Page images
PDF
EPUB

soit moins commune. Puis donc que la crainte du mal doit être proportionnée, non-seulement à la grandeur du mal, mais aussi à la probabilité de l'événement, comme il n'y a guère de genre de mort plus rare que de mourir par le tonnerre, il n'y en a guère aussi qui dût nous causer moins de crainte, vu même que cette crainte ne sert de rien pour nous le faire éviter.

C'est par là non-seulement qu'il faut détromper ces personnes qui apportent des précautions extraordinaires et importunes pour conserver leur vie et leur santé, en leur montrant que ces précautions sont un plus grand mal que ne peut être le danger si éloigné de l'accident qu'elles craignent; mais qu'il faut aussi désabuser tant de personnes qui ne raisonnent guère autrement dans leurs entreprises qu'en cette manière : Il y a du danger en cette affaire, donc elle est mauvaise; il y a de l'avantage dans celle-ci, donc elle est bonne; puisque ce n'est ni par le danger, ni par les avantages, mais par la proportion qu'ils ont entre eux qu'il faut en juger.

Il est de la nature des choses finies de pouvoir être surpassées, quelque grandes qu'elles soient, par les plus petites, si on les multiplie souvent, ou que ces petites choses surpassent plus les grandes en vraisemblance de l'événement, qu'elles n'en sont surpassées en grandeur. Ainsi, le moindre petit gain peut surpasser le plus grand qu'on puisse s'imaginer, si le petit est souvent réitéré, ou si ce grand bien est tellement difficile à obtenir, qu'il surpasse moins le petit en grandeur que le petit ne le surpasse en facilité ; et il en est de même des maux que l'on appréhende, c'est-à-dire que le moindre petit mal peut être plus considérable que le plus grand mal qui n'est pas infini, s'il le surpasse par cette proportion.

Il n'y a que les choses infinies, comme l'éternité et le salut, qui ne peuvent être égalées par aucun avantage temporel, et ainsi on ne doit jamais les mettre en balance avec aucune des choses du monde. C'est pourquoi le moindre degré de facilité pour se sauver vaut mieux que tous les biens du monde joints ensemble; et le moindre péril de se perdre est plus considérable que tous les maux temporels, considérés seulement comme maux.

Ce qui suffit à toutes les personnes raisonnables pour leur faire tirer cette conclusion, par laquelle nous finirons cette logique, que la plus grande de toutes les imprudences est d’employer son temps et sa vie à autre chose qu'à ce qui peut servir à en acquérir une qui ne finira jamais, puisque tous les biens et les maux de cette

vie ne sont rien en comparaison de ceux de l'autre, et que le danger de tomber dans ces maux est très grand, aussi bien que la difficulté d'acquérir ces biens.

Ceux qui tirent cette conclusion et qui la suivent dans la conduite de leur vie, sont prudents et sages, fussent-ils peu justes dans tous les raisonnements qu'ils font sur les matières de science; et ceux qui ne la tirent pas, fussent-ils justes dans tout le reste, sont traités dans l'Écriture de fous et d'insensés, et font un mauvais usage de la logique, de la raison et de la vie.

NOTES
SUR LA LOGIQUE.

(1) Essais, liv. II, ch. xır. Si Montaigne a le tort d'avoir pris parti pour Pyrrhon, il a du moins le mérite d'avoir relevé avec une rare finesse les contradictions et les inconséquences de la nouvelle Académie. « Cette inclination académique, dit-il, et cette propension à une proposition plustôt qu'à une autre, qu'est-ce autre chose que la recognoissance de quelque plus apparente vérité en cette-cy qu'en celle-là ? Si notre entendement est capable de la forme, des linéaments, du port et du visage de la vérité, il la verroit entière, aussi bien que demie, naissante et imparfaicte..... Comment se laissent-ils plier à la vraisemblance, s'ils ne cognoissent le vray ? Comment cognoissent-ils la semblance de ce de quoy ils ne cognoissent pas l'essence ? Ou nous pouvons juger tout-à-faict , ou lout-à-faict nous ne le pouvons pas.'»

(2) Érasme s'étant moqué de l'affectation de quelques savants d'Italie à n'employer que des termes de Cicéron, Jules Scaliger écrivit deux harangues où il l'accablait de grossières invectives. Érasme ne répondit pas à la première, et ne vit pas la seconde.

(3) Pierre Ramus, né dans le Vermandois, en 1502, suivant les uns, en 1515, suivant les autres, professa la philosophie et l'éloquence au collège de France. Il était protestant, et mourut assassiné dans la nuit de la Saint-Barthélemy. Par son enseignement et par ses livres dirigés contre Aristote, il préluda à la grande réforme accomplie un siècle plus tard par Bacon et Descartes.

