Page images
PDF
EPUB

Cette comparaison est ingénieuse.

Il a mis ensuite les sauces en parallèle avec les meubles qui garnissent les appartements de ce riche édifice: il serait inhabitable sans meubles, dit-il; de même sans les sauces et les assaisonnements, un dîner serait aussi nu qu'une maison qui vient d'être visitée par les huissiers et leurs

recors.

Oh, que cet auteur a raisonné juste! c'était un homme de goût dans toute la force du terme.

J'ai bien ri dernièrement d'un original qui osait me soutenir qu'il fallait manger pour vivre et non vivre pour manger.

L'avare de Molière voulait faire écrire cette belle maxime en lettres d'or dans sa salle à manger. Il n'y a qu'un avare ou un pauvre misérable qui puisse tenir un pa- | reil langage.

Mon penseur, qui cependant n'est ni pauvre ni avare, a voulu me persuader qu'il dîne parfaitement avec un potage, du bouilli, un peu de légumes, un rôti et une salade.

C'est donc un imbécile, qui ne sait que végéter et qui ne connaît pas les douceurs de la vie?

Vous avez raison, mon ami, mais parlons bas; car si tout le monde avait notre goût, les morceaux délicats deviendraient trop

rares.

Questo paragone è ingegnoso.

Pòi ha messo le sàlse a confronto co' mòbili, che adòrnano gli appartamenti di questo ricco edifizio senza mòbili, dice, sarebbe inabitabile, siccòme sènza le sàlse, e senza i condimènti, un pranzo sarebbe nùdo: sarebbe come una casa, che sia stàta visitata dai sergènti di giustizia, e da' lòro ajutanti.

Questo si chiama ragionàr giùsto! costùi èra uòmo di gusto per eccellenza.

Ultimamente un originàle mi ha fatto smascellàr dalle rìsa volèva sostenèrmi, che bisogna mangiare per vivere, e non già vìvere per mangiare.

Quèsta sentènza l'avàro di Molière la volèva far iscrivere in lèttere d'òro, nella sàla. Non v' ha che l'avaro o il pitòcco che sia capace di parlàre così.

Quel pensatore, il quale per àltro non è pòvero, nè avàro, ha voluto persuadèrmi, che pranza egregiamènte con ùna minèstra, un pò di lèsso, alcùni legùmi, un arròsto, ed un' insalata.

E dunque un milènso, una piànta nata per vegetare, che non conòsce le dolcèzze della vita.

Avète ragiòne, amico; ma parliàmo piano; perchè se tùtti avèssero il nostro gùsto, i boccòni delicati diverrebbero tròppo ràri.

DIALOGUE

Une galerie de tableaux. Voulez-vous me permettre, Monsieur, de voir votre belle collection de tableaux?

CXIV.

Una galleria di quàdri. Vuòl èlla permèttermi, Signore, di vedèr la sùa bèlla collezione di quàdri?

Avec grand plaisir. Vous êtes, sans doute artiste? Pardonnez-moi, je ne suis que simple amateur.

Par conséquent connaisseur.
Un peu.

Regardez ce tableau original de Rubens. Vous admirerez sans doute avec moi la fraîcheur du coloris et la manière grande et large de ce maître célèbre!

Rubens est, sans contredit, le premier coloriste; ses compositions sont admirables, ses figures sont parfaitement groupées; mais elles manquent souvent de cette noblesse de dessin qu'on ne trouve que chez les anciens, que malheusement il a négligé d'étudier.

Que dites-vous de ce Rembrandt? Trouvez ailleurs cette harmonie de tons, de couleurs, cette force d'expression.

Aucun peintre, à la vérité, ne peut lui être comparé pour le clair-obscur. Quel dommage que ses œuvres laissent à regretter la correction du dessin!

[ocr errors]

Con sòmmo piacere. Ella è artista senza dubbio?

Mi perdoni, sono semplice dilettànte.

E però intendènte.

Un tantino.

Guàrdi quest' originàle di Rùbens. Ammirerà fòrse insième con me la freschezza del colorìto, e la manièra grande, e làrga di quèsto cèlebre maèstro!

Certamente Rubens è il primo colorista; le sue composizioni sono ammiràbili, le sue figure sòno perfettamente aggruppate; ma mòlto spèsso màncano di quèl nòbile disegno che non tròvasi che àppo gli antichi, di che ègli ne trascurò disgraziatamente lo studio.

Che dice di questo Rembrandt? mi tròvi in altri quèsta armònia di colori, quèsta fòrza, d'espressiòne !

In verità, non v' ha pittore che a lùi si pòssa paragonàre ne' chiaroscùri. Peccato, che nelle sue òpere dèbbasi desideràre la correzione del disegno.

