Théâtre de P. Corneille, Volume 1

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 184 - faveur notre amour m'entretienne, Ma générofité doit répondre à la tienne. Tu t'es en m'offenfant montré digne de moi, Je me dois par ta mort montrer digne de toi. D. RODRIGUE. Ne diffère donc plus ce que l'honneur t'ordonne} II demande ma tête, & je te l'abandonne;
Page 464 - Toutes les dignités que tu m'as demandées, Je te les ai fur l'heure & fans peine accordées ; Je t'ai préféré même à ceux dont les parens Ont jadis dans mon camp tenu les premiers rangs} A ceux qui de leur fang m'Ont acheté l'empire , Et qui m'ont confervé le jour que je
Page 169 - Régne devant vos yeux une telle 'licence* . Que les plus valeureux avec impunité • • Soient .expofés aux. coups de la. : témérité^ Qu'un jeune audacieux triomphe de leur gloire, Se baigne dans leur fang, & brave leur mémoire. Un fi vaillant guerrier qu'on vient de vous ravir, Eteint, s'il n'eft vengé, l'ardeur de vous fervir.. Enfin mon
Page 185 - Si tu m'offres ta tète, eft.ce à moi de la prendre ? Je la dois attaquer, mais tu dois la défendre : Et je dois te pourfuivre, & non pas te punir. D. RODRIGUE. De quoi qu'en ma faveur notre amour t'entretienne, Ta générofité doit répondre à la mienne ; Et pour venger un père emprunter d'autres bras
Page 382 - à quelle violence, Ces indignes trépas, quoique mal figurés, Ont porté les efprits de tous nos conjurés ? Je n'ai point perdu tems, & voyant leur colère Au point de ne rien craindre, en état de tout faire » J'ajoute en peu de mots : Toutes ces cruautés, La perte de nos biens & de nos libertés , Le ravage des
Page 205 - Et quelque peu des leurs tous percés de nos coups » Difputent vaillamment & vendent bien leur vie. A fe rendre moi.même en vain je les convie; Le cimeterre au poing ils ne m'écoutent pas : Mais voyant à leurs pieds tomber tous leurs foldats, Et que feuls déformais en vain ils fe défendent, P. Corneille. Tome I. Dd
Page 140 - de ma gloire paflee! Oeuvre de tant de jours en un jour effacée! Nouvelle dignité, fatale à mon bonheur ! Précipice élevé d'où tombe mon honneur ! Faut.il de votre éclat voir triompher le comte, Et mourir fans vengeance, ou vivre dans la honte ? * Comte, fois de mon prince à
Page 354 - crois ce qu'on m'en dit. Pour me faire admirer , je ne fais point de ligue : J'ai peu de voix pour moi, mais je les ai fans brigue ; Et mon ambition pour faire plus de bruit c) Ne les va point quêter de réduit en réduit
Page 411 - de l'oprimer. Elle a le cœur trop bon pour fe voir avec joie Le rebut du tyran dont elle fut la proie ., Et tout ce que la gloire a de vrais partifans .Le hait trop puiflamment pour aimer fes préfens. MAXIME. Donc pour vous Emilie eft un objet de haine
Page 418 - Quand .vous lui parlerez, parlez au nom de tous. MAXIME. Nous .difputons en vain, & ce n'eft que folie, /') De vouloir par fa perte acquérir Emilie ; Ce n'eft pas le moyen de plaire à fes beaux yeux, Que de priver du jour ce qu'elle aime le mieux. Pour moi, j'eftime peu qu'Augufte me la donne

Bibliographic information