Essais philosophiques: suivis de la métaphysique de Descartes, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 291 - inconnues, surtout dans la circonstance où les molécules seraient fort près du point de contact. Nous avons vu, et les physiciens conviennent , qu'en leur appliquant celles qui régissent les corps, c'est-à-dire en supposant qu'elles s'attirent en raison directe de leurs masses, et en raison inverse du carré des distances qui séparent leurs centres de gravité,
Page 402 - Le capital de M. Boyle était d'inculquer que tout se faisait mécaniquement dans. la physique. Mais c'est un malheur des hommes de se dégoûter enfin de la raison même, et de s'ennuyer de la lumière. Les chimères commencent à revenir et plaisent, parce qu'elles ont quelque chose de merveilleux.
Page 401 - celles des planètes vers le soleil ou entre elles. Un corps n'est jamais mu naturellement, que 'par un autre corps qui le pousse en le touchant ; et après cela il continue jusqu'à ce qu'il soit empêché par un autre corps qui le touche. Toute autre opération sur les corps, est miraculeuse ou imaginaire.
Page 402 - C'est par là que tombent les attractions proprement dites, et autres opérations inexplicables par les natures des créatures, qu'il faut faire effectuer par miracle, ou recourir aux absurdités , c'est-à-dire aux qualités occultes scholastiques, qu'on commence à nous débiter sous le spécieux nom de forces , mais qui nous ramènent dans le royaume des ténèbres.
Page 235 - Pour moi, il me semble qu'on ne doit jamais dire d'aucune chose qu'elle est impossible à Dieu ; car tout ce qui est vrai et bon étant dépendant de sa toute-puissance, je n'ose pas même dire que Dieu ne peut faire une montagne sans
Page 126 - est le transport d'une partie de la matière ou d'un corps, du voisinage de ceux qui le touchent immédiatement, et que nous considérons comme en repos, dans le voisinage de quelques autres.
Page 402 - En bonne philosophie, et en saine théologie, il faut distinguer entre ce qui est explicable par les natures et les forces des créatures, et ce qui n'est explicable que par les forces de la substance infinie. Il faut mettre une distance infinie entre l'opération de Dieu qui va au-delà des forces des
Page 276 - pourrait, par la variété de ces formes, expliquer toutes les variétés des forces attractives, et ramener ainsi à une seule loi générale tous les phénomènes de la physique et de l'astronomie. Mais l'impossibilité de connaître les figures des molécules et leurs distances mutuelles, rend ces explications vagues et inutiles à l'avancement des sciences.
Page 235 - ou qu'un et deux ne fassent pas trois ; je dis seulement qu'il m'a donné un esprit de telle nature, que je ne saurais concevoir une montagne sans vallée , ou que l'agrégé d'un et de deux ne fasse pas trois, etc. Et je dis
Page 397 - n'est pas possible qu'il y ait un principe de déterminer la proportion de la matière, ou du rempli au vide, ou du vide au plein. On dira peut-être que l'un doit être égal à l'autre; mais comme la matière est plus parfaite que le vide, la raison veut qu'on observe la proportion géométrique, et

Bibliographic information