Page images
PDF
EPUB

11. 4.

n. 4.

6. 4.

Peine devant les Tribunaux Hu

mains. VIII. 3. 4.
Pêcheurs : ne doivent pêcher , selon un

Philosophe Chinois, qu'avec des fi-
lets à grande maille. IV. 3.6. pour-
quoi le Droit Romain leur défend
d'allumer du feu sur le rivage, pen-

dant la nuit. III. 3. 4.
Pécheurs : la Charité ne permet pas de

désesperer de leur amendement, sans
de grandes raisons. VIII. 3. 10. ceux
qui sont incorrigibles, il vaudroit

mieux qu'ils fussent morts. Ibid.
Pécule: ce que c'est, & de combien de

fortes il y en a. VI. 2. 8. n. 2.
Pédanterie : est un vice d'esprit , & non

de profession. II. 4. 13.
Peine : ce que c'eft. VIII. 3: 4. à quel-

le forte de Justice elle se rapporte.
Ibid. F. 5. à qui il appartient de l'in-
Aliger. Ibid. 5. 7. quel en est le but.
Ibid. §. 8, & suiv. si l'on est dans
quelque Obligation, par rapport à
la Peine. Ibid. §. 4. n. 8. fi elle a
lieu entre ceux qui vivent dans l'in-
dépendance de l'Etat Naturel. Ibid.
S. 2. & §. 4. n. 3. ou de Particulier
à Particulier. lbid. 9. 13. toutes sor-
tes de Pechez n'y sont pas sujets de-
vant le Tribunal Humain. Ibid. S. 14.
la proportion de la Peine avec le
Crime, ne sauroit être déterminée
au jufte. I. 2. 10. on n'inflige pas
deux fois la Peine pour un même
Crime. I. 9. 6. quelles regles on doit
suivre dans la détermination précise
de la nature & du degré de peine.
VIII. 3. 23, & suiv. on n'est point à
couvert de la Peine , quoi qu'on aît
réparé le Dommage. III. 1. 6. si elle
peut être infligée solidairement à
plusieurs personnes qui ont concou-
ru au même acte criminel. Ibid. §. s.
si les Législateurs sont obligez de se
régler, dans la détermination des
Peincs, sur ce que le Droit de la
Guerre permet dans l'indépendance
de l'Etat de Nature. II. s. 17. Pei-
nes naturelles du Péché. II. 3. 21.
Peines de l'autre vie, idée qu'en

avoient les Paiens. II. 4. 3. n. 4.
Pensée: quand c'est que l'on doit dé-

couvrir ses pensées à autrui. IV. 1.7.
les mauvailes pensées font, devant
Dieu, de véritables Péchez. VIII. 3.
14. elles ne sont pourtant pas punis-
sables, devant les Tribunaux Hu-
mains, lors qu'elles ne sont ac-
compagnées d'aucun acte extérieur.

Ibid.
Pére: d'où vient la grande tendresse

qu'il a pour ses Enfans. II. 3. 14.
douleur extrême qu'ils ont de fa-
voir leurs Enfans & leurs Descen-
dans malheureux. VIII. 3. 32. quel-
le autorité ils ont sur leurs Enfans.
Voiez Pouvoir Paterncl. si le Pere en
a plus que la Mére. VI. 2. 5. s'il
peut vendre ses Enfans. Ibid. §. 9.
il doit les nourrir & les élever. IV.
11. 4: 5. pourquoi il a droit de les
châtier. VIII. 3. 10. s'il peut avan-
tager quelcun de ses Enfans, dans

Tom. II,

la distribution de ses biens. IV. 11. 8. égard , dans la détermination des s'il peut donner une partie de les Peines , à la condition & à l'état des biens à d'autres qu'à fes Enfans.

Personnes. Ibid. 5. 25. n. 2. Ibid. §. 7.. 0. s. il a l'Usufruit des Perte : celui qui y a part, doit aussi parbiens adventices de ses Enfans. IV. ticiper au gain. V. s. 3. n. 6. 8. 7. en quel cas il peut être obligé Pétitoire : ce que c'est. V. 13.6. d'honorer fon Fils. vi. 2. 12. n. 3. Peuple: en quel sens un Peuple eft imquand c'est qu'il succede à ses En- mortel. VIII. 12, 7. il est toûjours le fans, ou qu'il est exclus de leur Suc- même, quoi que la forme du Gou. ceffion. IV. II. 13.

vernement ait été changée. Ibid. Pére adoptif: le Droit Romain ne lui $. 1. serment d'un Peuple entier ,

permettoit pas de se marier avec sa comment & qui il oblige. IV. 2. 17. Fille adoptive , pas même après si la Prescription a lieu entre les qu'il l'avoit émancipée. VI. 1. 32. Peuples. IV. 12. 11. dans une Dé

mocratie, le Peuple peut révoquer, Péres de famille : fondement du droit comme bon lui semble, les délibe

de vie & de mort qu'ils avoient sur rations qu'il avoit prises. VII. 6. 3. leurs Enfans, & sur leurs Esclaves, n. 4. & 5. 8. di le changement d'indans quelques Etats. VIII. 3. 13. clination qui arrive à un Peuple, comment ils pouvoient devenir Sou- l'autorise à secouer le joug, d'un verains , dans l'indépendance de Prince légitime. V. 11. 10. VII. 6. 6. l'Etat Naturel. VII. 3. 6.

comment il est dégagé de l'obeifPerfection : l'Homme doit travailler à sance qu'il devoit à Ion Souverain. sa propre perfe&ion. Il. 4. I.

Vil. 7.5. comment la forme d'un Perles : à qui appartiennent celles qui Peuple eft détruite. VIII. 12. 9. comne sont pas encore pêchées. Iv. ment il vient à périr entiérement.

