Page images
PDF
EPUB

DIALOGUE CIII.

Du couvent. Du matin au soir vous ne faites qne jouer. Laissez-là votre poupée, étudiez le catéchisme : cela sera plus sage.

Je sais mon catéchisme sur le bout du doigt.

Voyons : combien y a-t-il de péchés capitaux.

Neuf.

Il n'y en a que sept. Il est honteux que vous ne soyez pas mieux instruite dans votre religion. A l'âge de sept ans j'en savais davantage : mes parents m'avaient mise au couvent, où je fus élevée dans la piété et dans la voie du salut.

Que fait-on dans un couvent, ma bonne?

Ce qu'on y fait? on récite son chapelet, on assiste à l’office, on chante au chour; lorsqu'on n'a rien de mieux à faire, on fait des confitures, des bonbons; je ne parle pas des études ordinaires.

Aimiez-vous ces occupations ?

J'avais une vocation particulière pour l'état religieux; aussi, j'étais aimée de tout le monde ; les

pensionnaires, les novices et les religieuses m'appelaient la petite sainte; j'avais les joues vermeilles comme une pomme d'api. Ah! je regrette bien cet heureux temps de ma jeunesse, où je passais dans le recueillement et la méditation des jours dignes d'envie.

Pourquoi n'y êtes vous pas restée?

C'était bien mon intention. Les règles austères de l'ordre ne m'effrayaient point; je voulais faire

Del convento. Dalla mattina alla sera non fàtte che giuocare. Lasciàte là la bàmbola e studiate il catechismo : il che sarà più sàvio.

Ho il catechismo su per le dita.

Vediamo : quànti sono i peccati capitàli?

Nòve.

Non sono che sette. E cosa ben vergognosa che non siate più istruita nella vostra religiòne. All' età di sette anni io ne sapeva di più : i miei parènti mi avevano messo in un convento dòve fùi educata nella pietà , e nella via della salute.

Che si fa nel convento, mia cara ?

Che si fa? si dice la corona, si assiste all'ufficio, si cànta nel còro. Quando non si ha da far altro, si fanno de'confètti, de’dòlci; e non parlo de'sòliti stùdj.

Vi piacevano simili occupaziòni?

Aveva una particolàr vocaziòne per lo stàto religioso; per quèsta ragione era amata da tutte ; l'educànde, le novizie, le mònache mi chiamavano la santarella : aveva le gòte vermiglie come una mèla appiòla. Ah ! desidererèi quel tempo felice di mùa gioventù, in cùi passàva giòrni degni d'invìdia nel ritiro, e nella meditazione!

Perchè non vi siete rimasta ?

Tal era la mia intenzione. La règola austèra dell'ordine non mi spaventò ; voleva far professiòne,

profession , renoncer au monde, à rinunziàre al mondo, a Satanàsso, Satan et à ses pompes, et sanctifier ed alle sue pompe, e santificare ma vie au fond d'une sainte re- la mia vita nel fondo del sànto traite. J'avais déjà fini mon novi- | chiòstro. Aveva già finito il mio ciat, et j'étais à la veille de pro- noviziato , èra sul punto di profenoncer mes veux, lorsqu'un jour rire i miei voti, quando, un giòrno (en sortant du réfectoire, m'é- (uscendo dal refettòrio, mi èra ritais retirée au fond de ma cellule tiràta nella mìa célla, e pregàva et je priais le Ciel avec ferveur), con fervore il Cielo), entrò da me une seur entra chez moi, et me dit una mònaca , e mi disse che mia que ma cousine désirait me parler. cugina desiderava di parlarmi. Que voulait-elle ?

Cosa voleva ? Me remettre une lettre de mes Consegnàrmi una lettera de' parents, et une autre pour la mère mièi parènti , ed un'altra per la supérieure.

madre superiòra. Vous piquez ma curiosité. Que Mi rendète curidsa. Che èra il contenaient ces lettres ?

tenore di quelle lettere ? Elles me rappelaient à la maison Mi richiamavano alla casa papaternelle, où ma cousine avait tèrna, alla quale aveva mia cugina l'ordre de me conduire sur-le- ' l'ordine di ricondurmi immantichamp, m'assurant que mon père nènte, assicurandomi che il mio m'avait trouvé un parti fort avan- genitore mi aveva trovato un partageux.

tito mòlto vantaggioso. Quel bonheur inattendu!

Che inaspettata contentèzza! L'esprit est prompt, mais la Lo spirito è prònto, ma la càrne chair est faible. J'eus beau lui re- è dèbole. Inùtile fu il dirle che la présenter que la vie religieuse me vita religiosa mi piaceva grandeplaisait, et que j'étais l'épouse de mènte, ch'èra già la dilètta spòsa Jésus-Christ ; elle insista, et j'eus di Gesù Cristo, insistè sempre ; la faiblesse de céder.

ed ìo èbbi la debolezza di cèdere. Vous voilà partie !

