Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

.

Les Champs sacrés, par Ch. Toubin, 1861, in-8. - Orient el Occident, par Fortin d'Ivry, 1847, in-4.- Coulumes de la Culture arabe, par Fortin d'Ivry, 1849, in-4. -- Réponse au Père Félix, par Enfantin, 1858, in-8.- Documents slatistiques sur la Belgique, 5 gros vol. grand raisin.- Lettre à M. Veuillot sur le Parfum de Rome, 1862, in-8.- Les Ateliers d'apprentissage dans les Flandres, 1858, in-4.- Statistique médicale des Hôpitaux de Paris, 1860, in-4. - Une Peau d'autruche et une Saccoche arabe.

M. BLONDEAU, de Champagnole, membre correspondant : 1° La Chasse au Lion, par Jules Gérard, 1856, in-16;— 2° Trois mois au Pouvoir, par Lamartine, 1848, in-16; — 3° Poésies de Mme de Girardin, 1856, in-16; 4° Theatre de poche, par Théophile Gauthier, 1855, in-16;- 5° trois Médailles trouvées à Equevillon, dont une turque, une de 1750, etc.

M. DE CAUMONT, membre honoraire : L'Annuaire de l'Institut des Provinces et des Sociétés savanles , 1862, un grand in-8.

DONS DU MOIS DE MARS 1863. M. CORNEILLE SI-MARC, membre correspondant : Ses ouvrages : 1° Les Causes qui ont altéré l'Esprit de Famille; 20 Discours sur les avantages que présente l'Histoire locale; 3o Eloge de Guillaume de Saint-Amour.

M. Max. CLAUDET, statuaire à Salins, membre titulaire : Le Buste du Prince Napoléon, qui a obtenu la médaille d'honneur à l'Exposition de 1862, de la Société de Poligny.

M. E. CARRIÈRE, chef des pépinières du Muséum d'histoire naturelle de Paris :

Réfutation de divers articles de M. le docteur Jules Guyot, contre le système de M. Daniel Hooibreukx, sur la Culture de la Vigne, etc., broch. in-8.

M. Victor CHATEL, de Vire :
Observations sur la Maladie de la Vigne, No 10.

M. BUSSENNE : 22 médailles.

M. le docteur Jules Guyot, membre honoraire : Son Mémoire sur la Viticulture dans le Sud-Ouest de la France, un vol. grand in-8, avec figures intercalées dans le texte.

DONS DU MOIS D'AVRIL 1863. M. TAMISIER, membre titulaire : 1° La Relation des Tremblements de lerre ressentis à Bourbonne-les-Bains (Hte-Marne), du 26 mars au 25 mai 1861, broch. in-8. - 2° Lettre sur l'Eristence du cæsium du rubidium de la lithine, de la strontiane et de l'acide barique dans les eaux thermo-minérales de Bourbonne-les-Bains, par L. Grandeau. (Extrait de la Revue d'Hydrologie médicale française et étrangère, 4me année).

La SociÉTÉ LITTÉRAIRE ET SCIENTIFIQUE de Castres (Tarn): Procès-verbaux de ses Séances, 5me année, 1 vol. in-8, 1862.

M. MONNERET, membre correspondant à Saint-Claude : 30 fossiles du corallien supérieur; 1 du gault; – 20 du corallien; 30 du terrain néocomien.

S. Exc. LE MINISTRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE ET DES Cultes : Compte-rendu de la séance solennelle du 25 novembre 1861, 9 feuilles. Mémoires lus à la Sorbonne dans les séances extraordinaires du Comité impérial des travaux historiques et des Sociétés savantes, tenues les 21, 22 et 23 novembre 1861. --- Histoire, Philologie et Sciences morales, un vol. in-8. Archéologie, un vol. in-8.

M. Victor CHAřel, membre correspondant :
Le No 10 de sa Nolice sur la Maladie de la Vigne.

DONS DU MOIS De mai 1863.
M. Casimir BLONDEAU, membre correspondant :

:

[ocr errors]

4 monnaies étrangères en cuivre. - 3 médaillons peints sur bois. – Mes Chansons, recueil de chansons françaises d'Emile Hornez, broch. in-12, 1862.

