Page images
PDF
EPUB

de Pénélope. C'est ainfi que dans le Dialogue où Plutarque traite des Oracles qui ont cellé, Cléombrote conte cette Histoire, & dit qu'il la tient d'E. pithersés son Maître de Grammaire, qui étoit dans le vaisseau de Thamus lorf. que la chose arriva.

Thulis (1) fut un Roi d'Egypte dont l'Empire s'étendoit jusqu'à l'Océan. C'est lui,

à ce qu'on dit, qui donna le nom de Thulé à l'Isle qu'on appelle présentement Illande. Comme son Empire alloit apparemment jusques-là, il étoit d'une belle étendue. Ce Roi, enflé de ses succès & de la prospérité , alla à l'Oracle de Serapis, & lui dit :

Toi qui es le maître du feu. & qui gouvernes le cours du Ciel , dis-moi la vérité. Y a-t-il jamais eu & y aura-t-il jamais quelqu'un aussi puissant que moi ?

L'Oracle lui répondit :

Premièrement Dieul, ensuite la Parole & l’Esprit avec eux, tous s'assemblant

dont le pouvoir ne peut finir. Sors d'ici

promptement, Mortel, dont la vie est toujours incertaine.

Au sortir de-là, Thulis fut égorgé.

en

un , ,

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

Eusebe a tiré des Ecrits mêmes de Porphyre , ce grand ennemi des Chrétiens , les Oracles suivans.

1. Gémissez , Trépiés. Apollon vous quitte ; il vous quitte, forcé par une lumière céleste. Jupiter a été ; il efi , & il sera. O grand Jupiter! hélas ! mes fameux Oracles ne sont plus.

2. La voix ne peut revenir à la Prétresse: Elle est déja condamnée au flence depuis long-temps. Faites toujours à Apollon des facrifices dignes d'un Dieu.

3. Malheureux Prêtre, disoit Apollon à son Prêtre, ne m'interroge plus sur le divin Père, ni sur fon Fils unique , ni fur l’Esprit qui est l'ame de toutes choses. C'ejt cee Esprit qui me chase à jamais de ces lieux.

Auguste (1) déja vieux, & songeant à se choisir un successeur , alla consulter l'Oracle de Delphes. L'Oracle ne répondoit point , quoiqu'Auguste n'épargnât pas les sacrifices. A la fin ccpendant il en tira cette réponse :

L'Enfant Hébreu, à qui tous les Dieux obéissent , me chasse d'ici , & me renvoie dans les Enfers. Sors de ce Temple sans parler.

Il est aisé de voir que sur de pareilles

(1) Suidas, Nicephore, Cedrenus.

[ocr errors]

Histoires, on n'a pas pu douter que les Démons ne se mêlassent des Oracles. Ce. grand Pan qui meurt sous Tibère, ausibien que Jésus-Christ, est le Maître des Démons, dont l'Empire est ruiné par cette mort d'un Dieu si salutaire à l'Univers ; ou si cette explication ne vous plaît pas, car enfin on peut fans impiété donner des sens contraires à une même chose, quoiqu'elle regarde la Religion, ce grand Pan est Jésus-Christ lui-même, dont la mort cause une douleur & une confternation générales parmi les Démons , qui ne peuvent plus exercer leur tyrannie sur les hommes. C'est ainsi qu'on a trouvé moyen de donner à ce grand Pan deux faces bien différentes.

L'Oracle rendu au Roi Thulis, un Oracle si positif sur la sainte Trinité peut-il être une fiction humaine ? Comment le Prêtre de Serapis auroit-il deviné un si grand Mystère, inconnu alors à toute la Terre , & aux Juifs mêmes ?

Si ces autres Oracles euffent été rendus par des Prêtres imposteurs , qui obligeoit ces Prêtres à se décréditer eux-mêmes, & à publier la cessation de leurs Oracles ? N'est-il

pas c'étoient dès Démons que Dieu même

visible que

forçoit à rendre témoignage à la vérité? De plus, pourquoi les Oracles cesoientils , s'ils n'étoient rendus que par des Prêtres ?

CHAPITRE I I.

Secondes Raisons des anciens

Chrétiens pour croire les Oracles Jurnaturels. Convenance de cette opinion avec le Systême du

Christianismea Les Démons étant une fois constants : par le Christianisme, il a été assez naturel de leur donner le plus d'emploi qu'on pouvoit , & de ne les pas épargner pour les Oracles, & les autres mia racles payens qui sembloient en avoir besoin. Par-là on se dispensoit d'entrer dans la discussion des faits , qui eût été longue & difficile ; & tout ce qu'ils avoient de furprenant & d'extraordinaire, on l'attribuoit à ces Démons que l'on avoit en main. Il sembloit qu'en. leur

rapportant ces événements, on con

firmât leur existence , & la Religion même qui nous la révèle.

De plus, il est certain que vers le temps de la naissance de Jésus-Christ, il est souvent parlé de la cessation des Oracles , même dans les Auteurs profanes. Pourquoi ce temps - là plutôt qu'un autre avoit - il été destiné à leur anéantissement ? Rien n'étoit plus aisé à expliquer selon le systême de la Religion Chrétienne. Dieu avoit fait son Peuple du Peuple Juif , & avoit abandonné l'Empire du reste de la Terre aux Démons jusqu'à l'arrivée de son Fils : mais alors il les dépouille du pouvoir qu'il leur avoit laissé prendre ; il veut que tout fléchisse sous Jésus-Christ, 86 que rien ne fasse obstacle à l'établissement de fon Royaume sur les Nations, Il y a je ne sais quoi de fi heureux dans cette pensée, que je ne m'étonne pas qu'elle ait eu beaucoup de cours ; c'est une de ces choses à la vérité desquelles on est bien aise d'aider , & qui persuas dent parce qu'on y est favorable.

« PreviousContinue »