Vues sur l'histoire contemporaine ou essai sur l'histoire de la restauration, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 65 - Tous les citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
Page 61 - Quel sens a pour eux ce dogme prétendu qui ne passe de transformation en transformation que pour apparaître toujours plus faux et plus impraticable? Ils le professent cependant, ou, s'ils n'osent, ils l'invoquent au fond du cœur, et en déduisent toute leur politique. « Voici le fait. Pendant bien des siècles, le gouvernement des nations modernes n'a eu pour principe et pour règle que des intérêts privés. Le grand nombre était non-seulement gouverné, mais possédé par le plus petit nombre...
Page 42 - Je ne puis pardonner à Descartes ; il aurait bien voulu, dans toute sa philosophie, pouvoir se passer de Dieu, mais il n'a pu s'empêcher de lui faire donner une chiquenaude, pour mettre le monde en mouvement : après cela, il n'a plus que faire de Dieu.
Page 19 - Qu'on rapproche de cette définition celle-ci, donnée par M. Dupin aîné (consultation contre les Jésuites) : « La liberté est le droit de faire tout ce « que la loi ne défend pas. » Et si la loi défendait tout ! dite du crédit de l'État sur celle du crédit individuel?
Page 194 - C'est d'un côté ce que le gouvernement a en vue dans l'établissement de l'université et de toutes les parties de l'enseignement libéral ; c'est , d'un autre côté, ce que le gouvernement aura ou doit avoir en vue dans un système correspondant de corporations , de maîtrises et de jurandes.
Page 63 - ... gouvernement des intérêts généraux, par opposition au gouvernement de tels ou tels intérêts privés. Que l'autorité renonce à prétendre exister isolément et par elle-même ; qu'elle consente à puiser son droit dans la conformité de ses actes avec la raison , la justice , le bien commun ; qu'elle se résigne à prouver sans cesse la légitimité de son origine par l'excellence de sa nature ; on ne lui en demandera pas davantage. On ne s'armera point de la souveraineté du peuple contre...
Page 62 - ... prétexte rationnel d'une nécessité pratique, un point de ralliement offert aux forces matérielles par suite du déplacement des forces morales, et pour terminer, au nom d'une idée, une question de pouvoir déjà résolue dans le fait. C'est une expression simple, active, provoquante, un cri de guerre, le signal de quelque grande métamorphose sociale, une théorie de circonstance et de transition. » Au centre. — Très-bien! très-bien! M. le ministre de l'instruction publique. — Je...
Page 62 - FRANCE., peiïorilés réelles s'est élargie. Le droit du petit nombre a été dès lors mis en question, et comme un droit ne peut-être attaqué que par un droit, c'est dans le grand nombre qu'on en a cherché un pour battre en ruine celui du petit nombre. Ainsi est née la théorie de' la souveraineté du peuple ; elle a été le prétexte rationnel d'une nécessité pratique, un point de ralliement offert aux forces matérielles par suite du déplacement des forces morales, et pour terminer,...
Page 49 - France, celle qu'elle reçoit chaque jour des événemens, c'est d'épurer les principes de 89 , d'en écarter tout ce qui, loin de tenir au progrès de l'humanité, serait en contradiction manifeste avec lui. Alors on saisira dans sa vérité le caractère de la révolution que la France achève et qui commence pour l'Europe , et l'on comprendra qu'en écartant du symbole de 91 tout ce qu'empruntèrent les passions contemporaines soit à la corruption du siècle, soit à de méchans souvenirs classiques,...
Page 189 - D'un autre .côté , les royalistes ont prétendu trouver, dans certaines lacunes de la charte, les causes premières de la catastrophe qui a brisé la royauté légitime. On a dit, par exemple, qu'on eût donné plus de force à l'autorité royale et une meilleure direction à l'esprit public, si , au lieu de consacrer la centralisation , on avait stipulé la renaissance des provinces et la création de pouvoirs indépendans. Certes nous appelons aussi ardemment que qui que ce soit une organisation...

Bibliographic information