Le Cas de M. de Mirecourt, par Ch. Bataille, broch. in-18, 1862.- OEuvres choisies de Panard, 3 vol. in-12, 1803.- Les Coulisses de l'Opéra, par Nestor Roqueplan, 1 vol. in-12, 1856. La Femme jugée par l'Homme, par L. Larcher, un vol. petit in-8, 1858.- Journal des Connaissances utiles , année 1832, 1 vol. in-8.- Plan figuratif de l'Assemblée législative, 1 feuille, 1852.

Mandement de Mgr l'Archevêque de Besançon pour le Carême de l'année 1821, broch. in-4.- Tableaux de Projections, 1 feuille. Tarif de la commune de Paris, an VII, 1 feuille.-- Tableau horaire, 1849, 1 feuille. – 7 gravures et dessins. – Correspondance harmonienne. Nombreuses lettres non classées.

M. le docteur BOUGARD, membre correspondant :
Ses ouvrages : Les Eaux salées chaudes de Bourbonne-les-Bains ( Haute-
Marne), 1 vol. in-8, 1863.- Relation du grand incendie arrivé à Bourbonne-
les-Bains , en Champagne, en 1717.

M. A. Ballot, à Paris :
Le n° 3 du Catalogue, journal des éditeurs.

M. de Jussieu, archiviste du départ de la Savoie, membre corresponde : Son Annuaire administratif et historique de la Savoie, un vol. in-8, 1863.

M. Célestin BERNARD, docteur-médecin :
Sa thèse sur l'Atonie locomotrice progressive, 1863.

M. LEFÈVRE-BRÉART, membre correspondant : Le 2me volume de ses Entretiens familiers sur l’Agriculture et sur l'Horliculture, grand in-12 de 400 pages.

M. Paul-Ernert DE RATTIER, rédacteur du journal littéraire l'Elincelle : 3 numéros de la 2e année, 9 de la 3e année et 8 de la 4e année de ce journal.

M. HUMBERT, marbrier à Champagnole : Un Bal, gravure provenant du château du Pasquier.- Terre cuite du même endroit. - Thèse en latin.- Console en marbre blanc, de l'abbaye de Bonlieu. Demi-panneau d'armoire ou bahut provenant du château de Vers. – 25 médailles ou monnaies de différents règnes.

Sont proposés, puis nommés membres : 1° honoraire, M. Kuchlin-Schlumberger, maire de Mulhouse; 2° correspondants, Mmes Geneviève Bourgeois, à Mulhouse; Loisa Kerr, à Londres; MM. Auguste Guyard, auteur des lettres aux gens de Frotey, à Paris; Davin, chef d'institution à Mulhouse; Stanislas Durand, avocat à Louhans; Lebrunt, Secrétaire perpétuel de la Société d'émulation des Vosges, à Epinal; Paul Thouzery, directeur de la Sentinelle

છે parisienne, à Paris.

La séance est levée à 5 heures.

[ocr errors]

SÉANCE AGRICOLE PUBLIQUE DU fer JUIN 1863. La séance est ouverte à 1 heure 112, sous la présidence de M. de ConstantRebecque.

L'ordre du jour appelle la discussion sur la nature des marnes et leur emploi dans l'agriculture du Jura. Plusieurs cultivateurs, parmi lesquels nous citerons M. Morin, de Saint-Cyr, et M. Jacquin, de Barretaine, donnent des exemples de bons résultats obtenus sur plusieurs points de l'arrondisment de Poligny, par l'emploi de la marne. MŇ. Vionnet et Pidancet étendent ces exemples à l'arrondissement de Dole et à l'arrondissement de Lons-leSaunier.

M. Pidancel prend ensuite la parole et indique que non seulement chacune des nombreuses assises marneuses du Jura, mais encore chacune des couches qui les constituent, peuvent offrir des différences dans leur composition chimique et aussi dans leurs propriétés physiques.

