Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

Langage des égoïstes : au sur- Discorso dell'egoista : del rèplus, que vous importe l'ingrati- sto, che importa l'ingratitùdine ? tude? Si vous faites le bien pour s'élla fa il bene pel solo piacèr di le plaisir de le faire, ce plaisir fàrlo, non le résta tuttora cotal ne vous reste-t-il pas ?

piacere? Belle satisfaction, que d'obliger Bella soddisfazione sarebbe des gens qui vous prennent pour quella di beneficàre persone che dupes!

ti prendono per un balordo! Tant pis pour eux : mais vous, Pèggio per loro : ma èlla, conconsultez votre cour : supposez

sùlti il proprio cuère : supponga vous quelquefois à la place de talvolta di essere in luogo dell'inl'honnête indigent. Pensez aussi digènte onesto. Pènsi anche al dì, au moment où il faudra renoncer, nel quale dovrà per sempre ripour toujours, à toutes vos ri- nunciare a tutte le sue ricchezze. chesses. Croyez-vous qu'alors Crède fòrse che allora le rincrevous regretterez d'avoir consacré sceranno alcune particelle del sùo quelques parcelles de votre su- supérfluo, consecràte al sollievo perflu au soulagement des misé- de miserabili? rables ?

C'est assez, vous me persuadez, Båsta così, sono persuaso; e et dès aujourd'hui je vais cher- fin da questo giorno, cercherò cher toutes les occasions de suivre tùtte le occasioni di seguire il suo votre conseil.

consiglio. Elles ne se feront pas attendre: Si presenteranno assài prèsto ; songez seulement à ne pas les si disponga soltanto a non ischiéviter, et soyez sûr que la satis- / varle, e sia sicuro che'l contento faction que vous éprouverez chas- che ne proverà farà sparire la sera bien vite l'ennui qui vous noja che la divora. dévore.

[ocr errors]

DIALOGUE XCVIII.

De la richesse.

Della ricchezza. Qu'il est donc désagréable de Quànto è sgradevole il non èsn'être pas riche!

ser ricco ! Pourquoi ?

Perchè? Belle demande!

Bella invèro questa domanda ! On n'est pas malheureux pour Non si è infelice per questo. cela.

Du moins on n'est pas heureux. Almeno non si è felice.

Le bonheur ne consiste pas La felicità non consiste nella dans la richesse.

richezza. Si j'étais riche, je ne me plain- Se fòssi ricco, non mi lagnerèi. Contentement passe richesse : Il cuòr contento supera le ricet puis, tu n'es pas dans l'indi- chèzze; pòi tu non sèi nell'indigence.

gènza.

drais pas.

Je suis obligé de me soumet- Non sono nella misèria è vero; tre à beaucoup de privations. ma son costretto a sottomettermi

à molte privazioni. La médiocrité est préférable à La mediocrità è preferibile all' l'opulence.

opulènza. Abondance de biens ne nuit L'abbondanza de' bèni non jamais.

nuoce mài. Très souvent elle est la source Spessìssimo è la sorgente di de beaucoup de chagrins et de mòlii affànni e sollecitudini. soucis.

L'embarras des richesses ne me L'imbarazzo delle ricchezze ferait pas peur.

non mi farebbe paùra. Il faut savoir modérer ses dé- Fa d'uòpo sapèr moderare i sirs.

pròprj desidèrj. Aussi je ne demande qu'une Per ciò non domando che una honnête aisance : trente mille li- discreta agiatèzza : trenta mila vres de rente.

lìre di rèndita. C'est beaucoup!

E troppo. Pas trop; je saurais m'en faire Non è troppo; saprèi fàrmi honneur.

onòre. Tu serais, sans doute, bienfai- Sarèsti senza dubbio benéfico, sant, généreux ?

generoso ? Oui, certes! ma plus douce Sì certamente ! il più dolce de' jouissance serait de secourir les mièi piaceri sarebbe quello di malheureux, de soulager les pau- soccorrere gl'infelici, di sollevare

i poveri. Si jamais tu deviens riche, je Se mai diventerài ricco, ti aùte souhaite la continuation de ces guro la continuaziòne di questi louables sentiments.

Lodèvoli sentimenti.

vres,

DIALOGUE XCIX.

Entre un instituteur et son élève. Fra un precettòre ed il sùo allièvo.

Voici l'heure ordinaire de nos Ecco l'ora sòlita delle nostre leçons en forme d'entretiens; êtes lezioni in fòrma di conversazioni: vous disposé à m'entendre ? è disposta a sentirmi?

Vous savez que c'est toujours El sa che vi provo sèmpre il avec le plus grand plaisir : de maggior piacère : di che trattequoi traitons-nous aujourd'hui? rèmo oggi?

