L'hermite en province ou observations sur les moeurs et les usages français au commencement du XIXe siècle, Volume 8

Front Cover
Pillet aîné, 1819
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 33 - Chez nos dévots aïeux le théâtre abhorré Fut longtemps dans la France un plaisir ignoré. De pèlerins, dit-on, une troupe grossière En public à Paris y monta la première ; Et, sottement zélée en sa simplicité, Joua les saints, la Vierge et Dieu, par piété.
Page 283 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et réduisit la muse aux règles du devoir.
Page 297 - Hammer, qui, bien et dûment averti, s'est renfermé dans une interprétation plus laconique. Selon lui, l'inscription signifie : « Au nom de Dieu clément et miséricordieux ! sa justice est parfaite et sa grâce est vaste. » En vérité, ces traductions rappellent la fameuse mystification de l'ambassadeur turc dont Musson amusait nos salons, avec cette différence cependant qu'ici ce ne sont pas les orientalistes qui sont les mystifiés. Au-dessous du chœur de la cathédrale de Bayeux, se trouve...
Page 213 - Au moins, s'il prend notre cité, Qu'il n'y trouve plus que la lie ; Vuidons nos tonneaux , je vous prie! Deussions-nous marcher de costé , Ce bon cidre n'épargnons mie : Vuidons nos tonneaux , je vous prie!
Page 36 - Ce tombeau attend les restes de Duquesne; son « nom est connu sur toutes les, mers. Passant, si tu « demandes pourquoi les Hollandais ont élevé un « superbe monument à Ruyter vaincu , et pourquoi
Page 418 - L'Hermite de Londres, ou Observations sur les mœurs et usages des Anglais au commencement du XIXe siècle, faisant suite à la collection des Mœurs françaises par M.
Page 213 - Sauvez nos tonneaux , je vous prie ! Au moins, s'il prend notre cité, Qu'il n'y trouve plus que la lie ; Vuidons nos tonneaux , je vous prie!
Page 319 - Comment lui en ferais-je , répondit le docteur , je n'ai pas l'honneur de le connaître. « De son côté , le curé de Saint-Eustache de Paris disait : « Quand je rencontre le docteur Delaunoy , je le salue jusqu'à terre , et ne lui parle que chapeau bas , tant j'ai peur qu'il ne m'ôte mon saint Eustache , qui ne tient à rien. » Les ouvrages de Delaunoy ont été publiés par l'abbé Granet , et imprimés à Genève en dix volumes in-folio. Une réimpression des œuvres choisies de cet auteur...
Page 254 - Soutenons bien nos droits : sot est celui qui donne. C'est ainsi devers Caen que tout Normand raisonne : Ce sont là les leçons dont un père manceau Instruit son fils novice au sortir du berceau. Mais pour toi , qui , nourri bien en deçà de l'Oise , As sucé la vertu picarde et champenoise , Non, non , tu n'iras point , ardent bénéficier, Faire enrouer pour toi Corbin ni le Mazier'.
Page 35 - Passant , si tu demandes pourquoi les Hollandais ont élevé un superbe monument à Ruyter vaincu , et pourquoi les Français ont refusé une sépulture honorable au vainqueur de Ruyter, ce qui est dû de crainte et de respect à un monarque dont la puissance s'étend au loin , nie défend toute réponse.

Bibliographic information