Ainsi, en les considérant à ce dernier point de vue, les unes, exposées à l'action de l'air, se délitent facilement et rapidement en fragments qui ne tardent pas eux-mêmes à se fuser et à se réduire en poussière impalpable. Cet état de division est nécessairement le plus convenable pour permettre aux différents agents d'exercer une action efficace sur leurs éléments.

D'autres marnes, comme l'a remarqué depuis longtemps M. de Gasparin, après s'être délitées et fusées, laissent comme résidus de nombreux rognons plus ou moins gros, quelquefois microscopiques, qui ne peuvent jouer d'autre role que celui du sable ou du gravier; l'action chimique de ces rognons devient ainsi complètement nulle.

Il est évident qu'une marne de cette dernière catégorie ne pourra pas produire, à quantité égale, dans la plupart des cas, le même effet que celles de la première.

D'un autre côté, la composition chimique varie peut-être encore plus que les propriétés physiques. Dans les unes, l'argile domine , dans d'autres, le calcaire l'emporte de beaucoup:

Une marne des environs de Poligny, qui a été analysée par M. Pidancet dans le laboratoire du collège, n'a pas donné moins de 18 p.040 de gypse ou sulfate de chaux, de telle sorte qu'on pourrait l'employer efficacement dans la culture des légumineuses. D'autres renferment, outre le sulfate de chaux, du carbonate de magnésie, etc.

On conçoit dès lors combien les effets des marnes de notre pays sur un méme sol doivent être variables, et par suite l'influence de ces variations sur le désappointement de nos cultivateurs qui emploient trop souvent la marne sans se rendre compte de sa nature.

M. Pidancet s'étend ensuite longuement sur la nécessité d'étudier chimiquement la nature du sol arable, et d'analyser aussi, couche par couche, chacune des marnes de notre pays, C'est pour lui le seul moyen d'arriver à doser nettement la quantité de telle ou telle marne propre à produire de bons effets sur une parcelle déterminée.

Il fait un appel aux cultivateurs et les engage à l'aider dans ses recherches, en lui indiquant les résultats de leurs expériences.

Il demande ensuite qu'une enquête perpétuelle soit ouverte à la Société sur la question qui a été posée à l'ordre du jour. Cette proposition est adoptée.

La séance est levée à 4 heures.

BIBLIOGRAPHIE AGRICOLE.

Entretiens sur l'agriculture et sur l'horticulture

PAR M. LEFÈVRE-BRÉART, MEMBRE CORRESPONDANT. Ce qui préoccupe le plus aujourd'hui les économistes et les moralistes. c'est la fâcheuse iendance des habitants des campagnes vers les grands centres de population. S'il y a accord sur la gravité du mal, il n'en est pas tout-à-fait de même sur la nature des remèdes à y appliquer. Néanmoins, le plus grand nombre pense que le système d'éducation primaire suivi jusqu'à ces temps derniers, entre pour une large part dans ce dégoût des travaux champêtres qui s'empare des jeunes générations. Pour Satisfaire le besoin universellement senti d'un solide enseignement agri

[ocr errors]