Già vi sento partita ! Je pris congé de la supérieure, Mi congedài" dalla superiora, j'embrassai les seurs, qui fon- abbracciài tùtte le suore, che daient en larmes, et montai dans piangevano dirottamente, e monle carrosse qui nous attendait tài nella carrozza che ci aspettà va dans la cour de l'abbaye.

nel cortile della badia. Quelle joie pour vos parents Che giòja pei vostri parènti il de vous revoir !

rivedèrvi! Hélas ! mon enfant, je les perdis Oimè ! fanciulla càra, poco bientôt après, et des malheurs do- | tèmpo dòpo morirono; e gudi domestiques , portés à leur comble mèstici, portàti all'eccesso dalle par la révolution de France, m'ont politiche vicende di Frància, mi réduit à la profession que j'exerce ridussero alla professiòne che auprès de vous.

adempisco presso di vòi. Consolez-vous, ma bonne, en Consolàtevi, mia carissima; col pensant que vous avez acquis une pensàre che vi siete acquistata un' amie qui, chaque jour, s'attache amica, la cùi affezione cresce di à vous davantage.

giorno in giorno per voi.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

C'est l'unique consolation qui chQuesta è l'unica consolazione

me

mi

DIALOGUE CIV.

L'auteur sifflé.

L’autore fischiàto. Que je suis fâchée, Monsieur !... Quanto mi rincrésce, Signore!..' De quoi donc, aimable Dame ? Di che dùnque,amabile Signora? De l'accident qui... que... L'accidente, il quale... che... Expliquez-vous.

Si spièghi. Vous savez bien ce que je veux Ella capisce bène, la picciðla dire, la petite disgrâce... disgrazia...

Comment ! vous aussi, auriez Còme ! avrebbe sapùto anch' appris ?....

èlla ?... Oui, Monsieur : toute la ville en Sì, Signore, la sa tutta la città; est instruite : mais c'est une injus- è per altro un'ingiustizia : il pùbtice; le public a eu tort.

blico ha avuto torto. Ma pièce n'a eu qu’un demi- La mìa òpera non ha avuto che succès.

mezzo succèsso. C'est ce qu'on dit; elle est tom- Questo è quel che si dìce; è bée au second acte.

cadùta al secondo atto. Que voulez-vous, Madame! la Còsa vuòle, Signora ! la càhala, cabale; nous autres gens d'esprit, a questo siamo esposti nòi altri nous sommes exposés à cela. uomini d'ingegno.

En vérité je ne conçois rien au In verità, non comprendo punto goût actuel du parterre. Le mélo- quàl sia il gusto attuale della pladrame était pompeux ; les décora- tèa. Il melodràmma èra pomposo, tions changeaient à chaque scène; lo scenario si cangiava ad ogni les situations étaient neuves et scèna; le situazioni erano nuove, frappantes; le pathétique s'est fait e sorprendenti; e il patètico si è sentir dès l'exposition; il y avait fàtto sentire fin dal principio dell' des marches, des évolutions, des esposizione; vi èrano marcie, comcombats, des divinités qui descen- battimenti, evoluzioni , divinità daient du ciel : enfin votre pièce che scendevano dal cielo; non vi ne manquait pas de chaleur; car mancava calòre; poich'ella aveva vous aviez placé une pluie de feu disposta una pièggia di fuoco alla à la fin du premier acte.

fine del primo atto. J'avais pensé échauffer, par là, Avèva pensato con questo di les mains des spectateurs. riscaldàr le mani degli spettatòri.

Certaines personnes trop exi. Certe persone troppo difficili geantes veulent y avoir remarqué da contentare pretendono di avèrvi quelques invraisemblances; on osservato alcune inverosimigliànprétend que le plan n'était pas ze; si dice che il piàno non fòsse suivant les règles.

conforme alle regole. Les règles, les règles ! langage Le règole, le règole 1 linguàgordinaire et banal! Sont-elles | gio sòlito, e triviàle! Sono esse faites pour les grands écrivains? | fåtte pe' poèti gràndi? Non è pos

[ocr errors]
[ocr errors]

On ne se dérobe pas à l'impul- | sibile di evitàre l'impulso del gèsion du génie. Le sublime de nio l'àrte più sublime è di saper l'art est de savoir mettre en jeu mettere al cimento le fòrti pasles fortes passions.

siòni. Vous en avez excité une bien Ne ha eccitàto una violenta ànviolente !

che troppo ! Laquelle ?

E quale? Celle de siffler.

Quella di fischiàre. Je me sauve; votre malice fait Me la bàtto; il di lèi scherzo retentir de nouveau et de plus fa di bel nuovo, e con più fòrza, fort ces maudits sifflets à mon risuonare alle mie orecchie quèi oreille.

fischi maladetti.

DIALOGUE CV.

Le débiteur et le créancier. Il debitore ed il creditòre.

