était qu'une intrigue niaise de cour, où Dumouriez a joué le rôle du page de Louis XIV, qu'on fouettait pour corriger son maître. Il n'y avait dans cette affaire ni conjuration, ni secret, ni mystère. S'il ya eu quelque intrigue à Paris, Dumouriez, qui était à deux cents lieues, l'a ignorée. Sa mission était simple ; son séjour à Hambourg n'a été occasionné que par la pacifique terminaison • de la révolution dé Suède.

Bibliographic information