Mémoires sur Lazare Carnot, 1753-1823

Front Cover
Librairie Hachette et Cie, 1907 - 645 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 351 - Dès ce moment, jusqu'à celui où les ennemis auront été chassés du territoire de la République, tous les Français sont en réquisition permanente pour le service des armées.
Page 231 - C'est vous dire que , quand ils vous font un rempart de leurs corps , il est de votre devoir de voler à leur secours. » Citoyens, aujourd'hui même, à l'instant que tous les amis de la liberté se rangent sous les drapeaux , allons nous réunir au Champ-de-Mars , qu'une armée de soixante mille hommes se forme sans délai, et marchons aussitôt à l'ennemi, ou pour succomber sous ses coups , ou pour l'exterminer sous les nôtres.
Page 500 - Je crois avoir épuisé à peu près toutes les combinaisons de l'esprit humain sur la morale, la philosophie et la politique, pour en recueillir les meilleurs résultats.
Page 331 - Le but du gouvernement constitutionnel est de conserver la République; celui du gouvernement révolutionnaire est de la fonder. La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis; la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Page 472 - III. 11 met au premier rang de ces devoirs de détester la mauvaise foi et la tyrannie, de punir les tyrans et les traîtres, de secourir les...
Page 269 - Il n'ya plus, pour aucune partie de la nation, ni pour aucun individu, aucun privilège ni exception au droit commun de tous les Français. Il n'ya plus ni jurandes, ni corporations de professions, arts et métiers.
Page 170 - La nation est là qui veut la liberté, qui » veut l'égalité , qui veut la constitution toute » entière, et qui ne souffrira pas que ni » par la force des armes , ni par les voies » obliques d'une politique tortueuse, un seul
Page 251 - Qu'est-ce qu'une convention nationale? c'est une assemblée représentant une nation entière qui, n'ayant pas de gouvernement, veut s'en donner un.
Page 472 - Il reconnaît que le culte le plus digne de l'Être suprême est la pratique des devoirs de l'homme.» D'autres articles portent qu'il sera institué des fêtes pour rappeler l'homme à la pensée de la Divinité et à la dignité de son être. Elles emprunteront leurs noms des événemens de la révolution, ou des vertus les plus utiles à l'homme.
Page 551 - La preuve que j'avais en eux la plus grande confiance, c'est que j'ai signé plusieurs fois ce qu'ils me présentaient sans le lire. Lorsque Robespierre s'est totalement déclaré, je les ai engagés à ne pas signer les arrêtés de police générale qu'il nous présenterait, et ils furent de mon avis.

Bibliographic information