Ibid. §. 8. comment il est reconPermis : fi, dans un conflict de deux

quis. VIII. 6. 23. fi son consenteLoix, ce qui est permis doit ceder ment est toûjours nécessaire pour à ce qui eit prescrit politivement. donner aux Loix la force d'obliger V. 12. 23. n. 1.

en conscience. I. 6. 13. les meurs Permission : si la permission des Loix barbares de quelques Peuples, ue

eft toûjours negative. 1. 6. 15. n. 2. tirent point à consequence pour les il y a une Permision pleine & ab- droits de l'Etat Naturel. II. 3. 10. solue, & une Permiflion imparfai- Il n'est point de Peuple qui se conte. Ibid. & L. 7. 2, la Permillion des

duise uniquement par les Loix du Loix Humaines n'empêche pas qu'u- Droit Naturel. Ibid. . 9. ne chose ne soit contraire aux loix Peuple (commun) d'ou vient la faciDivines. Ibid. & VIII, 1. 3. comment lité qu'il a de discerner le Jutte la Permission du Crime fait que l'on d'avec l’Injuste. II. 3. 13. comment y participe. I. §. 14.

il peut s'affûrer de la vérité des Persécution : combien sont criminelles maximes de Morale, qu'il n'est pas

les persécutions pour cause de Reli- capable de démontres méthodiquegion. II. 4. 4.

ment. lbid. Personne : ce que les Jurisconsultes Ro

Philosophes : abrégé des principaux senmains entendent par là. I. 5. 12. n. 1. timens des anciens Philofophes, en ce que c'est qu'une Personne Mora- matière de Morale, Préf. 5.11, do le, & de combien de fortes il y en Suiv. a. Ibid. $. 12. une Personne Mora

Philosophie : en quoi conlifte la vérile Composée a certains droits , & table, selon Platon. VIII. 4. 14. certains avantages, qu'aucun des n..I. Membres du Corps ne sauroit s'at

Physique : usage de cette Science. II, tribuer en son particulier. Ibid. S. 13.

4. 13. il peut y avoir', dans le même Hom

Pierre : à qui appartiennent les Pierres me , plulieurs Personnes Morales

précieuses, cachees dans les entraildifférentes. ibid. 6. 14. qu'est-ce les de la terre. IV. 6. 4. qu'emporte l'aneantillement d'une

Pierre philofophale : fi ceux qui l'auPersonne Morale, ibid. Personnes roient trouvée, devroient commuFeintes. lbid. §. Is. les Personnes niquer un tel secret. III. 3. 2. libres ne peuvent point être mises à Pigeons: si ce sont des Animaux Sauprix d'argent. V.1.5. ni ne devien

vages. IV. 6. S. nent point Esclaves , par droit de Pilote: peut quelquefois tromper inPrescription. IV. 12. 2. n. 2. fi la nocemment les mariniers. IV. 1. 16. prise de possession par droit de pré

n. 3. inier occupant, s'etend aux Perion- Place (ville ou lieu fortifié) ce que nes. IV, 6. 14. fi une erreur à l'é- l'on entend par une place forte. v. gard de la Personne annulle les Con

10. 4. jusques où un Commandant ventions. Ill. 6. 7. n. 2. comment doit la defendre. VIII. 6. 10. quand finiflent les engagemens ,, par le c'est que l'on peut se faisir d'une changemennt de l'etat & de la li- Place en Païs Neutre. II. 6.8. tuation des Personnes. V. 11. 10. Place (rang) comment on peut récomment le caractere des Personnes

gler les places, pour éviter les conrend une injure plus ou moins atro- teftations. VIII. 4. 21, 22, il y a de ce. VIII. 3. 20.11. 5, 6. on doit avoir la grandeur d'ame à ne point se pi

Rrs

quer

[ocr errors]

n. 3.

n. 2.

IV. 8. 4.

n. 3.

quer d'avoir la place honorable. ibid. l. 21. n. 1. toute place eft honorable, où l'on se trouve pofté

pour la défense de l'Etat. Ibid. 5. 23, Place (droit de) en file de Jurispru

dence, Jus superficiei, ce que c'est, Plagiat : ce que c'eft. VIII. 3. 27. n. 2. Plaideurs: ne peuvent pas compenser

ce qu'ils se sont promis d'ailleurs, pendant le cours du proces, avec la chose même en contestation, ou avec les dépens, dommages, & in

térêrs du procès. V. 11. 6. Plairre : à qui est-ce qu'on doit être

bien aise de plairre. VIII. 4. 12. Plaisir: tout Plaisir est un Bien. II. 3.

Is. n. 9. comment on peut le rechercher innocemment. II. 4. II. quels plaisirs sont les plus vifs dans

tous les Animaux. VI. 1. 1. Plante: si, en matière d'Accessoires,

elle suit le fonds. IV. 7.5. Plebiscites: ce que l'on entendoit par

là chez les Romains. III. 4. s. n. 6. Plébéiens : ce que c'étoit chez les Ro

mains. VIII. 4. 28. Pleige : ce que c'est, & jusqu'où il

peut s'engager. V. 10. 12. `fi l'on peut se constituer pleige pour au

trui. II. 4. 18. Voiez Caution. Poësie : à quoi elle fert. II. 4. 18. Poetes: sont exclus, par le Droit Ro

main, des privileges, & des gages, accordez aux Professeurs des autres Sciences. V. 1. s. 11. 2. les Poëtes Paiens se moquoient souvent euxmêmes des Fables qu'ils debitoient. II. 4. 3. n. 4. ils semoient dans leurs Ouvrages bien des maximes trèsvéritables de Religion & dc Morale. Il. 4. 3. n. 4. avec quelle pré

caution il faut les lire. Pref. S. 15. Point d'honneur : vanité du point d'hon

neur, au sujet des Duels. vill. 4. 8. Poissons : ceux d'un Vivier , ou d'un

Etang , à qui ils appartiennent, IV.

