Page images
PDF
EPUB

petit-fils ; & c'est alors, Scipion , qu'il faudra montrer à votre patrie ce que vous avez de courage, d'er. prit, de prudence.

Je vois les destinées de ce temslà incertaines , pour ainsi dire , de la route qu'elles prendront. Car, quand vous compterez (1) par vos jours huit fois sept révolutions du soleil ; & que l'heure fatale aura

cxcita le peuple à se révolter contre le lénat. Sa mère étoit fille de Scipion l'ancien, C'écoic l'illustre Cornélie, qui fut l'ornement de son siècle par son esprit , & la gloire de son sexe par sa vertu.

(1) Cinquante-lix ans. Il mourut effe&i. vement à cet âge là; ayant été, à ce qu'on croit, empoisonné par sa femme, qui écoic four de ce Tibérius Gracchus,

été marquée par le concours de ces deux nombres, dont chacun mais par diverses (1) raisons , eft regardé comme un nombre parfait ; alors vous serez l'unique objet, l'unique espérance de Rome ; c'est sur vous que le sénat, que tous les bons romains, que nos alliés, que toute l'Italie tournera ses regards ; vous serez l'appui de Rome, vous seul ; enfin, revêtu du pouvoir suprême de dictateur,

[ocr errors][merged small]

(1) Quelles sont ces raisons ? Si ce font celles que rapporte Macrobe dans son com. mentaire sur le fonge de Scipion, ne les res gardons que comme des imaginations creuses, qui ne pouvant nous être d'aucune uri. lité, ne méritent pas que l'on daigne s'en instruire. Le tems est trop cher.

[ocr errors][ocr errors]

vous rétablirez l'ordre dans l'état, pourvu que vous puisiez échap per aux parricides mains de vos proches. : Ici (1) Lélius ayant marqué son inquiétude par un cri, & le reste de la compagnie par de profonds foupirs : Je vous en prie , leur die Scipion avec un sourire gra@ieux, ne me réveillez pas; silence; écoutez le reste. - Pour animer votre zèle, ajouta

(1) Lélius, donc l'intime liaison avec Scipion eft fi connue par le dialogue sur l'A. mitié, écoit l'un des interlocuteurs du dia. logue sur la république, dont le songe de Scipion faifoit la conclusion. A l'égard des autres interlocuteurs, voyez leurs noms dans les épires à Atricus, IV, 16,

l'Africain , foyez bien persuadé qu'il y a dans le ciel, pour tous ceux qui auront travaillé à la conservation, à la défense, & à l'agran. dissement de la patrie, un lieu marqué, où ils vivront heureux à jamais. Car, de tout ce qui se fait sur la terre, rien n'est plus agréable à ce Dieu suprême, par qui l'Univers est conduit , que ce qu'on appelle des villes, c'est-à-dire, des assemblées, des sociétés d'hommes réunies sous l'autorité des loix. D'ici partent ceux qui les gouvernent , qui les conservent ; & ils reviennent ici. A ces mots

quoique troublé, moins par l'appréhension de la mort, que par l'idée de cette perfidie dont

j'étois

j'étois menacé, je ne laissai pas de lui demander s'il étoit donc bien vrai que lui , Paulus mon père , & les autres , qu'on croyoit morts, fussent vivans ?

Oni sans doute, reprit l'africain; & ceux-là seuls font vivans, qui délivrés des liens du corps, s'en sont sauvés, comme d'une prison. Mais ce que vous autres vous appelez vivre, c'est être mort, Regardez, voilà que Paulus (1) votre père vient à vous.

Je le vis. A l'instant mes larmes

(1) Paul Emile, surnommé le Macédonia que, pour avoir vaincu Persée, roi de Macédoine , & fait de son royaume une proc. vince du peuple Romain.

Morale, Tome IV. G

« PreviousContinue »