De la civilité, de ce lien social Della eiviltà, di quel legame qu'on nomme aussi politesse, et sociale, chiamato anche pulitècza, qui nous distingue des peuples e per mezzo del quale ci distinbarbares.

guiàmo da' popoli bàrbari, Comment définirons-nous la In quàl mòdo definiremo la civilité, ou politesse?

civiltà, o pulitèzza ? Très simplement : le besoin de Semplicissimamente : il bisoplaire à ses semblables.

gno di piacere a'nostri simili.

ex

Vous appelez cela un besoin ! Ella il chiama bisogno! vi say a-t-il donc un intérêt personnel rèbbe forse qualche interesse perà être poli?

sonale ad essere civile ? Sans doute; si vous voulez Sènzia dubbio; se vuole aumenaugmenter la somme de votre tare la somma della súa felicità bonheur par tous les points de su tutti i punti di contatto che contact que vous avez sans cesse avrà ogni gidrno con quèi che la avec tout ce qui vous entoure. frequentano. N'admettez - vous aucune

Non ammette alcùna eccezione? ception ? Aucune.

Nessuna. Cela m'étonne ; je conçois bien Ciò mi stupisce; capisco bène qu'il est utile d'être civil avec che sia utile l'èssere civile co' mes supérieurs, et même avec mes mièi superiòri, ed ancora co’ égaux, car, par là, je me concilie mièi uguali, perchè così m'acla protection des uns et l'amitié quisto la protezione degli ùni, e des autres. Mais je ne comprends l'amicizia degli altri. Ma non so pas quelle sorte d'intérêt peut capire qual sòrta d'interèsse possa m'y pousser à l'égard de 'mes stimolàrmivi a riguardo de' miei inférieurs, ou de ceux qui dé- inferiori, o di quelli che da me pendent de moi : avec mes do- dipendono, de' miei servitòri, vermestiques, par exemple!

bigrazia! Qu'avons-nous dit, l'autre jour, Cos'abbiàm detto l'altro giorno des rapports entre les maîtres et intorno a’rapporti tra padròni, e les domestiques ?

servitori? Que c'est un échange des ser

Che sono un cambio de services de ceux-ci contre l'argent vìgi di questi contro il danàro di de ceux-là.

quelli. En leur donnant votre argent,

Nel dar loro il suo danàro, non n'êtes-vous pas intéressé à en ob- ha interesse ad ottenerne quell? tenir cet empressement affectueux affettuosa premura che avvalora qui ajoute tant de prix à ces mè- tànto quèi medèsimi servigi? mes services ?

Certainement, je ne fais aucun Certamente; nülla stimo le cùre cas des soins d'un domestique si d'un servitore, se non posso far je ne puis pas compter sur son conto della súa affezione. attachement.

Et croyez-vous que ce senti- E crède ella che questo sentiment puisse se vendre et s'ache- mento possa essere venduto, e ter?

comperato? Non vraiment; mais aussi je Veramente no; e per questo, mesure mon affection pour lui lo misùro la mia affeziòne per lùi sur celle que je lui suppose pour

su quella che gli suppòngo per me. moi.

Fort bien : mais espérez-vous Benissimo; ma spera convinl'en convaincre par des manières cernelo con tratti , e linguaggio et par un langage contradictoires che smentiscàno tàli disposizioni avec vos dispositions intérieures ! intèrne a sùo riguardo? La cià son égard ? La civilité, la poli- | viltà, la pulitèzza non sono le tesse ne sont-elles pas les preuves pròvé più naturali della benevoles plus naturelles de la bien- lènza? I benefici non possono èsveillance. Les bienfaits ne peu- sere ripetuti ad ogn istante : i vent se répéter à chaque instant; suði avèri non vi basterebbero. votre fortune n'y suffirait pas. Ma l'urbanità è un capitale ineMais l'urbanité est un fonds iné- sauribile, mediante il quale, si puisable, avec lequel vous les mantengono continuamènte nella tenez continuellement dans la cer- certezza di quell'affezione per essi titude de cet attachement si pré-preziòsa si, che fa lòro spesse cieux pour eux, qu'il leur fait volte sacrificare sino alla propria sacrifier souvent jusqu'à leur pro- vita. pre existence.