6. II. Politique : incertitude des maximes

de cette Science. I, 2. 4. Poltrons : stratagème dont ils se ser

voient, parmi les Romains, pour se dispenser d'aller à la Guerre, & coniment on punissoit ceux qui avoicnt recours à cet expedienr. VIII.

2. 3. n. 1. Polygamie : si elle est contraire au

Droit Naturel. VI. 1. 17, é suiv. Portions : ce que l'on entend par por

tions égales, dans la distribucion

d'une Heredité. IV, 11. 8. Pollefseur: en pareille cause, & dans

une égalite de raisons de part & d'autre, la condition du poslesseur est la meilleure. II. 6. 6. n. 1. poffesseur du bien d'autrui, de bonne foi, en quoi consiste son droit. IV. 8. s. li on peut prendre les armes contre lui, pour recouvrer son bien, lors que l'on n'a pas en main des ticres suffisans, pour le convaincre de l'injustice de la poffeflon. VIII.

6. 5. n. 7. & celui qui prend, de ce, qu'il a prise à louage. V.71. bonne foi , la place d'un tel pof- quand c'est que les accidens surve sesleur , profite du tems déja écou- nus font pour son compte. V. 6. 3. lé pour la Prescription. IV. 12. 4. Prescription : ce que c'est. IV. 12. 1, 2.

en quelles choses , & au bout de Poffeffion: ce que c'est. IV. 9. 7. Na

quel tems, elle a lieu. Ibid. conturelle, ou Civile. ibid. lors qu'el- ditions nécessaires pour faire vale est une fois établie, il n'est pas loir legitimement ce droit. Ibid. besoin d'avoir toûjours sous la main, $. 3,4. pourquoi on l'a introduit , ou sous ses yeux, la chose posledée. & quel en eft le fondement. Ibid. IV. 9. 8. n. i, comment est interrom- s. sé suiv. s'il a lieu entre les pue. IV. 12. 4.

Peuples. lbid. §. 11. Pobelloire : fi les Arbitres doivent pro- Préséance : sur quoi eft fondé le droit noncer sur le Poffefloire , avant de Préséance. VIII. 4. IS, é suiv.

que de vuider le Petitoire. V. 13. 6. on peut avoir la Preleance en un Pojtes : comment on doit afsigner les endroit , & non pas dans l'autre. postes perilleux. VIII. 2. 4.

Ibid. S. 22. Postliminie : ce que c'est. VIII. 6. 22, Présens : il y en a d'injuricux. III. 2.

23. fi ce droit est pour ceux qui a- 7. les presens qu'on fait de choses voient été livrez par l'Etat, & ac- dont on ne se soucie poiat , ne ceptez. VIII, 11. 9.

font qu'une sotte & ridículc liberaPourpre: si, en matiére d’Accessoires, lité. III. 3. 3. n. 6. elle suit l'Habit. IV.7.9.

Prêt à consomption: V.7. 1, & fuiv. Pouvoir (Moral) ce que c'eft, & de Prêt à usage : ce que c'eft. V. 4. 6.

combien de fortes il y en a. I. 1. 19. comment on peut cecevoir en prêt Pouvoir Absolu des Souverains, en une chose qui nous appartient. lv. quoi consifte. VII. 6. 7. li l'on peut 4. 2. n. Io. valablement se foûmettre à un Pou- Prét à ufure : s'il est contraire au Droit voir entièrement arbitraire & der- Naturel. VII. 7, 9, 6 suiv. potique. VII. 8. 6. n. 2. l le Pou- Préteur : à quoi eft renu. V. 4.6. il ne voir abfolu d’un Prince lui donne doit pas le contenter de l'equivapar lui-même la preséance sur un lent, lors qu'il n'a prêté une chose autre Prince, dont le Pouvoir eft li

que pour l'usage. V. 7. 1. n. 2. mité. Vill. 4. 19. Pouvoir de met- Préteur (Juge) Edit du Préteur , & tre des Impôts. VII. 4. 7. Pouvoir Droit du Préteur, ce que c'étoit Judiciaire. lbid. §. 4: Pouvoir de parmi les Romains. III. 4. 5. A. 6. faire la Guerre & la Paix, & de Preuves: fi, dans le Barreau, on peut contracter des Alliances. Ibid. . s. emploier quelquefois de fausses Pouvoir d'établir des Magistrats. preuves. IV. 1. 21. lors qu'il y en a Ibid. 5. 6. Pouvoir d'infliger des Pei- de bien claires, on ne doit point nes. Ibid. $. 3. Pouvoir Législatif. deferer le Serment. IV. 2. 18. Ibid. $. 2. Pouvoir d'examiner les Priéresi impieté de celles que l'on

doctrines, ses juttes bornes, Ibid. 9.8. fait pour demander à Dieu qu'il enPouvoir Paternel, quel en est le voie du mal à nos Prochains, &

fondement. VI. 2. I, é suiv. jur. pour implorer la benedition du qu’où s'erend. lbid. 5. 6, é suiv. Ciel, ou pour lui rendre graces des s'il peut être transféré à autrui, ou succes avantageux, dans une Gueren tout, ou en partie. Ibid. §. 9. il re injuste. II. 4. 4. n'est pas desporique, ni le fonde- Primogéniture : sur quoi sont fondez ment de l'autorité Roiale. Ibid. ses droits. III. 2. S. IV. 11. 8. 8. 10. n. 2, comment il a été ôté Princes: (voiez Souverain, & Roi) leurs aux Peres, ou borné, dans les so- Devoirs, & entant qu'Hommes, & cietez Civiles. Ibid. S. II. comment entant que Souverains. VII. 8. 4. la il finit. Ibid. $. 13.

qualité de bon Capitaine est propre Pouvoir Physique : n'emporte pas toû- à leur caractere. * VIII. 4. 23. n. 1.

jours un l'ouvoir Moral. lll. s. 3. le Serment ne leur convient guéres , IV. 1, 10.

sur tout par rapport à leurs InfePrécaire : ce que c'eft. V. 4. 6. n. 6. rieurs. IV. 2. 2. n. s. ils doivent sé. Précepteur : il a droit d'ufer d'une cor- primer les Vices par la crainte des

rection modérée envers les Enfans Feines, & ne punir pourtant que le qui sont sous la direction. VIII. moins qu'il est poflible. VIII. 3. 17.