Venga qui, ed osservi quèsti lavòri di Teniers, di Gerardo Dow, di Van Ostade, quèsta battaglia di Wouwermans, quèsto quadro del paesista Berghem, quèsta marina di Backuysen, quèsti ani

Passez ici, et contemplez ces morceaux de Téniers, de Gérard Dow, de Van Ostade, cette bataille de Wouwermans, ce paysage de Berghem, cette marine de Backhuysen; ces animaux de Paul Potter et ces fleurs de Van Huy-màli sum. Ces chefs-d'œuvre ne laissent rien à désirer pour la pureté du dessin, le naturel, la vérité, les effets piquants de lumière et le fini précieux.

Mais pourquoi ne possédez-vous rien des écoles italienne et française ?

L'école flamande fait seule mes délices.

Convenez pourtant que chez la plupart des peintres flamands on

di Paolo Potter, e quèsti fiòri di Van Huysum; quèstí càpi d'òpera non lasciano nulla da dêsiderare in quanto al disègno purìssimo, al naturale, alla verità, e agli effètti piccànti della lùce, ed al prezioso finìto.

Ma perchè non possiède nùlla delle scuòle italiana e francèse?

La sola scuola fiamminga fa la mìa delizia.

Convenga però che in quàsi tùtti i pittori fiammìnghi non si

ne trouve qu'une imitation servile de la nature, peu d'invention, peu d'ordonnance et point de génie. Quelle différence du divin Raphael, du Titien, du Corrége, du Poussin, de Lesueur et même de l'école française moderne !

Oh! ne me parlez pas de cette dernière.

Ne confondez pas Boucher, Vanloo, Pierre, et autres peintres de la ci-devant académie, avec ceux qui depuis peu ont ramené l'art à ses vrais principes, et qui font actuellement la gloire de l'école française.

Qui sont donc ces génies sublimes?

Parmi trois cents artistes distingués qui se trouvent à Paris, je pourrais vous en citer une vingtaine qui n'auraient besoin que de mourir, pour devenir immortels. Il est vrai que rarement on rend justice aux grands hommes avant leur mort.

tròva che una servìle imitazione della natura, pòca invenzione, pochissimo òrdine, e nessùn gènio. Che differenza dal divino Raffaèle, dal Tiziano, dal Corrèggio, dal Poussin, dal Lesueur, e pur ànche dalla moderna scuola francèse. Oh, non mi pàrli di quest' ùltima!

Non confonda Boucher, Vanloo, Pierre, ed altri pittòri dell'accadèmia, così dèttà àltre vòlte, con quèi che da pòchi ànni in quà hànno ritiràto l'àrte à suời vèri principj, e che fanno oggidì la glòria della scuola francèse.

Quali sono dunque quèsti ingègni sublimi?

Fra trecento artisti distinti che si tròvano in Parigi, potrèi citàrgliene una ventină, a' quàli àltro non manca che di morire per rèndersi immortàli.

E vèro che di ràdo si fa giustizia àgli uomini gràndi, prima della morte lòro.

DIALOGUE CXV.

Des chances du commerce. Savez-vous la grande nouvelle? le banquier N... vient de suspendre ses paiements.

Vous m'étonnez. Cela ne se peut pas!

Il a proposé un accommodement à ses créanciers et leur a demandé un atermoiement.

Delle vicende del commercio. Sapète la gran novità? il banchière N... ha testè sospeso i suòi pagamenti.

Stupisco. Non è possibile!

Ha proposto di venire a composizione co' suòi creditòri, ed ha lòro chièsto ùna dilaziòne.

Mais cet homme possède une Ma quest' uomo possiède facoltà fortune immense; il a placé des immènse; ha messo al bànco cafonds considérables dans la ban-pitàli ragguardèvoli.

que.

Il n'est pas moins vrai qu'il

Eppure sarà costretto di dichia

sera obligé de déclarer sa failliteràre il suo fallimento, e l'imposet son insolvabilité.

Ce ne peut être qu'une suspension momentanée. Je le connais

sibilità di pagère.

Questo non può èsser che un ritardo momentàneo. Lo conosco

pour un homme d'honneur et de probité, qui a toujours montré beaucoup de prudence dans les affaires, et qui n'a jamais fait de spéculations trop hasardeuses.

Tout le monde rend de lui le meilleur témoignage on s'accorde à dire que sa faillite n'est pas frauduleuse. Il n'a jamais étalé de luxe; la dépense de sa maison était réglée avec sagesse, d'une manière présumée au-dessous de ses moyens.

On dit qu'il a éprouvé beaucoup de malheurs, et fait de grandes pertes dans des entreprises que les circonstances politiques ont fait échouer.

Cet évènement fait faire des réflexions pénibles.

La fortune est inconstante. Ceux qui aujourd'hui sont comblés de ses faveurs, demain en sont abandonnés.

Son esprit supérieur et ses connaissances semblaient devoir la fixer.

L'esprit et le savoir ne conduisent pas toujours aux richesses; l'expérience nous apprend que c'est souvent le contraire qu'il faut pour y parvenir. Connaissez-vous le beau-frère de ce banquier?