(4) Théophraste Paracelse, né en Suisse en 1493, mort en 154 1, médecin, alchimiste et thaumaturge célèbre par ses rêveries astrologiques et cabalistiques. — Jean-Baptiste Van-Helmont, né à Bruxelles en 1377,

.

mort à Vienne en 1644, sectateur de Paracelse, et auteur lui-même d'un système de philosophie naturelle, où quelques vues ingénieuses et exactes s'allient aux spéculations les plus bizarres sur l'homme et sur le monde. Son fils Fr. Mercurius donna beaucoup de développement à ses doctrines.

(5) Pascal développe admirablement cette idée dans le célèbre morceau de l'Autorité en matière de Philosophie, qui forine l'article por des Pen. sées dans l'édition publiée par Bossut.

(6) Arnauld nous parait avoir ici en vue Hobbes et Gassendi , qui, dans leurs Objections contre les Méditations de Descartes, ont effectivement soutenu que vous n'avions pas l'idée de Dieu.

(7) Hobbes, Objections contre les Méditations de Descartes, Obj. sve. (8) Gassendi.

(9) Arnauld se montre ici beaucoup trop sévère à l'égard d'Aristote. Des philosophes récents ont jugé avec plus d'indulgence et d'impartialité le système des catégories. Voyez, entre autres, M. Cousin, Fragments philosophiques, préf. de la 15e édition ; Introd. à lHist. de la Philos., lec. Ivo ; et M. Barthélemy Saint-Hilaire, de la Logique d'Aristote, tome II, p. 323.

(10) Raymond Lulle naquit à Palma, dans l'ile de Majorque, en 1234, et mourut en 1315. Il avait imaginé une sorte d'art universel qu'il appelait Ars magna, et au moyen duquel il prétendait résoudre toutes les questions scientifiques. Ses partisans prirent le nom de Lullistes,

(11) Cicéron, Académiques, liv. II, 20.

(12) La théorie des universaux a été exposée par Porphyre dans un traité intitulé : Elodywy trepi zÕ TTEVTÈ porov. Ce traité sert d'introduction aux ouvrages logiques d'Aristote dans la plupart des éditions.

(13) L'étude des idées générales soulève une foule de questions qui sont loin d'avoir été épuisées par Arnauld. On peut suppléer à son silence par la lecture d'une excellente leçon de M. Laromiguière ( Leç. de Philos., Part. II, lec. XII ), où se Irouve résumé avec précision et méthode ce qu'il y a de meilleur sur la généralisation dans les ouvrages de Locke et de Condillac.

(14) Pomponace, philosophe italien, né à Mantoue en 1462, mort en 1525 ou 1530. Dans un traité de lImmortalité de l'ame, publié à Bologue en 1516, il avança qu'on ne trouvait dans Aristole aucun argument propre à l'établir. Ce paradoxe dangereux fut vivement contesté, et faillit attirer une persécution à son auteur. Pomponace éluda les difficultés de ses adversaires en distinguant la vérité philosophique et la vérité religieuse. Le dix-huitième siècle a su faire son profit de celle distinction subtile, selon laquelle une chose peut être vraie pour la foi et fausse pour la raison.'

(15) Malebranche ( Rech. de la Vérité, liv. II, part. 11, ch. 5) donne, d'après le jésuite La Cerda, une liste assez exacte des philosophes qui ont pris part à ce débal. Il est à remarquer que le plus profond et le plus savant

des commentateurs du Stagyrile , Alexandre d’Aphrodise, est favorable à l'opinion de Pomponace.

(16) Leibnitz ( Nouv. Essais sur l'Ent. hum., liv. IÍ, ch. xxiv) adniet également qu'une idée peut être à la fois claire et confuse.

(17) « Le vulgaire dit : le feu est chaud, la neige est froide, le sucre est doux; nos sens nous l'atteslent, et le nier est une absurdité. Les philosophes disent : le chaud, le froid, le doux, ne sont que des sensations en nous : supposer que ces sensations sont dans le feu, dans la neige, dans le sucre, c'est une absurdité. La contradiction est plus apparente que réelle : elle vient d'un abus de mots de la part des philosophies et d'une confusion d'idées de la part du vulgaire. Quand le philosoplie dit qu'il n'y a point de chaleur dans le feu, qu'est-ce qu'il entend ? que le feu n'éprouve pas la sensation de la chaleur ; il a raison, et s'il prend la peine de s'expliquer, le vulgaire sera de son avis : mais il s'exprime mal, car il y a réellement dans le feu une qualité qu'on appelle chaleur, et les philosophes et le vulgaire désignent plus souvent par ce nom la qualité que la sensation. Les philosophes prennent donc le terme dans un sens et le vulgaire l'entend dans un autre. Dans le sens du vulgaire la proposilion est absurde et le vulgaire soutient qu'elle l'est : dans le sens du vulgaire elle est vraie, et le vulgaire l'avouera aussitôt qu'il l'aura comprise : il sait très bien que le feu ne sent pas la chaleur, et c'est tout ce que le philosophe entend en disant qu'il n'y a pas de chaleur dans le feu. » Reid , Essais sur les Facultés intellect., Ess. II, ch. xv11, OEuv.comp. t. III, p. 281. (18) Tusculanes, I, 25.