9. 7. il leur est aisé d'affermir & de Préférence : droit de Préférence, dans conserver leur domination par des l'achat d'une chose. V. 5.4.

voies légitimes. VII, 2. 10. maxiPrémier : explicarion de la maxime, mes qu'ils doivent suivre dans la

Que le premier en datte a le meil- distribution des Honneurs & des Réleur droit. 111. 7. 11. celui qui a le compenses, & dans le reglement premier commis un Crime, meri- des rangs entre leurs Sujets. Vill. 4. te d'être puni plus sévérement, 23, & 31. comment ils peuvent dire que ceux qui se laissent entrainer poser des biens des Particuliers. au torrent des exemples. VIII. 3. VIII. 5. 2,7. & des biens Publics, 22. n. 1.

tant de ceux du Domaine de l'Etat , Preneur : les engagemens. V. 6. 3. il que de ceux du Domaine de la Coudoit rendre la chose meme en elpe- jongc. lbid. §. 8. combien l'exem

ple

3. 1o.

M AT I E RE S. ple des Princes est efficace pour fai- demander un dédommagenient, ou pend des autres. Ibid. 5. 10. fi Coule re cesser le luxe & les dépenfes su- pour annuller le Contract. V. 3. 9. te Promeffe renferme cette condiperflues. lbid. l. 3. n. 1. en com- Ic peu de prix d'une chose aggrave tion tacite, supposé que les choses bien de manières ils peuvent faire le Crime, au lieu que cette raison demeurent au même état. V. 12. 20. du cort à leurs Sujets. VII. 3. 4. rend une bonne a&ion moins loua- matiére légitime des Promesses. III. combien leurs crimes font éclattans ble. VIII. 3. 19. n. s.

7. diverses causes capables de les & pernicieux. VIII. 3. 20. n. 2. de Probabilité : il y a une Probabilité de annuller. III. 6. 3, Suiv. quelle la Préséance entre les Princes. VIII. fait , & une Probabilité de droit. I. acceptation est nécessaire pour les 4. 15. comment ils peuvent se trou- 3. s. régles qu'il faut suivre , en ma- rendre irrévocables. Ibid. s. is. Gun ver ensemble , fans avoir aucune tiere de Probabilitez. Ibid. 5. 6. tiers peut accepter la Promesse. III. dispute pour le Pas. Ibid. 9. 21. de Procès: différence qu'il y a entre les 9. 5. li cette acceptation peut être quelle maniere on doit parler des Procès Civils, & les Procès Crimi- faite par les Héritiers. Ibid. §. 6. fi méchans Princes, après leur mort. nels. IV. 1. 21. on doit , autant qu'il l'on peut ajoûter quelque condicion VII. 8, 10, n. 2.

fe peut, éviter les Proces. II. 5. 3. onéreuse à une Promeile deja acPrise de poffeffion: fi elle suffit par elle- n. 4. la décision des Procès Crimi- ceptée. Ibid. §. 7. des Promelles fai

même, pour conférer un droit de nels ne doit pas être remise au Sort. tes' par l'entremise d'un Procureur. Propriété. IV. 4. 4. n. 2. de la priV. 9. 2.

Ibid. 9. 3,4. Promesses Absolues, & se de possession qui se fait par plo Procuration : eft ou universelle , ou Promesses Conditionnelles. III. 8. 1. fieurs personnes à la fois. iv. 6. 8. spéciale. III. 9. 2. voiez Commifs Propagation : comment se doit faire la n. 2. de celle qui se fait par droit de fion.

propagation du Genre Humain. Vi. Guerre. Ibid. 5. 14

Procureur : fes engagemens. III. 9. 2. 1. S. Prisonnier : quel mal on peut faire on doit le rembourser des dépenses Proportion : il y a une Proportion A

souffrir à un Prisonnier qui n'est qu'il a faites pour exécuter fa com- rithmétique, & une Proportion Géoencore ni condamné ni ouï. VIII. mision, V. 4. 4.

métrique. 1. 7. 9. n. 6. & S. 10, 12. 3. 4.

Prodigalité: eft vicieuse , & on doit Propriétaire: il peut empêcher qu'on Prisonnier de Guerre : fi ce qu'un Pri- par conséquent l'éviter. II. 4. 10. ne vienne challer sur les terres. iv.

Connier de Guerre a dérobé aux Prodigues: il est avantageux à l'Etat , 6. S. n. 6. comment il est tenu du yeux de ceux qui le tiennent captif, de faire des Loix contre les Prodi- dommage causé par son Esclave, ou lui appartient, en sorte qu'il puiffe gues. VIII. s.3.