Je suis charmé, Monsieur, de Sono oltremòdo contento, Sivous rencontrer. Vous ne parais- gnòre, d'incontràrla. Non comsez plus nulle part.

parisce più in alcun luògo. Effectivement, il y a longtemps E infatti un pezzo che non ho que je n'ai eu le plaisir de vous avùto il piacere di vedervi. voir. Je sors très rarement

Esco assài di ràdo. Cependant je suis allé souvent Per altro sòno stato spèsse fiàte chez vous; on m'a toujours dit àlla di lèi casa, e sèmpre mi fù que vous n'y étiez pas.

risposto ch' ella non vi èra. Il est vrai que mon portier a È vero, il mio portière ha l'òrordre de ne laisser entrer per- dine preciso di non lasciare ensonne. La multiplicité de mes oc- tràre alcùno. La moltiplicità dell cupations me fait désirer la soli- mìe occupaziòni mi fa desiderare tude ; mais je regrette infiniment la solitudine ; ma mi rincrésce al d'avoir été privé de l'avantage | sòmmo d' èssere stato privo del de vous recevoir.

piacèr di ricevèrvi. Je profite de l'occasion pour

Profitto dell'occasione per prevous présenter mon petit mé- sentàrle mìo picciol cònto. moire.

Je suis fâché de votre peine : Mi dispiace il vostro incòmodo: pardon, je l'avais oublié.

perdonate, l'aveva dimenticato. A combien se monte-t-il?

A quanto monta ? A cent écus.

A trecento lìre. Je suis vraiment honteux de Ho vergògna veramente di avervous avoir tant fait attendre cette vi fåtto aspettare tàle inézia : conbagatelle : voici votre argent, tàte il vostro denaro, e mettete la acquittez le mémoire.

ricevùta sulla lista. Toujours à votre service; j'ai Sempre a'comandi suoi : ho l'honneur de vous présenter mes l'onore di rassegnarle la mìa şerdevoirs.

vitù.

[ocr errors]

DIALOGUE CVI. Une dame avec un peintre. Una signora con un pittòre. J'ai vu à la dernière exposi- Ho vedùto nell'ultima esposition quelques-uns de vos ouvra- ziòne alcùni vòstri quadri che ges, qui ont mérité les éloges de hànno meritàto gli elògj di tùtti tous les connaisseurs; j'ai admiré i conoscitòri; sopratutto alcuni risurtout plusieurs portraits d'une tratti hànno eccitata la mia amressemblance frappante ; vou- mirazione per la rassomigliànza driez-vous faire le mien, Mon- che colpisce a prima vista ; vorsieur ?

rèste, Signore , fàre il mio ? Avec le plus grand plaisir, Col massimo piacère, Signòra. Madame. Je m'estime heureux de Mi rèputo felicissimo di poter impouvoir employer mes faibles ta- piegare il mio debole talento dilents à peindre l'image de la beauté pingendo l'immagine della belet le modèle des grâces.

lèzza, ed il modello delle gràzie. Vous me flattez : je désire que Mi adulàte: desidero che il votre pinceau soit plus sincère vostro penèllo sia più sincèro del que votre langage.

vòstro linguaggio. L'art ne saurait embellir vos Non può l'àrte abbellire in conto traits, ni ajouter à l'élégance de alcùno i di lèi lineamenti , nè votre taille; comment voulez-vous aggiungere qualche cosa al di lèi être peinte? en buste ou en pied ? portamento ; come vuole èsser di

pinta, in bùsto, o in pièdi? En pied, de grandeur natu- In piedi, e di grandezza naturelle. Pouvez-vous me donner une ràle. Potreste favorirmi una seséance tout de suite ?

dùta subito? Je suis à vos ordres. Voici une Sòno a' di lèi ordini. Ecco una toile, je vais préparer ma palette. tèla ; e mi dè a preparare la tavo- , Asseyez-vous, s'il vous plaît. lozza. Sègga, se le aggràda.

Quelle attitude prendrai-je? Che atteggiamento prenderò ?

Celle qui vous plaira ; la plus Quello che le piacerà; il più nanaturelle est la meilleure.

turale è il migliore. Suis-je bien comme cela ?

Sto bène così? Tournez le corps un peu plus de Volti il corpo un poco più di profil; laissez tomber le bras gau- profilo : làsci cadère il braccio siche négligemment sur les genoux nistro con abbandono sulle ginòcet regardez-moi en face, chia, e mi guàrdi in faccia.

Mais je ne suis pas habillée ! Ma non sono vestita !

Votre costume est très élégant: Cotèsto vestire è elegantissimo; un vêtement léger quise drape sur una veste leggièra che disegna il le nu est du dernier goût. Veuillez nudo è dell'ultimo gusto. Mi perme permettre d'arranger ce pli. | metta di aggiustàre questa pièga. Restez un moment dans cette po

Rèsti un momento in questa position et souriez; je vais dessiner sitùra , e sorrida : incomincio a les contours.

disegnare i contòrni.

« PreviousContinue »