Page images
PDF
EPUB

glante association , celèbre dans l'histoire sous le nom de triumvirat, proscrivit les jours du père de la patrie. Octave abandonna les jours de Cicéron à la haine d'Antoire. Le tribun Popilius Lena, à la tête de plusieurs affalsins, atteignit l'orateur romain, qui d'abord s'étoit enfui, & qui ensuite retournant sur ses pas', touchoit à une de ses maisons de campagne. C'estlà qu'à l'aspect de ses meurtriers , Cicéron fit arrêter fa litière, & s'offrit paisiblement à leur poignard. Il avoit 63 ans lorsqu'il fut massacré. Sa tête , ses piés & les mains furent portés à Antoine , & expofés ensuite sur la tribune aux harangues, qui avoit si souvent re

tenti de fa voix éloquente. Les femmes françaises ne liront point sans horreur que Fulvia , épouse d'Antoine, aufli vindicative que son époux, perça en plusieurs endroits , avec un poinçon d'or la langue de Cicéron.

Telle fut la déplorable fin du grand homme, dont nous donnons les pensées morales, recueillies & traduites de ses divers écrits philosophiques, par l'Abbé d'Olivet. Ils sont trop nombreux pour que nous ayons pensé à en reproduire l'ensemble dans cette Bibliothèque. Ce que nous en présentons à nos lecteurs fuffira à leur curiofité & à la maire de Cicéron. Ces pen.

wat is une espèce de code

moral, ou se retrouvent en partie , l'élégance , le nombre & l'harmonie du style de Cicéron ; ainsi que la raison profonde & luinineuse. «S'il s'est trouvé quelque différence dans les jugemens qu'on a portés de sa personne , dit M. Middleton, auteur anglois d'une excellente vie de Cicéron, il n'y en a jamais eu dans l'opinion qu'on s'est formée de ses ouvrages. Le monde payen ne nous a rien laissé qui développe si parfaitement , & qui recommande avec tant de force cos principes généreux, dont la nature humaine tire sa gloire & sa perfection , l'amour de la vertu, de la liberté, de la patrie , & de tout le genre humain.

Cette réflexion ne peut être mieux foutenue que par l'autorité d'Erasme. Il avoit contracté dans sa jeunesse quelques préjugés contre Cicéron ; mais l'âge & l'expérience l'ayant fait revenir de cette erreur, il la retracta dans ce passage d'une de ses lettres.

« Quand j'étois jeune , dit-il, Sénèque me plaisoit beaucoup plus que Cicéron; & jusqu'à l'âge de vingt ans, quoique je me sentisse du goût pour tous les écrivains de l'antiquité, Cicéron m'en inspiroit si peu , que j'aurois cru perdre mon tems à le lire. Je ne sais fi mon jugement s'eft formé avec les années ; mais il est certain que depuis que je touche à la vieilleffe ,

je prends plus de plaisir à cette lecture, que je n'ai jamais fait dans les premiers tems de ma vie. Ce n'est pas seulement le tour divin de son style, c'est sa morale & la sainteté de son coeur qui m'enchante. En un mot, il a inspiré mon ame, & il m'a fait sentir qu'il m'a rendu meilleur ». Il est impoffible que tous les lecteurs de bonne foi ne sentent pas de même ; & fi Montagne, dans le second livre de ses Efrais, chap. X, se trouve opposé à Erasme, en accusant les ouvrages de morale de Cicéron d'être sans vigueur, fans moelle & fans substance, fongeons que cette opposion de sentimens sur un grand philosophe , de la part de

« PreviousContinue »