par sa Bête. III. 1. 6. il est de l'intéen paier fa rançon. VIII. 7. 2. 0. I. Professeur : devoirs des Professeurs en rêt de l'Etat , qu'aucun Propriétaifi, par cela seul qu'on le tient, on général. VII. 8. 2. n. 10. s'ils sont re n'abuse de son bien. VIII. S. 3. est censé maître de tous ses biens, responsables des progrès de leurs

n. s. sans en excepter ceux qu'il n'a pas Disciples. V. 6. 4. à quoi répond le Propriété (des biens) est une Qualité lui-même entre les mains. VIII. 6. salaire qu'on donne aux Professeurs Morale. 1. 1. 16. IV. 4. I. ce que c'est. 19. si on peut le faire mourir, Ibid. des Arts Libéraux, & des Sciences. IV. 4. 2. si son essence conliste dans $. 7. n. 1. fi celui, qui a été relâché V. 1. 6. n. 2. à quelle sorte de Con- une exclusion d'autrui. IV. 4. 3, 4. à condition de ne point servir con- trač il se rapporte. V. 6.4. fi c'est & g. 1, n. 2. différentes fortes de Protre l'Ennemi qui l'avoit pris, peut au Souverain à établir tous les Pro- priété. Ibid. §. 2. ce que c'est que la être contraint par l'Etat à man- fesseurs, dans ses Etats. VII. 4. 8. Propriété extérieure, selon Grotius. quer de parole. VIII. 2. 2. s'il eft par le Droit Romain, les Professeurs VIII. 8. 1. n. 1. fi route Propriété eit obligé en conscience de venir se re- en Droit , & en Philosophie, ne originairement & immédiatement mettre entre les mains des Enne- pouvoient point exiger de gages. V. fondée sur quelque Convention. IV. mis, lors que la condition, sous 1. s. n. 2.

4. 4. n. 2. but de l'établissement de Jaquelle il avoit été relâché, ne se Profession : quelle il faut embrasser de la Propriété. II. 6. s. en quel fens trouve point accomplie. Ibid. fi ce- bonne heure. II. 4. 15. III. 3. 2. fi elle eft de Droit Naturel. IV. 4. 14. lui, qui se sauve, rentre dans tous l'on peut contraindre un Enfant à quelles qualitez doit avoir une choses biens, & dans tous ses droits. embraffer telle ou telle Profession. se, pour être susceptible de PropriéVIII. 6. 22. les Conventions qui VI. 2. 11., quelles professions sont té. IV. s. 1. quelles personnes sont concernent les Prisonniers de Guer- deshonnêtes. vill. 4. S, 6. li on capables de jouïr de quelque droic re, font une cause très-favorable. doit garder la foi à ceux qui exer- de Propriété. IV. 4. 15. Devoirs au VIII. 7. 12.

cent une profesfion criminelle. III. sujet de la Propriété des biens. IV. Privation : ne constitue pas l'essence

13, I. d'une chose. I. 7.5.

Profit : est ou pofitif, ou négatif. V. Protecteur : celui qui se rend protecteur Privileges: (voiez immunitez) quand 7.9. n. 3. Profit ceffant. III. 1. 3. d'un Crime, est responsable du dom

c'est qu'on peut les révoquer. Vill. n. II. si l'on ne peut jamais tirer mage qui en provient. III. 1. 4. 10. 9. il est libre à chacun de renon- quelque profit du dommage d'au- Providence : l'opinion de la Providence cer à ses privileges , lors qu'il le trui. IV. 13. 6.

Divine est le fondement de toute Repeut faire sans prejudice d’un tiers. Promesse : il y a des Promesses Impar- ligion. I. 6. 11. n. 2. Il. s. 2.

faites, & des Promesses Parfaites. Prudence : ce que c'eft. I. 2. 4. est le Prix: ce que c'eft, & de combien de

Ill. s. 6, 7. fi une fimple Promesse meilleur Dévin du monde. II. 4. 4. fortes il y en a. V. 1. 2, Suiv. Prix oblige en conscience. ibid. S. 9, n. 4. li elle vient uniquement de propre & intrinfeque, quel en est le fuiv. si une Promesse fans cause, l'expérience. III. 2. 2. on doit coûfondement. Ibid. §. 4. le Prix des oblige. Ibid. 8. 9. quelles circonstan- jours agir avec prudence. II. 4. 6. choses, & des actions, est suscepti- ces survenues dispensent de tenir Public: on doit favoriser les soins de ble d'une grande etendue. I. 2. 10, une Promeffe. Ibid. n. 7. fi toute ceux qui travaillent pour le Public, d'où vient qu'on n'a point attaché forte d'incommodicé & de domma- & leur en témoigner de la Reconde Prix à certaines choses utiles. V. ge a cette vertu. V. 12. 22. des Pro- noillance. III. 3. 2. n. 7. 1. s. qu'est-ce qui augmente ou di- meses, dont l'accomplissement tour- Pudeur : fondement & origine de ses minue le Prix des choses. Ibid. S. 6. neroit au préjudice de celui en fa- Loix. Pref. S. 21. VI. 1. 29, w suiv. Prix d'inclination. Ibid. 9.7. Prix veur de qui elles sont faites. III. 6. 6. Puissance : elle n'est pas seule le fonLégitime, ou réglé par les Loix. V. 12. 22. les Promesses de ce qui est dement de l'Honneur, & de l'AuIbid. 8. 8. Prix ordinaire, ou cou- deja engagé à quelque autre person- torité. I. 6. 10. VIII. 4.13,18. si l'omrant. Ibid. S. 9. Prix éminent. lbid.

sont nulles. 111. 7. 11. & celles brage que l'on prend de la puissance g. 11, 12. la vilete du Prix suffit pour du bien d'autrui, ou de ce qui de- d'un Voilin, suffit pour donner droit

RII 2

de

.

6. 9.

де ,,

n. I.

[ocr errors]

11. 4. 9.

1. 14.

Qua

n. 2.

6.4. n. 4.

de l'attaquer. II. 5. 6. VIII. 6. S. Raison d'Etat : ce que c'eft. VII. 9. 3. Rente: des rentes constituées à pris Puissance (personne revêtue d'autorite)

d'argent. V. 7. 12. les Loix d'une Puissance Inférieure Raison de la Loi : ce que c'eft. V. 12. 10. Repentance : il n'y en a point de véritacédent à celles de la Puillance Supé. Rang : comment on doit régler les ble, sans la Reftitution de ce que rieure. V. 12, 23. rangs entre les Concitoiens. VIII.

l'on a pris injustement. III. 1. 6. Punition: (voiez Peine) les punitions

4. 23.

