Page images
PDF
EPUB

coulèrent en abondance. Mais lui, en m'embraffant, & me baisant : Ne pleurez point, me disoit-il. Pour moi, dès que mes pleurs me laissèrent la liberté de parler : 0 mon père! m'écriai-je, vous, dont la sainteté, dont les vertus font l'objet de ma vénération! puisque la véritable vie n'est que dans ces lieux, comme je l'apprens de l'a. fricain, que fais-je donc plus longtems sur la terre ? Pourquoi ne pas me hâter de vous rejoindre?

A moins, me répondit-il, que ce Dieu, dont le temple est tout ce que vous découvrez ici , n'ait luimême brisé les chaînes qui vous lient à votre corps, vous ne fauriez être admis en ces lieux, Car

une

Ics hommes ont reçu l'être à condition, qui est de travailler à la conservation du globe, que voi. là au milieu de ce temple, & que i'on appelle la terre. Ils ont une ame, portion de ces feux éternels, que vous nommez étoiles, astres, qui sont des corps sphériques , ani. més par des intelligences divines, & dont la révolution se fait avec une prodigieuse rapidité. Vous donc, mon fils , & tous ceux qui ont de la religion, vous devez constamment retenir votre ame dans le corps où elle a fon pofte ; & sans l'ordre exprès de celui qui vous l'a donnée, ne point sortir de cette vie mortelle; parce qu'autrement vous paroîtriez avoir voulu

secouer l'emploi , dont la volonté divine vous a chargé. Ainsi ce que vous avez à faire présentement , c'est d'imiter l'africain votre aïeul, & moi votre père ; de cultiver à notre exemple la justice ; d'aimer vos parens & vos amis , mais votre patrie plus que tout le reste. Voilà par où l'on arrive au ciel, & dans cette assemblée de gens , qui, après avoir vécu sur la terre, maintenant dégagés de leur corps, habitent le lieu

que

vous voyez. Il me parloit (1) de ce cercle brillant, que son éclatante blancheur fait remarquer entre toutes

[ocr errors]

(1) Scipion reprend ici la parole , & l'on ne fait plus ce que devient son père.

[ocr errors]

les constellations , & que vous appelez le cercle (1) de lait, comme les Grecs vous l'ont appris. Promenant de-là mes yeux

sur le reste de l'univers, je n'y découvrois que du beau, du merveilleux. J'y voyois des étoiles qui n'ont jamais (2) été apperçues d'ici ; &

(1) On dit en françois , la voie lactée ; & Fopulairement, le chemin de Saint Jacques C'est un amas d'étoiles , qui par leur proximité & par leur arrangement, tracent dans le ciel une espèce de chemin. Voyez sur ce sujec les diverses opinions des anciens , dans L'ouvrage attribué à Plutarque de Plac. Philos. III,

(2) Il y a des étoiles fi éloignées de nous , que nous ne saurions les voir. C'est ce que prouve l'invention modesne du télescope , à

toutes , soit celles-là, soit les autres qui nous font connues , je les voyois d'une grandeur que jamais nous n'avons imaginée. La moindre, qui étoit la plus éloignée du ciel, & la plus proche de la terre, ne brilloit

que

d'une lumière d'enia prunt. A l'égard des autres globes, ils furpassoient (1) de beaucoup

l'aide duquel on a découvert beaucony détoiles , qui n'étoient pas connues des ancicns.

(1) On ne sauroit dire précisément de quelle grandeur est une écoile. Pour en juger par les règles de l'optique, il faudroit savoir juste à quelle distance est de la terre l'étoile qu'on veut mesurer. Le savant M. Huygens , prétend qu'un boulet de canoa emploieroit près de 70000 ans pour parvę

« PreviousContinue »