cole, les livres traitant de la matière ont pullulé partout. Initier, dès leurs premiers pas dans la vie, les enfants aux pratiques rationnelles et saper ainsi, par sa base, la routine, ce suprême fléau de l'agriculture, tel a été le but de ceux qui les ont écrits. Mais une regrettable lacune reste pourtant à combler dans leurs traités : la plupart n'ont pas eu assez présente la pensée qu'ils travaillaient pour des enfants et qu'ils devaient, en les instruisant, s'attacher à faire naitre dans leurs cæurs un goût, un amour profond pour le plus noble et le plus sacré des arts. Par un ton amical et tout palernel; par d'intéressantes digressions historiques, voire même des biographies d'agriculteurs marquants; par des extraits remplis d'à-propos, de publications spéciales; par des excursions aussi agréables qu'instructives dans le domaine des autres connaissances huinaines, il n'ont pas suffisamment atténué ce que la science agricole a, comme toute science du resle, de fastidieux, de sec, d'aride, de rebutant pour la première jeunesse; ils n'ont pas assez mêlé de roses aux épines, pas assez placé d'oasis pleins de fraicheur et de verdure au milieu des sables du désert et présenté, avec la théorie ct les meilleurs procédés des diverses manipulations auxquelles l'homme soumet journellement la terre et ses produits, le côté poétique, attrayant et éminemment moral de la vie des champs pour, répétons-nous, faire des agrophiles en même temps que des agronomes ou des agriculteurs. Ce sont-là les conditions d'un succès assuré que l'on est heureux de rencontrer dans les Entretiens sur l'agriculture et l'horticulture, par M. Lefèvre-Bréart, dont le second volume vient de paraitre.

Comme son aîné (1), ce second volume est d'un style didactique simple, clair, précis et méthodique; tout y est puisé à des sources de bon aloi; c'est la science enrichie de ses plus récentes conquêtes. Il traile des labours, des assolements, de la mécanique agricole, de la botanique, des insectes et des insectivores, etc., etc.; il contient de nombreuses figures d'instruments aratoires. L'extension donnée aux matières qu'il renferme et qui embrassent une étendue de près de 400 pages, a conduit l'auteur au-delà des limites qu'il s'était fixées. Un troisième volume devient nécessaire pour mener à bonne fin une æuvre si bien commencéc. Ce dernier volume est sous presse et sera bientôl mis au jour. Alors, disons-le hautement, M. Lefèvre-Bréart, cet instituteur poète autant que bon agronome, aura fait un traité élémentaire d’agriculture des plus complets et des plus heureusement conçus, dont la place est marquée à l'avance dans toutes nos écoles rurales et dans les bibliothèques communales, ces créations modernes et bénies, destinées à détruire le monopole de la vie intellectuelle qu'avaient eu jusqu'ici les grandes agglomérations; alors, M. Lefèvre-Bréart se sera acquis des droits incontestables à la bienveillance et aux sympathies du nombre immense aujourd'hui de ceux qui, comme nous, placent l'agriculture, considérée comme science ou comme art, au premier rang parmi tout ee qui occupe et occupera jamais l'esprit ou les bras des mortels.

GINDRE, de Molain , membre fondateur.

[ocr errors]

(1) Voir le rapport Natteur qui en a été fait dans le Bulletin de la Société, année 1861, page 35.

POLIGNY, IMP. DE MARESCHAL.

OBSERVATIONS MÉTÉOROLOGIQUES RECUEILLIES A POLIGNY.

ÉLÉVATION : 338 AU LIEU D'OBSERVATION.

(Juin 1863):

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Nota. – Les températures au-dessous de zéro sont précédées du signeri relles au-dessus ne sont précédées d'aucun signe.

Le signe B signifie beau temps; V temps variable ou demi-couvert; C ciel couvert; Br brouillard; ? pluie; N neige ; 0 orage avec tonnerre.

P

0 OZONOMÈTRE. — Le chiffre 0 signifie la négation de l'ozone dans l'atmosphère, et le chiffre 21 le plus haut degré auquel on puisse le rencontrer.

IMPRESSION DE L'AIR. - A signifie âpre, C chaud, D doux, F froid, Fa frais. G glacial, H humide, L lourd, S sec. Le signe 2. en surmontant un autre, exagère sa valeur ordinaire, la lettre a la diminue.

Récapitulation. La plus haute température de juin a été de 290, la plus basse de 11°; le barom. est monté à 740m et descendu à 736; les vents Nont soufflé 7 fois, l'E 1 fois, le S-E 1 fois, le S 9 fois, le S-09 fois, l'o 1 fois, le N-0 2 fois; le ciel a été 10 fois beau 13 fois variable et 7 fois couvert; il y a eu 14 jours de pluie.

Dr GUILLAUMOT.

« PreviousContinue »