Répondant: voiez Caution, Pleige. trop fréquentes sont nuisibles à l’E- Rarete: est ce qui contribue le plusà Représailles: fur quoi eft fonde le droit tat. VIII. 3. 16. n. 3. fi le motif d'uaugmenter le prix des choses. V.

de Représailles', & jusqu'où il s'éne simple Punition fournit un juste

fend. VIII. 6. 13. n. 1. sujet de faire la Guerre. VIII.6.3. A. 1. Rebelles : fi un Traité de Paix fait avec

Représentation : ce que c'est que le droit Pupille : c'est le plus précieux & le plus eux, eft valide, VIII. 8. 2.

de Representation, en matière de sacré de tous les depôts. IV. 4. 15. Rebellion : ce que c'est. I. I. 8. n. 4. Succeslions, & quel en est le fonden. 3. à quels Parens on doit confier tout soûlévement d'un Peuple con- ment. IV. 11. 12. n'a pas lieu dans le soin de l'Education d'un Pupille , tre son Prince, n'est pas une Re- la ligne des Ascendans. Ibid. 9. 13. & l'administration de ses biens. Ibid. bellion. VII. 8. 6. n. 1.

Reprimandes : u'égal à égal, elles ne S. 15. fondement des engagemens Rechúte: les rechûtes fréquentes ag- sont guéres permises qu'entre Amis. d'un Pupille envers son Tuteur. V. gravent le Crime. VIII. 3. 22.

VIII. 3. IO. 4. I. n. s. le Debiteur d'un Pupille Récompense : ce que c'eft. I. 9. s. com- Reproche : les reproches de quelque inne peut point compenser la Dette ment on doit distribuer les Récom- firmité corporelle, ou de quelque avec ce que lui doit le Tuteur, ni penses aux Citoiens. I. 7. 11. n. 4. disgrace de la nature, sont égalecelui-ci s'aquitter par une telle com- wilité des Récompenses d'honneur. ment absurdes & injuftes. I. 5.7. pensation. V. 11. s. n. 4.

VIII. 4. 23. n. 4. quand c'est qu'on République : ils toute Alliance faite avec Bythagore (Philosophe) Tes sentimens peut de plein droit exiger quelque une République , eft Réelle. VIII.

en matière de Religion & de Mora- Récompense. 1. 9. 3. il y a des Ré- 9. 6. maxime des plus importantes le. Préf. §. 17. pourquoi il defen- compenses Naturelles de la Vertu, pour le maintien du Gouvernement doit de tuer les Bêtes , & de les mal- & des Récompenses Arbitraires. II. Populaire d'une République. V.7.2 traiter. IV. 3. 4. n. 2. & §. 6. n. 2. 3. 21.

Répuiation : quel soin on ea doit avoir. Pyrrhoniens (Philosophes) combien leur Réconduction tacite : ce que c'eft. V. principe elt dangereux. Pref. 9. 24. 6. 1. n. 2.

Réservations mentales : combien elles Reconnoiffance : néceflité & régles de sont détestables & ridicules. IV. Q.

cette Vertu. III. 3..16. son juite prix.

L 7. 8. n. 1. comparaison entre ses Réptance : ce que c'est qu'une réfiftanUALITÉ': différentes sortes de Devoirs, & ceux de la Bénéficence.

ce interpretative, ou presumée. I. Qualitez Morales. I. 1. 17. les III. 3. 16. n. 6. V. 12. 23.

4. Ta, qualitez particulieres d'une person- Redhibition : ce que c'eft. V. 3. 2. Reftitution en entier : ce que c'est, III. ne, sont quelquefois une raison légitime de lui pardonner un Crime. Réfugiez. : si on doit leur donner re

Restitution (réparation du cort ou du VIII. 3. 17. quand c'est que la mé- traite. III. 3. 10. li l'on est coûjours dommage qu'on a fait) voiez Dome prise à l'egard des qualitez des cho- tenu de livrer ceux qui sont coupa- mage. les annulle un Contract. III, 6. 7. bles de quelque crime. Vill. 6. 12. Rétention : droit de Rétention, ce que n. 4, é suiv.

Refus: facilite blåmable de ceux qui c'efi. V. 11. 6. Quantité : différentes sortes de Quan- n'osent faire un refus à personne. Retractation : en quels cas elle est pertitez Morales. I. 1. 22. V. 1, 1. III. S. 1o.

mise. 1. 6. 6. Quasi-Conirati : ce que c'eft. IV. 13. 5. Régens du Roiaume: autorité des Ré- Retrait: droit de Retrait, ce que c'eft.

gens pendant l'Interregue. VII. 7. 8. V.5.4. n. 6. Retrait lignager. Ibid. Question : pourquoi on emploie le Ser- Religion : eft le plus ferme ciment de lettre d. ment dans les Questions de fait, & la Société : I. 6. 12. n. 7. & un des Retraite : celui qui donne retraite à non pas dans celles de Droit. IV. trois grands principes de la Loi Na- des malfaiteurs, est ausi coupable

tnrelle. II. 3. 15. n. s. opinions can- qu'eux. I. 5. 14.. si l'on peut quelQuestion (torture) réflexions sur l'inu- traires à la Religion. II. 4. 4. Systê- quefois s'en prendre à un souverain ulite & l'injustice de cet usage. VIII. me abrégé de la Religion Naturelle. de ce qu'il donne retraite à une per3. 4. n. Io.

Ibid. S. 3. n. 2. la Religion Chrétien- sonne de qui l'on a reçà quelque inQuinte: quand c'est qu'un Débiteur ef ne ett avantageufe à l'Etat. VII. 9. 4. jure. VIII. 6. 12. quicte. v. 11. 7.

n. 3. on doit tenir inviolablement Rhetorique : cet.Art est le plus souvens

ce que l'on a promis à des person- trompeur & pernicieux. II. 4. 13. R.