Oui, c'est l'homme le plus borné qu'il y ait sur la terre.

Vous le savez, il y a cinq ans qu'il n'avait pas vaillant cent écus; aujourd'hui il est millionnaire.

Il faut donc demander au Ciel la grâce de nous rendre imbéciles, puisque les gens d'esprit deviennent pauvres, tandis que les sots s'enrichissent,

per un uomo d'onòre, et di probità, ch'è stato sempre prudentissimo in tutti i suòi àffàri, e che non ha fatto giammài tràffichi troppo rischiosi.

Tutti attestano in di lùi favòre; tutti sono unànimi nel dire che il sùo fallimento non è fraudolènte. Non ha mai fatto pòmpa di lusso; la spèsa della sua casa èra regolàta con saviezza, ed in un modo reputato inferiore al suo stàto.

Si dice che abbia soffèrto mòlte disgrazie, e che mòlte pèrdite àbbia fatte in cèrte intraprèse che le circostanze politiche hanno fatto andàr màle.

Quèsto accidènte fa nascère penòse riflessioni.

La fortuna è incostante. Oggi ùno è còlmo de' suòi favòri, domàn'è abbandonato.

Parèva che il suo ingègno non ordinàrio, e le sue cognizioni dovèssero tenèrla pei capelli.

L'ingegno, e la scienza non guidano, sèmpre àlle ricchèzze; l'esperienza c'insègna che sovente vi si giùnge per via contrària a quella. Conoscète il cognàto di quèsto banchière?

Si; è l'uomo più ignorante del mondo.

Or bène, cinque ànni sòno, ei non avèva, còme sapète, un capitàle di cènto scùdi; òggi è rìcco a milioni.

Bisogna dunque domandar al Cièlo la gràzia di rènderci imbecilli, poichè gli uomini di talento s' impoveriscino, mentre gli sciòcchi si arricchiscono.

[ocr errors][merged small][merged small]

Le maître et son jardinier. Monsieur! (Il fait trois profondes révérences sans être aperçu). Monsieur! tous les cœurs... (Ne pouvant se faire remarquer, il tousse dans sa main).

(Le maître éternue).

Dieu vous bénisse, Monsieur. Ah! c'est vous, mon cher Henri? Pardonnez si je prends la liberté...

Approchez, mon ami!...

Vous me faites trop d'honneur. Excusez-moi... le respect que je

vous dois...

Allons, asseyez-vous, près de moi, nous causerons plus libre

ment.

Cette grâce... je n'oserai pas, votre bonté... certainement...

Quoi donc? liberté, honneur, grâce, bonté! je ne vous entends pas.

Ce que j'ai à vous dire, Monsieur, ne me permet pas de m'approcher davantage.

Qu'avez-vous donc à me dire? Tous les cœurs, en ce jour, font des vœux pour vous; le mien, qui ne peut être en retard, vous renouvelle ceux qu'il a formés, il y a dix ans, pour votre prospérité et l'accomplissement de tous vos désirs.

Je vous remercie; mon ami; tous ces vœux sont fort bons.

Ils doivent l'être; c'est moimême qui les ai faits; d'ailleurs ils ont jusqu'ici été remplis preuve qu'ils sont solides; j'espère bien les renouveler l'année prochaine, et beaucoup d'autres encore !

La buona fèsta.

Il padrone, ed il suo giardinière. Signore! (fa tre profonde riverènze, senza èsser veduto.)

Signòre! tutti i cuòri... (Non potèndosi far osservàre, tòsse nella sùa màno).

(Il Signore starnùta).
Dio la benedica, Signore.
Ah! siète vòi, mèo caro Enrico?
Perdoni se mi prèndo la libertà.

Avvicinatevi, amìco!... Mi fa troppo onòre. Mi scùsi... il rispetto che le dèbbo.....

Via, sedète vicino a me, ciancerèmo più liberamente...

Quèsta grazia... non ardirèi, la di lèi bontà... certamènte...

Che? libertà, onòre, grazia, bontà! non vi comprèndo.

Quel che debbo dìrle, Signore, non mi permètte di avvicinàrmi di più.

Dùnque che avète da dìrmi?

Tutti i cuòri, in quèsto giòrno, fanno vòti per lèi; il mìo, che non soffre indugio, le ripète quèl che ha già fatti, dièci ànni sòno, per la conservazione della di lei salute, per la di lei prosperità, e pel compimento di tutti i suoi desidèrj. Vi ringrazio, mìo càro amico; ottimi sono quèsti vòti.

Debbono èsser tàli, ìo medèsimo li ho fàtti; pòi sòno stàti esauditi fin adèsso il che dimostra che sòno sòlidi; e spèro che potrò rinnovàrli l'anno prossimo, e mòlti altri anni ancora!

« PreviousContinue »