(19) Tusculanes, 1, 20. (20) si l'on compare cet excellent chapitre au II[° livre de l'Essai sur l'Entendement humain de Locke, on verra qu'Arnauld a devancé le philosophe anglais sur la plupart des points importants.

(21) Voyez la note 17.

(22) « On assure , » dit Mackintosh (Mélanges philosophiques, trad. par Léon Simon, P. 109), « que Descartes combattit le premier l'erreur « par laquelle on cherche à définir des mots qui expriment des notions trop « simples pour étre susceptibles d'analy-se. Mais en examinant avec soin « les passages de Descartes et de Locke qui se rapportent à celle question, u nous pensons que c'est à ce dernier philosophe que l'on doit attribuer « l'honneur de la découverte. » Ce n'est pas ici le lieu de discuter les titres de Descartes, mais il nous semble évident que la découverte attribuée à Locke par son savant compatriote est exposée fort au long et fort claireinent dans la Logique de Port-Royal. Arnauld, du reste, ne fait que suivre Pascal. Voyez Réflexions sur la Géométrie, Pensées, art. II.

(23) Les Rose-Croix sont une secte d'illuminés dont l'origine, l'histoire et les dogmes sont encore assez peu connus. Ils se donnaient pour fondateur un gentilhomine allemand nommé Rosen Kreutz qui aurait vécu plus de cent ans (1378-1484), visité la Turquie et l'Arabie, et rapporté de ses voyages des secrets merveilleux. Leur premier chef connu est un certain Valentin Andrea , auteur d'une Confession de la Rose-Croix ( Confessio Roseæ Crucis ), publiée en 1615.

(24) Robert Fludd, né dans le comté de Kent en 1574, mort en 1637, fut un savant médecin, mais un admiraleur passionné de Paracelse dont il combina le système avec l'histoire de la création suivant les livres de Moïse. Tel est le fond de ses deux ouvrages, Philosophia mosaïca et Historia macro-et-microcosmi metaphysica, physica et technica.

(25) Epistol. ad div., IX, 22. (26) Dans le tr. de la Perp. de la Foi. (27) In Verrem, act. II, lib. 1. (28) Évang. sel. S. Luc, ch. XXII.

(29) Jean Claude, le chef avoué du protestantisme en France sous le règne de Louis XIV, et le plus modéré comme le plus habile des écrivains de son parti.

(30) La Grammaire générale fut publiée quelques années avant l'Art de penser,

(31) Aristote, de Interpret., III, 16.

(32) Buxtorf, un des plus célèbres grammairiens du xvio siècle. Il était né en Westphalie en 1564, et mourut à Bâle, sa patrie d'adoption, en 1629. On lui doit plusieurs ouvrages sur la langue hébraïque et la littérature des rabbins.

(33) La théorie du Verbe, exposée si diversement à l'époque où Arnauld écrivait, partage encore les grammairiens. Ne pouvant nous engager dans cette longue et épineuse discussion, nous renverrons à une note substantielle de M. Thurot, dans sa traduction de l'Hermès d'Harris, Paris, an IV, p. 91.

(34) Le jugement consiste dans l'affirmation d'une idée. La proposition qui est le jugement exprimé ne suppose donc que deux termes , l'un qui désigne l'idée, l'autre qui désigne l'affirmation. Le premier est le sujet, le second , le verbe est. Si la plupart des propositions renferment un troisième terme , l'attribut, c'est qu'en général l'esprit ne juge pas seulement de l'existence des choses, mais encore de leur manière d'être. Arnauld part de l'hypothèse que tout jugement est une perception de rapport, mais cette théorie, pour avoir été anciennement admise, n'en est pas mieux fondée. On en trouvera une critique aussi élendue que profonde dans le Cours de Philosophie de M. Cousin, Hist, de la Philos, au XVII° siècle, leç. 23 et 24.

(35) Cette division des propositions appartient à Aristote, de Interpret., 7 et sqq.

(36) Horace, Epodes, II. (37) Éneide, I, v. 382.

(38) Éneide, I, v. 1 et sqq. * (39) Épicure n'a point placé le souverain bien dans la volupté du corps, mais dans les jouissances de l'esprit (Diogène Laerce, x, 136; Cicéron, de Finibus, I et II). Après tout, comme nous l'avons dit ailleurs, la doc

« PreviousContinue »