Des de differente Religion. III. 4. 2.

n. 3. jusqu’où s'erend le pouvoir des Richesses: comment on peut les recherRAHAB: si elle fit bien de cacher Souverains en matiere de Religion. cher innocemment. Il. 4. 10.

les espions des Israëlites, & pour- VII. 4. 11. n. 2. si on peut la défendre Riviéres: l'usage de leurs eaux doit quoi, IV. 1. 16.

par les armes. VII. 8. 5. n.7. si les être commun. III. 3. 4. à qui est-ce Raisins : il faut laisser pour les pauvres, Guerres de Religion sont quelque- qu'elles appartiennent en propre. ceux qui restent après la vendange. fois legitimes. Vill. 6. 3. n. 1. si l'on

peut defendre ceux qui sont de mê- Robe : les gens.de Robe sont aussi utiRaison: à quoi on connoit qu'une maxi- me Religion, que nous. lbid. §. 14. les à l'Etat, que les gens d'Epée.

me s'accorde ou ne s'accorde pas n. 2. de quel usage a ete la Religion, avec la droite Raison. II. 3. 13. Tes par rapport aux Paiens. II. 4. 3. n. 4. Roi: à qui il appartient de donner ce lumières nous découvrent le fonde- le Souverain peut limiter la liberté titre. VII. 3. 9. si le Pouvoir des meat du Droit Naturel. Ibid. fi ses de consacrer certaines choses à des Rois émane de l'Autorité Paternelmaximes toutes seules imposent par usages de Religion. VIII. 5. 4.

le. VI. 2. 10. n. 2.. si un Roi peut êure elles mêmes quelque Obligation. Rendre : sens de la maxime, Qu'il faut au dessus de tout le Peuple. VII. 6. S. Ibid. 9. 20. l'usage de la Ravon est rendre à chacun ce qu'il merite.VW. fi le Peupie peut déposer les Rois absolument nécessaire pour don- 3. IS.

toutes les fois que bon lui semble. aer un véritable consentement. III. Renonciation : clause inutile dans un VII. s. 9. diverses sortes de Promesade de Renonciation. 1. 6. 6.

fes que les Rois font à leur avene

mens

n. 9.

2. 18.

n. So

IV. $, 3

IIL 3.4

VIII. 4. 30.

[ocr errors]

II. 4. 4.

ment au Throne. VII. 6. 1o. com- nales sont quelquefois alternatives. se pour deshonnête en certains cae bien il est important, pour le bien VIII. 3. 4. en quoi consiste la Sanc

droits. VIII. 4. 6. tion des Loix Naturelles. I. 6. 14. de l'Etat , & pour l'interêt des Rois,

Serment : ce que c'est. IV. 2. 2. son

II. 3. 21. que leur Autorité soit limitée. lbid.

usage, fa signification, & fa fainte$. 9. n. 1. quels sont les Rois dont Sang-froid : les crimes commis de sang- té inviolable. Ibid. différence entre l'Autorité n'est pas inviolable. VII.

froid sont plus enormes, que ceux les Sermens de Dieu, & ceux des 8. 8. un Roi doit indispensablement

où l'on est poussé par quelque mou- Hommes. Ibid. f. 1. n. 1. le Sertenir les Sermens valides , qu'il a vement impétueux de Pallion. VIII.

ment se termine toujours à la Divi3. 21. n. 2. faits. VIII. 10. 5. eu quel sens ses

nité. Ibid. 6.3. doit être interprêté Contracts sont au dessus des régle- Satisfaction : la satisfa&tion à la Justice

conformément à la Religion de cemens des Loix Civiles. Ibid. . 4. u'est pas une des fins naturelles de

lui qui le prête. Ibid. §.4. en quel combien de tems dure la Minorite.

la Punition des Crimes. VIII. 3. sens l'intention de jurer, & de s'enIbid. §. 3. fi les Conventions ou 12. les fausles idees que l'on se fait gager, est réquise. Ibid. $. S, 15. Contracts faits en fon nom, pen

de la Satisfaction de J. Ch. sont con- Sermens Obligatoires. Ibid. . 19. dant sa Minorité, font valides. Ibid. traires à la Religion & à la Morale. si, dans ces fortes de Sermens, l'Ocomment il peut se relever des en

bligation du Serment est distincte de gagemens contractez envers les E- Scandale reçú: ce que c'eft. I. 5. 3. l'engagement même. Ibid. 5. 6. l'ir trangers: Ibid. 9. 2. & envers les Sceptiques: combien le principe absur

terpofition du Serment ne rend propres Sujets. Ibid. §. 3. fi un Roi, de de ces Philosophes est dangereux. point valide un acte nul de lui-mêvéritablement tel, doit céder le pas Pref. 8. 24.

me. ibid. un Serment postérieur à quelque autre Roi. Vill. 4.2. s'il Sciences : il y en a d’utiles, de curieu

n'annulle pas une Convention d'ailpeut remettre la décision d'un dé. ses, & de vaines. II. 4. 13. com- leurs valide. lbid. l'Erreur, & la mêlé, ou des Articles de la Paix, à ment on doit etudier les Sciences.

Fraude, aufli bien que la Crainte, un combat ou singulier, ou des deux Ibid. ceux qui enseignent une Scien- annullent les Sermens. Ibid. $. 7, 8. Armées. VIII. 8. S. li, lors qu'il est ce, ne doivent rien cacher de tout

tout Serment qui regarde une chose tombé entre les mains des Ennemis, ce qui s'y rapporte. IV. 1. 7.

illicite, ou qui en pêche un plus ceux-ci deviennent par cela seul le- Scrupules: comment on doit s'en gué

grand bien, est nul. ibid. 9.9,10. rir. I. 3. 9. gitimes maîtres de son Roiaume.

