Page images
PDF
EPUB

ne peut disconvenir que le juste milieu ne vaille encore mieux , & qu'il ne soit plus raisonnable de démêler l'erreur d'avec la vérité, que de respecter l'erreur mêlée avec la vérité.

Le Christianisme a toujours été par lui même en état de se passer de fausses preuves : mais il y est encore présentement plus que jamais, par les soins que de grands Hommes de ce siècle ont pris de l'établir sur ses véritables fondemens, avec plus de force que les Anciens n'avoient jamais fait. Nous devons être remplis sur notre Religion d'une confiance, qui nous fasse rejetter de faux avantages qu'un autre parti que le nôtre pourroit ne pas négliger.

Sur ce pied-là, j'avance hardiment que les Oracles , de quelque nature qu'ils aient été, n'ont point été rendus par les Démons, & qu'ils n'ont point cessé à la venue de Jésus-Christ. Chacun de ces deux points mérite bien une Dissertation.

PREMIERE

DISSERTATION.

[ocr errors]

Que les Oracles n'ont point été rendus

par

les Démons. Il est constant qu'il y a des Démons, , des Génies mal-faisans, & condamnés à des tourmens éternels; la Religion nous Papprend. La raison nous apprend ensuite que ces Démons ont pu rendre des Oracles , fi Dieu le leur a permis. Il n'est question que de savoir s'ils ont reçu de Dieu cette permillion.

Ce n'est donc qu'un point de fait dont il s'agit ; & , comme ce point de fait a uniquement dépendu de la volonté de Dieu, il étoit de nature à nous devoir être révélé, si la connoissance nous en eût été nécessaire.

Mais l'Ecriture Sainte ne nous apprend en aucune manière que les Ora, cles aient été rendus par des Démons, & dès - lors nous sommes en liberté de prendre parti sur cette matière ; elle est

[ocr errors]

du nombre de celles que la sagesse divine a jugées assez indifférentes pour les abandonner à nos disputes.

Cependant les avis ne sont point partagés; tout le monde tient qu'il y a eu quelque chose de surnaturel dans les Oracles. D'où vient cela ? La raison en elt bien aisée à trouver pour ce qui regarde le tenips présent. On a cru dans les premiers siècles du Christianisme que les Oracles étoient rendus par des Démons ; il ne nous en faut pas davantage pour le croire aujourd'hui. Tout ce qu'ont dit les Anciens, soit bon, loit mauvais , eft sujet à être bien répété ; & ce qu'ils n'ont pu eux-mêmes prouver par des raisons suffisantes, se prouve à présent par leur autorité seule. S'ils ont prévu cela, ils ont bien fait de ne se pas donner toujours la peine de raisonner fi exactement.

Mais pourquoi tous les premiers Chrétiens ont-ils cru que les Oracles avoient quelque chose de surnaturel? Recherchons-en présentement les raisons; nous verrons ensuite si elles étoient assez solides.

CHAPITRE PREMIER.

Première Raison pourquoi les an

ciens Chrétiens ont cru que les Oracles étoient rendus par les Démons. Les Histoires surprenantes qui couroient sur le fait

des Oracles & des Génies. L'ANTIQUITÉ est pleine de je ne sais combien d'Histoires surprenantes & d'O. racles qu'on croit ne pouvoir attribuer qu'à des Génies. Nous n'en rapporterons que quelques exemples, qui représenteront tout le reste.

Tout le monde sait ce qui arriva au Pilote Thamus. Son vaisseau étant un soir vers de certaines Illes de la mer Egée, le vent cessa tout-à-fait. Tous les gens du vaisseau étoient bien éveillés; la plupart méme pasfoient le temps à boire les uns avec les autres , lor!qu'on entendit tout d'un coup une voix qui venoit des Illes , & qui appelloit Thamus. Thamus se laissa appeller deux fois sans rés

pondre, mais à la troisième il répondit: La voix lui commanda que quand il feroit arrivé à un certain lieu , il criât que le grand Pan étoit mort. Il n'y eut personne dans le navire qui ne fût saili de frayeur & d'épouvante. On délibéa. roit fi Thamus devoit obéir à la voix : mais Thamus conclut que si, quand ils feroient arrivés au lieu marqué, il faisoit allez de vent pour passer outre,

il ne falloit rien dire ; mais que si un calme les arrêtoit-là, il falloit s'acquitter de l'ordre qu'il avoit reçu. Il ne manqua point d'être surpris d'un calme à cet endroit-là, & aulii.tôt il se mit à crier de toute la force que le grand Pan étoit mort. A peine avoit-il cessé de parler, que l'on entendit de tous côtés des plaintes& des gémissemens, comme d'un grand nombre de personnes surprises & affligées de cette nouvelle. Tous ceux qui étoient dans le vaisseau furent témoins de l'aventure. Le bruit s'en répandit en peu de temps jusqu'à Rome ; & l'Empereur Tibère ayant voulu voir Thamus lui-meme, afiembla des gens savans dans la Théologie payenne , pour apprendre d'eux qui étoit ce grand Pan; & il fut conclu que c'étoit le Fils de Mercure &

1

« PreviousContinue »