Page images
PDF
EPUB

on

Je crois pouvoir dire avec vérité, que la poésie est celui de tous les beaux arts , où l'on a le moins de chef-d'oeuvres ; & cependant, à examiner ce que Rome & la Grèce ont produit dans ce genre-làmême où il est si rare d'exceller,

verra qu'il y a encore bien moins de bons orateurs, que de bons poëtes.

Mais ce qui augmente encore ici la surprise, c'est que pour les autres fciences il faut chercher au loin, & creuser profondément; au lieu que l'orateur n'emploie que des raifons & des expressions , qui appartiennent à tout le monde. Tel. lement que ce qu'on admire le plus dans les autres sciences, c'est ce qui est le moins à la portée des ignorans, & le moins intelligible ; qu'en matière d'éloquence, au contraire, le plus insigne défaut eft de ne pas parler comme les autres, & pour se faire entendre de tous.

On ne sauroit , au reste, prétexter que l'éloquence ait été moins cultivée ; qu'elle soit moins attrayante d'elle-même'; qu'elle promette des récompenses moins flatteuses. Car, fans parler de la Grèce, où l'on s'est toujours piqué d'y exceller, ni d'Athènes. qui a été le berceau de tous les beaux arts & à qui l'art de la parole doit son origine & fa perfection ; jamais nos romains, depuis qu'ils

[ocr errors]

ont été maîtres de l'univers, n'ont montré plus d'ardeur pour aucune forte d'étude , que pour l'éloquence. Une paix durable leur ayant dès-lors procuré du loisir tous ceux de nos jeunes gens que l'amour de la gloire conduisoit, tournèrent leurs vues & leurs efforts de ce côté-là. Point de méthode d'abord; nul exercice pour se former; nul soupçon qu'il y eût des règle; ils se livroient à leur génie. Mais ensuite, lorsqu'ils eurent connu le goût des Grecs, entendu leurs orateurs', & pris des maîtres, la passion de l'éloquence fut portée au suprême degré. Une foule d'affaires importantes, & dans tous les genres, fournissoit sans cesse l'occasion de parler ; en sorte qu'à l'étude du cabinet, on joignoit un fréquent usage, le meilleur de tous les maîtres. Alors, comme aujourd'hui, c'étoit la route de la faveur, des richesses , des honneurs. Ajoutons (car le fait est prouvé d'ailleurs ) qu'il y a toujours eu plus d'esprit chez les Romains, que dans le reste du monde.

Peut-on, cela étant, n'être pas surpris de trouver dans toute l'anti. quité , & quelque part que ce soit, une fi grande disette d'orateurs ? Sans doute, leur art est quelque chose de plus grand , & demande plus de talens réunis, que l'on ne pense. Car enfin, de ce qu'il y a fant de beaux génies qui s'y ap

[ocr errors][merged small]

peu de

pliquent , tant d'habiles maîtres qui l'enseignent, tant d'heureux & de riches sujets à manier, tant de récompenses , & cependant fi succès; que conclure de-là, fi ce n'est que l'art est donc d'une étonnante difficulté ?

Aufli eft - il nécessaire pour y réussir, que l'on ait un grand fonds de connoissances; fans quoi ce ne feroit qu'un flux de paroles vain & digne de risée. Il faut un style qui frappe autant par le choix que par l'arrangement des mots. Et comme l'essentiel consiste tantôt à émouvoir les paflions , tantôt à les calmer, il faut connoître tous ces ressorts secrets, que la nature cacha dans le coeur humain. Joie

« PreviousContinue »