Jens de la maxime, Serment qui VIII. 6. 19. fi les Alliances faites Secours : ce que l'on entend, dans un n'est pas à faire, n'est pas à tenir. avec un Roi, qui a été chassé par Traité, par, donner du secours. Ibid. n. 1. le Serment ne change ses Sujets, subfiftent encore. Vili. V. 12. 13. si l'on peut & a l'on doit point la nature des actes auxquels on 9. 9. Voiez d'autres choses sur les toûjours courir au secours de tous l'ajoûte. Ibid. §. 11, il exclut toute mots de Princes, & Souverain.

ceux qui en ont besoin. I. S, 14. chicane & toute vaine fubtilité. Ibid. Roiaume : ce que c'eft. VII. 6.17. Roiau- n. 12. II. s. 6. n. 2. VIII. 6, 14. ceux S. 12, mais non pas les conditions

me Patrimonial. VII. 6. 16. quel qui donnent du secours à un mal- & les restrictions tacites. lbid. S. 14. pouvoir a le maître d'un tel Roiau

faiteur, font aufli coupables, que les paroles du Serment doivent être me, sur les biens renfermez dans lui. I. s. 14.

entendues dans le sens que les prend ses Etats. VIII. 5.1. ordre de la Suc- Secret : importance du Secret en ma- celui qui le défére. lbid. s. is. li

tiére d'affaires d'Etat. VIII. 3. 23. cession abinteftat à un tel Roiaume.

l'on peut se prévaloir d'un autre sens VII. 7. 11. Roiaume établi par un n. 8.

qu'elles ont, mais qui n'est pas ceconsentement libre & volontaire du Secret (découverte ) si l'on peut se lui selon lequel on a juré. Ibid. g. 13. Peuple. VII. 6. 17. fi le Roi d'un tel dispenser de communiquer aux au- n. I. suivi diverses sortes de SerRoiaume peut l'aliener, ou en tout , tres un secret innocent , & utile au

mens. ibid. 5. 18, € Suiv. comment ou en partie. VIII. S. 9. ou l'enga

Genre Humain. III. 3. 2. sur tout on peut deférer, ou référer le Serger, ou le rendre feudataire. Ibid. lors qu'on a fait serment de ne pas le ment. Ibid. §. 21. si la violation 5. 10. ou aliéner le Domaine de l'E- découvrir. IV. 2. 10.

d'une partie des engagemens où l'on tat, & celui de la Couronne. Ibid. Sédition : ce que c'eft. 1. 1. 8. n. 4. écoic entré par un seul & même Ser$. II. ou décharger uu Vassal du Seigneur (d'un Fief) quand c'est que ment, rend coupable de Parjure. Roiaume, de l'hommage qu'il lui

le Fief retourne à lui. IV. 8. 12. Ibid. §. 23. comment on eft dispendoit, Ibid. S. 10. fi une partie du

sé ou déchargé de quelque Serment, Roiaume peut se détacher elle-mê- Sémence : en matiére d'Accessoires, par un Supérieus. Tbed. . 24. des me du Corps. lbid. . 9. elle suit le fonds. IV. 7.5.

Sermens faits au nom d'une person Sénatusconsulte : ce que c'ecoit , parmi ne absente. Ibid. §. 16. quels Ser

les Romains. III. 4. s. 1. 6. Sena- mens d'autrui on doit renir. Ibid. S.

tusconsulte Macedonien. III. 4. S. L. 17. si l'on peut deférer le Sern. 2, 3. Pegalien. V. 12. 8. n.4. ment, en matière de Causes Crimi

Trebellien. Ibid. Velleien. V, 10. SACRE: voiez Chofes sacrées.

nelles. VIII. 3. 4. fi un Roi peut se 10. n, 2. Sacrifice : ce que l'on entend par là

dispenser de tenir ses Sermens. vul. ordinairement. V. 12. 7. Sentinelle : eft responsable du domma

10. S. Sages : s'ils ont droit d'exiger à la ri- ge d'un incendie arrivé faute d'en Service : des services d'une utilité in

avertir. I. s. 14. gueur , que ceux qui sont moins

nocente. III. 3. 3. si l'on peut se éclairez le soûmettent à leur direc- Séparation : li une séparation de corps faire paier solidairement à chacun tion. III. 2. 2, 8.

'& de biens, le lien du Mariage sub- d'un service mercenaire qui tourne Sagele : ce que c'eft. I. 3. 3. n. 4. liftant toûjours, est conforme au l'avantage de plusieurs. V. 6.4. les.

Droit Naturel. VI. 1. 22. Sages-Femmes d'Egypte: leur menson

fervices rendus à l'Etat par un Crige est louable. IV. 1. 7. n. 1.

Sépulchres: ne s'aqueroient pas, chez minel, ou même ceux de ses PaSaillie: droit de bâtir en faillie. IV. Ics Romains, par droit de Prescrip- rens ou de ses Ancêtres, peuvent 8. 11. 1. 7. tion. IV. 12. 2. n. 2.

quelquefois lui obteniu la grace. Salaire : ce que c'eft. I. 9. s. II. 3. 21. Sépulture : si le droit de Sépulture cft VIII. 3. 16.

V. 6. 1. si l'on peut redemander ce fondé sur la Loi Naturelle. II. 3.23. Servitude (esclavage) li Dicu est l'auque l'on avoit donné pour une me- n. 7. si l'on peut refuser la sépulture teur immédiat de cette condition.. chante action. III. 7. 8.

à un Ennemi. Ibid. ou à ceux qui VI. 3. 3. con origine, & l'étendue Sanction: ce que c'est que la San&tion meurent insolvables. V. 10. 12.

du pouvoir qu'elle donne au Maitre. de la Loi. L'6.14. les Sanctions pé- Sergent : d'où vient que ce métier paf- Ibid.. 9.4. voiez Esclave.

Rrr 3

Sem

n. 4.

« PreviousContinue »