Je comprends fort bien main- Ora intèndo benissimo che, intenant que, outre les motifs pui- dipendentemente da' motivi cavati sés dans la religion et la saine dalla religiòne, e dalla sàna momorale, que vous m'avez déjà si ràle, i quali giả da lei mi furono bien démontrés, le simple calcul così bène dimostràti, il semplice de notre intérêt personnel nous càlcolo del nostro próprio inteengage à être civils, même avec rèsse c'impegna ad essere civili nos domestiques; mais, avec les anche co' nostri servitori : ma gens sans éducation?

còlle persòne senza educazione ? Voudriez-vous leur être assi- Vorrèbbe fòrse mettersi al loro milé en les imitant? Rappelez- livello, coll' imitàrli? Si richiàvous le procédé de ce philosophe mi a mente il tratto di quel filòqui, poursuivi jusqu'à sa maison sofo, il quale, inseguito fino a par un homme grossier et inso- casa'sùa da un uomo grossolano lent, qui l'accablait d'injures, le ed insolente che lo caricàva d’infit accompagner par un esclave, giàrie, lo fèce accompagnare da un flambeau à la main. Ce sont uno schiàvo còlla fiaccola. Sono les démonstrations de bonté et de le dimostrazioni di bontà di doldouceur, les égards de complai- cezza, ed i riguàrdi di compiasance qui gagnent les cours. En cènza che guadagnano i cuòri. un mot, ne fût-ce que par consi- In una paròla, quando pure non dération pour soi-même, rappe- fosse che per rispetto verso noi lez-vous qu'un homme bien élevé stessi, si rammènti

, che un uomo ne doit jamais se permettre une ben educato non dèe mài con átti action ou des propos qui donne- nè con paròle far crèdere ch'ègli raient lieu de penser qu'il est sans sia senza educazione, o forse di éducation et probablement d'une bàssi natàli. naissance peu relevée.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

çons ?

Sur quoi donc, mon cher papa ? Su qual soggetto, mi càro si

gnòr pådre? Sur votre conduite en général; Sulla vostra condotta in genetous vos professeurs se plaignent ràle: tutti i vostri professori si de vous.

làgnano di voi. Si vous les écoutez, ils ne sont Se darà loro ascòlto, non sajamais contents. A les entendre, rànno mai contènti. A parer loro, un jeune gentilhomme distingué un giòvine gentiluomo, distinto par sa naissance et ses richesses, per nascita e ricchezze, dovrebbe devrait étudier, travailler comme studiàre, affaticarsi come il figlio le fils d'un bon bourgeois. d'un cittadino.

Il me semble que vous devriez Mi pare che dovreste èssere leur savoir gré de l'intérêt qu'ils gràto della premura che dimòtémoignent pour vos progrès. strano pe' vostri progrèssi.

Oh! ne croyez pas que ce soit Oh! non crèda già che il fàcpour moi : tout se rapporte à leur ciano per me : tutto si riferisce vanité personnelle.

alla loro propria vanità. Et vous vous piquez de rabais- E vòi vi mettete in punto di abser ce petit orgueil par votre in- bassàre quèl picciolo orgoglio souciance à profiter de leurs le còlla vostra negligènza a profit

tàre delle loro lezioni? Ce n'est pas tout-à-fait cela , Non è al tutto cosi , càro signòr papa; mais j'ai lieu de croire que padre; ma ho motivo di credere, votre fils n'a pas besoin de se che il di lèi figlio non ha bisodonner tant de peine, de se cal- gno di prendersi tànto fastidio, di ciner le sang sur les livres, de riscaldársi il sangue sù i libri, di se fatiguer comme un misérable affaticarsi come un meschino nèdans les exercices du corps et de gli esercizj del corpo e della l'esprit , pour jouir de la considé mente, per godere una consideration que votre rang lui assure razione che di lèi qualità le asicura dans le monde.

nel mondo. De quoi croyez-vous que se Di che credete che sia comcompose ce monde, où vous pen- | pòsto questo mondo, nel quale sez que cette considération est pensàte èsser sicura cotàle consiassurée?

derazione? De tout ce qu'il y a de mieux Di tutte le persone scèlte nella dans la ville et la province. città e nella provincia.

Je vous conseille donc de ne Vi consiglio adunque di non jamais sortir de ces lieux,

hors mài abbandonare questi luoghi , desquels, à chaque instant, vous fuòri de' quali sareste , ad ogn? seriez exposé à des mortifications istànte, esposto a mortificazioni pénibles de la part de ceux qui, penòse per parte di chi, non ne connaissant pas votre famille, conoscendo la vostra famiglia, mesureraient leurs égards à vo- misurerebbe i suoi riguàrdi col tre mérite personnel. Il sera pru- / vostro mèrito personale. Anzi qui dent, même ici, de vous faire pure sarà prudente di farvi consans cesse accompagner de ma tinuamente accompagnare dalla livrée, ou de porter sur vous / mia livrea, o di portare con vòi

[ocr errors]

>

« PreviousContinue »