Page images
PDF
EPUB

d'une étroite amitié avec ma famille.

J'aborde ce vieillard , il me tend les bras, il m'arrose de ses larmes; & un moment après, ayant levé les yeux au ciel : Souverain soleil, dit-il, & autres dieux célestes, je vous rends graces à tous de ce qu'avant que de quitter la vie , je vois dans mon royaume, & dans ce palais, Publius Cornélius Scipion dont le nom seul me ravit de joie , tant l'idée de l'honnêtehomme & de l'invincible guerrier, qui a rendu ce nom fi glorieux, est pour jamais présente à mon esprit.

Je le mis ensuite sur les affaires de son royaume; il me questionna

[ocr errors]

sur celles de notre république, ainsi se paffa le reste de la journée à nous entretenir. Sur le soir, la table fut fervie avec une magnificence royale, & nous poussâmes la conversation bien avant dans la nuit. Tous ses discours rouloient fur (1) l'A

(1) Nous disons l’Africain tout court, afin que l'on ne confonde point ce Scipion avec l'autre dont nous parlions tout à l'heure. Celui-ci , après beaucoup d'autres exploits , porrà la guerre en Afrique, où, viâorieux d'Afdrubal & d'Annibal , il força Carthage à demander la paix. C'est ce qui le fit surnommer l’Africain, il est le premier des Romains, à qui l'on ait donné un surnom tiré de ses conquêteş. Mais dans la suite, quansité d'autres guerriers, sans avoir ni les vertus, ni les succès de Scipion, obrinrent que deur orgueil fût flatté de semblables titres.

Füj

fricain ; il en savoir toutes les actions, toutes les paroles remarquables. Enfin nous allâmes nous reposer ; & comme j'étois fatigué du chemin, & d'avoir veillé fi tard , je dormis plus profondément qu'à l'ordinaire.

Quelquefois ce qui nous a fort occupés de jour nous revient pendant le sommeil, & occafionne des songes semblables à celui d'Ennius, qui, tout plein d'Homère, & sans ceffe parlant de ce poëte, crut le voir en dormant. Pour moi, de même, tout plein de ce que m'avoit dit Mafiniffa, je crus voir l'Africain. Il m'apparut sous la forme que je lui connoislois, non pour l'avoir vu, mais par son portrait. A son aspect je frissonnai. Mais lui : Scipion, me dit-il, rassurez-vous, ne craignez point, & retenez bien ce que vous allez entendre.

Voyez-vous cette Ville (c'étoit Carthage; il me la montroit du haut des Cieux, où je me croyois avec lui, dans un endroit tout semé de brillantes étoiles); voyezvous cette ville , qui forcée par moi à obéir au peuple romain ressuscite nos guerres anciennes , & ne peut vivre dans le repos ? Aujourd'hui , à peine sorti du rang de simple soldat, vous la venez attaquer. Avant qu'il soit deux ans, vous la détruirez étant consul ; & ce surnom d'Africain, qui jufqu'à présent ne vous appartient que

[ocr errors]

comme une portion de mon héritage , vous l'aurez mérité alors par vous-même.

Après la ruine de Carthage, vous recevrez les honneurs du triomphe; vous serez censeur ; vous irez par l'ordre de la république, visiter l’Egypte, la Syrie , l’Afie , la Grèce ; vous serez une seconde fois élu conful, fans vous être présenté ; & par la destruction de Numance, vous terminerez une guerre des plus fanglantes.

Mais, au retour de cette expédition, après que vous aurez été conduit sur uti char au Capitole, vous trouverez la république agitée par les pratiques de mon (1)

(1) Tibérius Gracchus , qui, étant tribun ,

« PreviousContinue »